• Politique,  vidéo

    Marine Le Pen : «Le risque de passer de la révolte à la révolution» (vidéo)

    Article du Parisien qui reprend les propos tenus par la présidente du FN. On vous conseille de regarder la vidéo, c’est toujours plus fidèle au réel que le compte rendu partiel (et souvent partial) d’un journaliste.

    ——————

    La présidente du Front national, Marine Le Pen, était ce dimanche l’invitée de «Tous politiques». L’eurodéputée a dit comprendre la fronde qui s’est exprimée ce week-end par des manifestations, opérations escargots et autres actions de vandalisme contre les portiques et bornes écotaxes ou contre les radars.

     

    VIDEO. L’intégralité de l’interview de Marine Le Pen


    10/11/2013 TOUS POLITIQUES par france24

    Marine Le Pen «comprend» la «révolte». «Il existe en France une véritable révolte que le gouvernement cherche à localiser en Bretagne ou à minimiser mais qui en réalité touche toute la France», estime Marine Le Pen à propos des manifestations et autres actions de vandalisme anti-écotaxes et anti-radars qui ont émaillées le week-end. «Je les comprends, comme beaucoup de Français», dit-elle.

    «Le risque, c’est de passer de la révolte à la révolution. Et ce danger existe lorsque l’on a un gouvernement qui est autiste», prévient-elle. Selon elle, «ça n’est pas une jacquerie locale». «Ceux qui veulent limiter ça à une petite révolte locale se trompent.»

     

    La dégradation de la note de la France par Standard & Poor’s «est grave». «Parce que la conséquence immédiate, c’est le danger de l’augmentation des taux d’intérêts», explique Marine Le Pen.  La présidente du FN l’assure, «la politique d’austérité aggrave la situation, les déficits, la dette». L’eurodéputée plaide en outre pour une sortie de l’euro. «On va continuer combien de temps avec cette monnaie qui nous ruine?» «Il faut envisager calmement, avant qu’il ne nous pète aux moustaches, la déconstruction de l’euro», martèle la présidente du FN.

    Marine Le Pen ne serait pas allée à Colombey. «Il était là à titre personnel», dit la patronne du FN de son vice-président, qui a provoqué une polémique en se rendant à Colombey-les-Deux-Eglises (Haute-Marne) pour le 43e anniversaire de la mort du général de Gaulle. «J’ai trouvé franchement indécent les réactions que cela a provoqué à l’UMP», ajoute-t-elle tout balayant les grincements de dents que cela a suscité au sein de son propre parti.

    «L’UMP est bien mal placée aujourd’hui pour venir se présenter comme les héritiers du général de Gaulle», redit-elle. La présidente du FN ne se serait néanmoins pas rendue sur sa tombe. «Je n’y serais pas allée parce que je sais que c’est un sujet sensible, notamment à l’égard des harkis ou des pieds noirs.»

    La France, «pays le moins raciste du monde».

  • Économie, Écologie...

    S&P abaisse la note de la France

    Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

    (…)

    Cet événement tue ainsi le mythe commun à l’UMP et au PS selon lequel l’austérité permettrait de se dégager de l’emprise des marchés financiers et de retrouver notre liberté d’action. Bien au contraire, plus nous allons dans la voie de l’eurostérité, plus nous plongeons et plus nous sommes soumis à la dictature de la finance et des taux d’intérêt qu’elle facture à notre pays.

    Les Français doivent en effet réaliser que tous les sacrifices qui leur sont demandés depuis plusieurs années, aussi bien la hausse de la fiscalité que la réduction des services publics et de santé, sont annulés dès que les taux d’intérêt appliqués au remboursement de notre dette publique augmentent.

    Plusieurs pays de la zone euro ont connu ce cercle vicieux avant nous, à commencer par la Grèce et l’Espagne : la décision prise par S&P nous confirme que nous sommes embarqués dans la même logique.

    (…) lire la suite

    Pour compléter:


    La finance: l’adversaire de François Hollande par vcrousier

    L’agence de notation financière Standard & Poor’s (S&P) a abaissé vendredi 8 novembre d’un cran la note de la France, la passant de AA+ à AA.

    500x_lovelove1_01

    Cette annonce a eu pour effet de faire monter le taux d’emprunt à 10 ans de la France à l’ouverture du marché obligataire en zone euro : peu après 8 heures, ce taux s’inscrivait à 2,389 % contre 2,158 % la veille à la clôture du marché secondaire, où s’échange la dette déjà émise.

    S&P a justifié sa décision en estimant que “la marge de manœuvre budgétaire de la France s’est réduite, alors [qu’il] la considér[ait] auparavant comme élevée au regard des pays comparables”.

    L’agence indique remarquer “que les pouvoirs publics disposent désormais d’une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes”, et donc diminuer l’endettement du pays.

    “Nous considérons que les mesures de politique économique mises en œuvre depuis depuis le 23 novembre 2012 [date à laquelle S&P avait confirmé la note du pays] n’ont pas réduit de manière significative le risque que le taux de chômage reste au-dessus de 10 % jusqu’en 2016″, fait valoir l’agence. Elle estime aussi “que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles et affecte les perspectives de croissance à plus long terme”.

  • Économie, Écologie...,  vidéo

    Olivier Delamarche : « La France va être dégradée dans les jours ou les semaines qui viennent »

    Sur la crise de 2008 Olivier Delamarche était l’un des seuls analystes a avoir vu le choc. Sur la chute de la Grèce, de l’Italie, de l’Espagne et du Portugal, Olivier Delamarche avait encore vu juste. Sur les chiffres du chomâge aux USA, également, et sur le Japon, l’actualité lui donne une nouvelle fois raison.

    Alors quand Olivier Delamarche prédit une dégradation de la France dans les mois qui viennent, faut-il le croire ?

    « Nous aurons une dégradation et cette fois-ci on ne nous la jouera pas dans le même sens que la première fois. C’est-à-dire que nous ne pourrons pas nous réjouir d’une baisse des taux, ça ira plutôt dans le sens contraire »