• Politique,  vidéo

    Réforme territoriale : Marion Maréchal – Le Pen dénonce les mensonges de François Hollande et Manuel Valls sur la suppression des départements. (vidéo)

    Ce ne sont pas des amateurs, ce sont les valets d’une bureaucratie européenne qui veut que la France s’organise en Landers comme en Allemagne. L’objectif est de détruite la centralité de l’Etat pour constituer une Europe fédérale des régions.

    Déclaration de M. François Hollande, Président de la République, sur la réforme des collectivités locales, à Paris le 5 octobre 2012.

    francois-hollandeAujourd’hui, c’est le département qui est sur la sellette. Trop vieux, trop archaïque, trop dépassé. Je ne suis pas un défenseur d’une collectivité parmi d’autres. Chacun doit avoir la lucidité de regarder les évolutions qu’il convient d’accomplir.

    Des arguments en termes d’économie sont souvent avancés pour supprimer un échelon. Il ne résiste pas à l’examen dès lors qu’il n’est pas question d’abolir les compétences que cette collectivité exerce.

    A part diminuer quelques dizaines d’élus, où est l’économie ? Quant à la simplification espérée, elle aboutirait à l’éloignement le plus souvent de nos concitoyens par rapport aux décisions prises sans effet sur l’efficacité même du service rendu.

    Manuel Valls : Séance du 15 janvier 2013 (compte rendu intégral des débats)

    Le département doit rester un échelon territorial à part entière ; son nom doit doapparaître plus clairement. Le département est un échelon de proximité essentiel. Un échelon républicain par excellence, à ce titre il conserve toute sa pertinence.

  • Économie, Écologie...

    30 départements prévoient de grandes difficultés pour boucler leur budget

    L’Assemblée des départements de France tire la sonnette d’alarme sur l’augmentation des dépenses sociales. Elle réclame une aide exceptionnelle de l’Etat de 400 à 500 millions d’euros pour boucler 2012 et une réforme de fond du financement des collectivités pour la suite.

    Le financement des départements vire au casse-tête. Comme l’année dernière, où le gouvernement Sarkozy avait été contraint en fin d’année de mettre en place un fonds d’urgence de 150 millions d’euros pour permettre aux départements dans le rouge de boucler leur budget, 30 d’entre eux se trouvent aujourd’hui en difficulté. Certains évoquent même, sous le couvert de l’anonymat, l’idée de voter un budget en déséquilibre, ce qui est interdit par la loi. Claudy Lebreton, président de l’Assemblée des départements de France, élu PS des Côtes-d’Armor, se dit « extrêmement inquiet » et va même jusqu’à faire du règlement de cette question le préalable à toute réforme de la décentralisation. Dans l’immédiat, pour boucler 2012, les élus plaident pour la création d’un fonds d’urgence de 400 à 500 millions d’euros.

    Lire la suite de l’article sur Les Echos

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE