• Non classé

    Bistro Libertés avec Charles Gave : Faut-il commémorer mai 68 ?

    Charles Gave incarne le libéralisme dans lequel je peux me reconnaitre. Il prouve que l’on peut s’opposer au mondialisme, à l’immigrationisme et au consumérisme sans sombrer dans le communisme le plus con et la posture petite bourgeoise anti-moderne comme celle de la catho barbante Charlotte d’Ornellas.
    Le discours de Gave devrait être celui du FN… si les membres de ce parti étaient un peu malin.

    https://www.youtube.com/watch?v=N20oL8lhovQ

  • Économie, Écologie...

    L’économiste Charles Gave sur l’UE et l’euro: C’est l’URSS votre truc!

    Charles Gave, libéral pur jus, est aussi président de l’Institut des Libertés. Il pousse un coup de gueule en plein direct sur BFM business.

    Ça fait 40 ans qu’ils essayent de détruire la France, ils essayent de détruire l’Italie, ils essayent de détruire l’Espagne pour construire ce mythe de la nation européenne. C’est l’URSS votre truc!

  • Culture, idées, Média...,  Économie, Écologie...

    L’exception culturelle ou quand de Gaulle inventait l’eau sèche

    Nous ne partageons pas le rejet absolu du protectionnisme de la part de Charles Gave. En revanche la critique qu’il formule contre l’hégémonie culturelle de la gauche est à la fois juste et pertinente.

    À lire

    ———-

    Gramsci, le penseur Italien Marxiste du début du XX éme siècle, soutenait que quiconque prenait le contrôle du monde de la culture se retrouverait automatiquement en contrôle du Antonio-gramscimonde politique trente ou quarante ans après, le monde politique tombant comme un fruit mur une fois le lavage des cerveaux terminé.La situation Française actuelle vérifie, ô combien, ce pronostic.Le monde de la culture est totalement dominé par la gauche depuis bien longtemps et de ce fait l’emprise politique de cette dernière ne cesse de s’alourdir sur la société Française, pour arriver à un quasi monopole aujourd’hui.

    Mais le plus extraordinaire est que cette conquête de la Culture par la Gauche a été organisée et facilitée par… la  Droite Bonapartiste, c’est à dire par les Gaullistes.Revenons en arrière.Au début des années 60, les « Intellectuels » Français brillent de mille feux, et sont traduits dans toutes les langues, qu’ils soient de Gauche ou de Droite.Quand j’avais vingt ans, je pouvais former mon esprit en lisant Camus, Aron, Jouvenel, Sartre, Foucault, Mauriac,Jean-François Revel, René Girard, Ellul… et dans un mode mineur, Fourastié,  JJSS , Suffert, Vianson Pontet…

    Dans le domaine du Cinéma s’illustraient Renoir, Truffaut, Tati, Pagnol, Carné, Godard. Des acteurs immenses illustraient nos théâtres :Gérard Philippe,Raimu,Jouvet, Michel Simon, Gabin, Blier. Montand, Brassens, Leo Ferré, Jacques Brel  Edith Piaf, n’avaient besoin d’aucune protection culturelle pour passer en boucle sur les ondes……. Et,tous  n’étaient pas Gaullistes, loin s’en faut.Et c’est la que le drame se produisit.

    Agacé par le manque de considération que beaucoup de ces gens talentueux lui témoignaient, de Gaulle, influencé par Malraux (homme de gauche) décida de créer le « Ministère de la Culture ». L’idée était simple et avait déjà très bien fonctionné sous Louis XIV: si l’Etat distribuait les subventions, les intellectuels Français, à la place d’être des

  • Économie, Écologie...

    TIMBER! par Charles Gave

    L’or devrait monter… mais il baisse. Aujourd’hui il s’est même pris une grosse gamelle. La raison ?
    l’écroulement de la vélocité de la monnaie. L’inflation n’est pas seulement due à la baisse de la valeur de la monnaie, mais aussi à sa vitesse de circulation…. et c’est là que ça coince… et quand ça coince ça veut dire que ça va se corser…. comme l’explique Charles Gaves dans l’excellent billet qui suit :

    TIMBER! par Charles Gave

    Comme les lecteurs de l’Institut le savent, je ne suis pas un partisan inconditionnel de l’or.Il y a environ 18 mois, j’avais même consacré l’une de ces chroniques à la nécessité de vendre le métal jaune alors que son cours était aux alentours de $ 1800 par once.

    Je devrais donc être satisfait de le voir baisser, et pourtant, je ne le suis pas, pour une raison très simple: Comme le graphique ci dessus le montre, chaque fois que l’or a baissé dans le passé (périodes hachurées en blanc sur le graphique), cela a correspondu à une baisse du taux d’inflation aux Etats-Unis.

    Quelques explications

    La ligne rouge, échelle de droite, correspond à la variation de l’indice des prix de détail aux USA sur les 12 derniers mois

    Le hachurage gris correspond aux moments où le cours de l’or fait mieux que le cash en dollar, ajusté pour les taux d’intérêts que l’on peut recevoir sur ce cash.

    Quand l’or fait mieux que le cash, cela veut dire en général que la politique monétaire Américaine est quelque peu « incontinente », ce qui dans le passé a toujours déclenché une hausse de l’inflation.

    Fort bien, mais va me demander le lecteur, mais qu’est qui vous ennuie en ce moment?

    Une chose: de l’avis général, la politique monétaire serait éminemment laxiste en ce moment  et donc l’or devrait monter, or il baisse, et à cela il y a deux explications.

    •  Celle du grand complot international, à laquelle je ne prête pas d’attention.
    • Celle d’un écroulement de la vélocité de la monnaie (trou noir financier) quelque part dans le système, qui m’ennuie beaucoup plus, et que je vais développer ci dessous
  • Économie, Écologie...,  Politique

    Tartuffe, Saint patron des socialistes

    Extrait d’un texte de Charles Gave

    (…) Le danger pour tous nos Tartuffes est en fait que le voile ne se déchire et que les Français se rendent compte d’un seul coup et tous ensemble qu’ils sont gouvernés par des hypocrites malhonnêtes.

    Le coup était déjà passé bien prés avec l’affaire ou les affaires DSK,  mais voila qui commence  à  faire-un peu- désordre. Cahuzac+ DSK = Doute existentiel sur la qualité de nos élites, voila qui est dangereux.

    Ils essayent  donc  d’expliquer  qu’il s’agit là  d’une faute « individuelle » , que cela n’a rien à  voir avec eux que leurs intentions étaient et restent pures et qu’l ne faut pas oublier que le vrai ennemi n’est pas celui qui vole la richesse , mais celui qui la crée,  la palme revenant  à  un article de Libération expliquant que le crime de monsieur Cahuzac  trouvait sa source dans le Libéralisme ambiant…Las.

    La France, comme chacun  le sait a une Presse de qualité qui ne survivrait pas une seconde sans les subsides de l’Etat.  D’ou la  farouche indépendance dont elle fait preuve sans arrêt dans la recherche des vraies responsabilités.Mais est ce bien sur qu’il s’agit là d’un crime individuel?

    Se pourrait-il que ce soit non pas la pratique du Socialisme par certains qui serait fautive, mais l’essence même de cette nouvelle religion qui soit pourrie?En toute honnêteté,  je me contrefous de monsieur Cahuzac et de ses turpitudes. La réalité est que Socialisme , Tartufferie et Crime sont consubstantiels et qu’il ne peut pas en être autrement .

    Revenons à  la source de toute vraie corruption qui n’est jamais l’argent mais le Pouvoir. Le corrompu est TOUJOURS quelqu’un qui dispose d’un pouvoir POLITIQUE et qui se fait acheter. De nombreuses études ont été faites sur la corruption dans tous les pays du monde, des classements sont publiés chaque année, des think tanks se penchent sur ces problèmes  en temps réel et les conclusions sont toujours les mêmes: ce qui crée la corruption, c’est l’accès sans contrôle par les détenteurs du pouvoir  politique  à de l’argent qu’ils n’ont pas gagné.

    Mettez des hommes devant la possibilité de transformer de l’argent public dans de l’argent privé, et un certain nombre d’entre eux succomberont à  la tentation.   C’est ainsi , et cela se passera toujours ainsi. (Voir Zadig (si vous ne trouvez pas demandez à Monsieur Frédéric Lefebvre))En fait, dans tous les classements internationaux de la corruption, il existe une corrélation quasiment parfaite entre le poids de l’Etat dans l’économie et l’indice de corruption, et c’est bien normal , il ne peut pas en être autrement.

    Et comme le poids de l’Etat ne cesse de monter dans notre économie (à cause des Socialistes, certes mais aussi hélas à  cause d’une droite Française stupidement  Etatiste), la France ne cesse de reculer dans tous ces classements pour se retrouver à  des niveaux de pays assez peu réputés pour l’éthique de leur classe politique.Et le pire est que la population s’y habitue et trouve cela « normal ».

    Prenons quelques exemples de corruption patente et qui pourtant n’ont alarmé personne:

  • Économie, Écologie...

    Schumpeter et Tocqueville par Charles Gave

    Schumpeter, au début des années 20 était dans un café à Vienne avec un ami; entre Max Weber, le grand, l’immense sociologue, et tous les trois de commencer à discuter sur ce qui se passait à ce moment la en Russie, avec la prise de pouvoir par les communistes. Schumpeter, très calmement annonce que l’expérience va échouer et qu’elle sera a l’origine de dizaines voir de centaines de million de morts d’abord en Russie, et ensuite dans le monde entier. Plus Schumpeter développe ses arguments, plus Max Weber devient agité et plus il se met à hurler qu’il est absolument intolérable de prévoir de telles horreurs et de ne rien faire pour les empêcher. Le ton continue à monter au point que Schumpeter se croit obligé de reprendre son manteau pour sortir. Une fois dehors, son ami (qui a rapporte cette altercation) demande a Schumpeter ce qu’il pensait de cette discussion.

    Très calme, notre héros lui dit : « Je ne comprends pas comment un homme aussi bien élevé peut crier aussi fort dans un café. « 

    Il y a dans cette anecdote tout ce que j’aime chez Schumpeter.

    Une capacité incroyable à analyser une situation et à en tirer une conclusion logique sans que ses préférences personnelles influent en quoi que ce soit sur son analyse. Von Mises ou Hayek auront aussi cette capacité, mais il sera toujours possible de leur opposer que leurs conclusions sont douteuses parce qu’entachées par leurs préférences politiques personnelles. Pas Schumpeter. Il analyse froidement la situation, et en tire les conclusions qui lui semblent s’imposer tout en faisant abstraction de tout à priori normatif. C’est ce qu’il appelait avoir l’esprit « scientifique ».
    Il avait un humour incroyable que seuls Bastiat, Milton Friedman ou Keynes ont approché, tant il est vrai que la plupart des économistes sont d’un ennui foudroyant. Il disait qu’il avait trois buts dans la vie, être le meilleur économiste de tous les temps, mais aussi le meilleur amant et le meilleur cavalier. Ensuite, il ajoutait « et pour ce qui est des chevaux, j’ai encore des progrès à faire »
    Il parlait toutes les langues, était d’une culture incroyable (voir son histoire des idées économiques) et il est mort en lisant les tragédies d’Eschyle dans le texte en Grec ancien. Il était aussi a l’aise en sociologie (son analyse de la sociologie de Karl Marx est un classique) qu’en économie ou en économétrie…Bref, un géant de la pensée, un vrai.

    Son grand livre s’intitule » Capitalisme, Socialisme et Démocratie » et c’est dans ce livre qu’il introduit la notion de « création destructrice » qui seule permet la croissance économique, mais ce grand livre est incroyablement pessimiste.

    Sa thèse, grossièrement résumée est la suivante :

    Le capitalisme permet la croissance économique et une hausse du niveau de vie de tout un chacun et il est le seul à les permettre. Cette hausse du niveau de vie va permettre à la population entière d’être éduquée. Ce besoin d’éducation va créer une classe d’intellectuels qui ne pourront pas ne pas haïr de toutes leurs forces la création destructrice tant ils voudront être les seuls a y échapper (si on avait demandé aux dinosaures si le Darwinisme était une bonne idée, nul doute qu’ils auraient répondu par la négative).

    Cette classe intellectuelle allait certainement prendre le contrôle du système démocratique par le vote, et son seul et unique but serait d’empêcher la création destructrice d’avoir lieu, ce qui tuerait toute croissance et amènerait à de plus en plus d’interventions de la part du pouvoir politique et donc à une chute encore plus forte de la croissance, la fin ultime étant un corporatisme protectionniste et la stagnation économique au mieux, un écroulement du système démocratique, au pire.

    Schumpeter se hâtait d’ajouter que ce n’était pas ce qu’il souhaitait, mais ce qui lui semblait inévitable…On voit à quel point cette analyse est différente de celle de Milton Friedman, pour qui capitalisme et démocratie étaient l’envers et l’endroit de la même pièce de monnaie. J’ai longtemps cru que Milton avait raison et que Schumpeter avait tort.

    Les événements actuels m’amènent à penser qu’il n’avait peut être pas si tort que ca…Partout de pseudo intellectuels ont pris le pouvoir (Obama, Holland, Monti, la commission Européenne), et ils n’ont comme point commun que leur détestation du capitalisme et de la création destructrice.

    Partout les prix de marché qui seuls permettent des décisions rationnelles sont supprimés (Euro, taux d’intérêts) ou manipulés (Taux de change, salaire minimum, privilèges de la fonction publiques, capitalisme de connivence,etc…).Partout ou les intellectuels ont pris le pouvoir, partout les entrepreneurs sont vilipendés et taxés a mortJamais l’écart entre ces élites éduquées et le peuple n’a été aussi immense, jamais les procédures électorales n’ont été autant manipulées pour que cette caste des « cognoscenti » reste au pouvoir envers et contre tout. Entre Berlusconi qui manipule l’électorat avec son réseau de télévisions et de journaux et les technocrates français au pouvoir depuis longtemps grâce au contrôle qu’ils ont du monde de la culture et de l’éducation nationale, je ne vois pas bien la différence.Pour éviter de tomber dans un pessimisme Schumpetérien et garder mon optimisme Friedmanien, je peux peut être faire l’analyse suivante.

    Il existe des pays où nous n’avions ni liberté économique ni Démocratie. Apres la chute du mur de Berlin, les autorités dans ces pays ont DU donner à leurs peuples la liberté économique et donc permettre à la destruction créatrice d’avoir lieu. La croissance a suiviCette croissance amènera à terme à la Démocratie (thèse de Friedman), qui après quelques décennies sera capturée par nos incompétents sur diplômés (thèse de Schumpeter).

    Peut être après tout le cycle long est-il:

    -Capitalisme

    -Hausse du niveau de vie

    -Apparition d’une classe d’intellectuels, qui s’emploient à tout foutre en l’air, avec tout le succès que l’on voit en France en ce moment.

    -Stagnation

    -Révolution ou Reforme

    -Baisse du niveau de vie

    -Dictature

    -Retour à la case départ?

    Ce qui voudrait dire que en ce qui concerne le placement des capitaux, il faudrait être aujourd’hui en Asie ou en Amérique Latine, surveiller les USA et la Grande Bretagne dans l’espoir d’un sursaut et rester en Suède ou au Canada qui sont déjà passés par la case Révolution ou Réforme

    Mais Dieu que l’Euroland est mal partie si cette analyse est juste…

    Par Charles Gave/ le 11/3/13