• Économie, Écologie...,  Politique

    Royaume-Uni: taux de chômage au plus bas niveau depuis 1974

    Le taux de chômage au Royaume-Uni est à son plus bas niveau depuis 1974 : 3,8% de chômeurs au 1er trimestre. Malgré le Brexit et des situations très contrastées dans le pays, le marché de l’emploi montre une bonne solidité. Il reste dynamique et continue de créer des emplois. Selon l’office des statistiques nationales, ce bon résultat est au-delà des prévisions.

    RFI

    Lire aussi l’excellent article de Contrepoint : https://www.contrepoints.org/2019/05/16/344443-chomage-iii-quand-le-taux-britannique-tombe-a-38

  • Économie, Écologie...,  Politique

    Brexit : Le chômage au Royaume Uni atteint son plus bas depuis 42 ans, à 4.5%

    Royaume-Uni : le taux de chômage baisse à 4,5% fin mai, au plus bas depuis 42 ans

    Voir aussi : L’UE qui perdra jusqu’à 20 milliards € par an après le Brexit s’inquiète (29/06/17)

    Le Royaume-Uni ne comptait plus que 1,49 million de chômeurs à la fin du mois de mai.

    Le taux de chômage au Royaume-Uni a baissé à 4,5% fin mai, contre 4,6% à fin avril, son niveau le plus bas depuis 42 ans, a annoncé mercredi l’ONS. Lors de la période de trois mois de mars à mai, le

  • Économie, Écologie...

    France 2 explique la manipulation des chiffres pour faire baisser artificiellement les chiffres du chômage

    Alors que le gouvernement se félicite de la baisse du nombre de chômeurs, des politiques n’hésitent pas à parler de «manipulation» des données.

    Les chiffres seraient biaisés par les nombreux départs en formation et en stage.

    Hier soir le 20h de France 2 a donc analysé la situation et s’est arrêté sur le nombre de chômeurs en catégorie A en baisse vantée dans les médias par le gouvernement de François Hollande.
    Problème, une grande partie des chômeurs seraient tout simplement passés  en… catégorie D, toujours en demande d’emploi…

    .

  • Économie, Écologie...,  Politique,  vidéo

    20.000 chômeurs de plus, la France bat un nouveau record

    Le nombre de demandeurs d’emplois a de nouveau progressé (+0,6%) au mois d’août après un mois de répit. Avec 20.000 chômeurs de plus, la France bat un nouveau record. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A s’établit ainsi à 3.571.600 personnes.

  • Économie, Écologie...

    L’Union européenne contre nos salaires

    Par Roberto Fiorini

    L’Europe libérale qui s’est construite à Bruxelles n’avait pas de prérogatives particulières pour agir directement sur les questions salariales, qui restaient du ressort de chaque pays, et de ses partenaires sociaux. Pourtant grâce aux différentes politiques économiques dictées aux gouvernements, qui ont accepté d’abandonner leurs prérogatives économiques, elle n’a cessé d’attaquer l’emploi et les salaires pour installer le libéralisme économique et ensuite permettre à l’euro d’exister.

    Le projet européen, portait, sur ses fonds baptismaux (avec le traité de Rome), l’idée d’amélioration des conditions de vie. Il est temps de faire un bilan de ces promesses, et de voir quelle a été l’action réelle de cette Europe des marchands et des financiers, qui a sacralisé le règne de la mondialisation et des systèmes économiques ouverts, au détriment de la qualité de vie des peuples.

    Consciente des coups portés aux salaires et au pouvoir d’achat, l’UE n’ambitionne plus d’améliorer nos conditions de vie ; sa stratégie « UE 2020 » (* 1 p 99) envisage seulement de réduire la pauvreté ! Que de promesses trahies, que d’ambitions remisées ! Nous allons le détailler, par de nombreux moyens l’UE n’a cessé d’attaquer les salaires et de limiter leur progression.

    Ambitions de nivellement de la construction

    A la sortie de la guerre cette idée d’amélioration du niveau de vie fut martelée aux peuples européens, notamment dans l’article 2 du traité de Rome : « … conduire à un relèvement accéléré du niveau de vie ». Pour y parvenir sont notamment engagées des politiques visant à tenter de réduire les déséquilibres entre les différentes régions d’Europe.

    L’objectif sous-jacent était d’éviter de laisser des zones pauvres, ou le chômage augmenterait, car on savait que si le chômage augmentait, certaines entreprises seraient tentées de délocaliser au sein du marché unique sans frontières (encore à naitre). Les économistes savaient aussi que les salariés seraient prêts à accepter des salaires plus bas… s’ils étaient confrontés durablement au chômage. Au début, ils ont tenté de lutter contre cela.

    La crise de 1973 avait fait de la lutte contre l’inflation une priorité absolue. La cible

  • Politique

    Le chômage a explosé en février et bat un nouveau record

    Le chômage a encore progressé de 0,9% en février, selon les chiffres du ministère du Travail publié ce mercredi 26 mars. Jeunes comme séniors sont touchés. Le nombre total de chômeurs atteint donc 3.347.700 personnes. Soit un niveau 3,5 fois plus important qu’à la fin janvier. C’est même le deuxième plus mauvais résultat enregistré depuis un an. Au total, le nombre de chômeurs recensés dans la catégorie phare frôle les 3,35 millions.

    14973332-dessin-anime-book-explosion-comic-boomUne vraie gifle, qui devrait laisser des traces et sans doute avoir un impact dimanche lors du deuxième tour des municipales.

    Selon les données communiquées par le ministère du Travail, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A à Pôle emploi a bondi de 31.500 à la fin du mois de février, pour atteindre 3,35 millions. Un nouveau record!

    Cette hausse, la quatrième d’affilée, est même la deuxième plus importante (hors contrecoup du bug SFR fin septembre) enregistrée depuis un an, renvoyant un peu plus aux calendes grecques la promesse de François Hollande d’inversion de la courbe, attendue pour la fin de l’année dernière. Si on inclut les demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite (catégories B et C), la progression est légèrement moindre, avec 7900 chômeurs inscrits de plus fin février, pour désormais frôler les 5 millions de personnes inscrites.

    Sur un an, les hausses enregistrées avoisinent dans toutes les catégories les + 5 %.

     

    Explosion aussi des radiations

    Quoi qu’il en soit, tous les indicateurs ont définitivement basculé dans le rouge le mois dernier.

    Le chômage des jeunes? En hausse de 0,3 % sur un mois (mais en baisse de 1,5 % sur un an, seule donnée positive du cru de fin février). Celui des 25-49 ans, qui jusqu’alors était relativement contenu? En progression de 1 % en février. Les seniors? Leur nombre d’inscrits a explosé de 1,3 % par rapport à fin janvier. Les chômeurs de longue durée, inscrits depuis plus d’un an? Là encore en hausse de 0,6 % sur un mois, avec une prime spéciale pour les «très longue durée» (sans emploi depuis plus de trois ans) qui voient leur nombre enfler une nouvelle fois de 1,4 % en un mois (et même 17,9 % sur un an) et dépasser les 610.000 personnes. L’ancienneté moyenne au chômage? Augmentée de deux jours, à 517 jours, un nouveau record.

    Ces résultats sombres auraient en outre pu être bien pires sans l’explosion de 28,2 % des radiations administratives sur un mois ou la progression de 11,2 % des cessations d’inscription pour défaut d’actualisation. Deux données qui ont donc minimisé l’ampleur de la progression…

    La situation est tellement mauvaise que Michel Sapin, dans son communiqué, ne parle même plus de tendance -le ministre avait pris l’habitude ces derniers mois de présenter

  • Politique

    Juste avant la publication des chiffres sur le chômage, Hollande fait marche arrière

    C’est un nouveau rétropédalage que vient d’effectuer François Hollande. Le président de la République, qui s’était fixé comme objectif la fin de l’année 2013 pour inverser la courbe de l’emploi, ne se donne désormais plus de date.

    francois-hollande-securite-cout

    « Ça prendra le temps nécessaire. Ce qui compte, c’est la tendance »,

    A déclaré le chef de l’État, à quelques heures de la publication des nouveaux chiffres du chômage pour octobre.

    Le Point

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE