• Politique

    Quand les Verts allemands s’adonnaient à la pédophilie dans une communauté Emmaüs

    Lu sur NDF

    Au début des années 80, dans la communauté Emmaüs de Kamp-Lintfort, près de Daschsberg en Allemagne, la pédophilie était pratiquée et encouragée au quotidien par un groupe d’écologistes. Aujourd’hui les Verts allemands aimeraient bien faire oublier que dans les années 70 et 80, une partie d’entre eux demandaient la légalisation de la pédophilie et considéraient le sexe entre adultes et enfants comme une des avancées de la grande libération sexuelle de mai 68.

    La pédophilie, c’est écolo

    Il s’agit bien ici d’une communauté du Mouvement Emmaüs fondé par l’Abbé Pierre mais le mouvement lui-même n’est pas en cause. Le 21 juillet l’hebdomadaire allemand Die Welt a publié des témoignages de victimes de l’idéologie pédophile des Verts allemands dont certains affichaient publiquement leur goût pour les enfants et les jeunes adolescents. Un témoin raconte à Die Welt comment, dans cette communauté colonisée et détournée de ses objectifs par un groupe d’écologistes allemands, des enfants de 12 ans recevaient des bonbons, de l’argent de poche, des magazines pornographiques et des cigarettes quand ils acceptaient d’avoir des contacts sexuels avec des adultes. On disait à chaque enfant que c’était à lui de décider, mais dans la réalité, affirme aujourd’hui un enfant de l’époque, les jeunes membres de la communauté étaient exploités sexuellement, et ce de manière répétée. Parmi les délinquants sexuels, il y avait Herman Meer, membre de la direction des Verts du Land de Rhénanie-du-Nord – Westphalie et chef de la communauté Emmaüs en cause. Meer ne cachait son attirance pour les jeunes garçons. Il disait agir comme les philosophes grecs qui avaient des relations sexuels avec leurs élèves. En septembre 1983, la communauté de Kamp-Lintfort a accueilli un congrès des jeunes Verts qui a surtout débattu du sexe avec les enfants. Les participants étaient partagés à peu près à égalité entre les partisans d’un abaissement de l’âge de l’initiation sexuelle et ceux qui s’y opposaient. Si certains proposaient d’abaisser à 12 ans l’âge légal pour le sexe entre adultes et enfants, d’autres ne voyaient aucun problème à avoir des contacts sexuels avec des enfants de 6 ans.

    Die-Welt-article-du-21-juillet-en-ligne

    Quand les différentes mouvances socialistes se rencontrent
  • Politique

    Dans les années 80 les Verts ont financé un comité de pédophiles

    daniel_cohn_bendit_eelv-kleinkariert

    Les pédophiles ont eu chez les Verts une influence plus grande qu’on ne le pensait jusqu’à présent. Dans les premières années du parti, selon les informations du SPIEGEL, un groupe de travail demandait ouvertement la légalisation du sexe avec les enfants. Il n’était pas seulement toléré, mais financé par le siège fédéral et par le groupe vert au Bundestag.

    (…) Der Spiegel

    Rappel : En 1977, la gauche française demandait la libéralisation de la pédophilie et la même année elle créait le Front de libération des pédophiles. Daniel Cohn Bendit, lui, publiait en 1975 un livre, « grand bazar », où il consacrait un chapitre à la « sexualité des enfants ». Bien d’Autres pétitions, et tribunes seront publiées par Libé, Le Nouvel Obs et Le Monde à la fin des années 70. La dernière pétition de Libération en faveur de la pédophilie date de 1979… Il n’y a pas si longtemps…

    Le 26 janvier 1977, Le Monde publiait une célèbre lettre ouverte aux Parlementaires, relayée, évidemment, par Libération, pour défendre dans « l’affaire de Versailles », 3 hommes qui étaient accusés de pédophilie, pour avoir couché avec des mineurs et pris des photos de leurs intimités.  Parmi la liste des 60 signataires de cette pétition :

  • Politique,  vidéo

    Marine Le Pen interpelle François Hollande au Parlement européen (vidéo)

    Lors de son discours de beni oui-oui devant le parlement européen, François Mimolette Hollande a dû faire face à Marine Le Pen. Celle-ci s’en est prise à la politique européïste désastreuse des socialistes, et en a profité pour mettre un bon coup de boule au fascistoïde vert, daniel Cohn bendit.


    « Il est plus que temps de vous apercevoir que vous vous êtes trompés de chemin (…), poursuivre votre politique socio-économique, c’est faire le jeu exclusif des puissances d’argent et d’une Union européenne quasi-totalitaire », a-t-elle déclaré, avant de dénoncer une UE sous « l’emprise des banksters de Goldman Sachs ».


    « Cette monnaie unique, il faudra bien accepter de la déconstruire ensemble avant qu’elle ne le fasse d’elle-même, dans la surchauffe et la panique des salles de marchés », a-t-elle ajouté sous les huées de certains députés.

    Marine Le pen relève le peu de courage de François Mimolette et dénonce le dumping de l’Allemagne.