• Politique

    Inéligibilité de Dominique Reynié : un camouflet pour les « experts » et les collusions de l’UMPS (Maj)

    Lire nos articles sur Dominique reynié, et plus particulièrement sur cette magouille des Ripoux-blicains du PS et de LR.

    Cette affaire est un scandale d’État. Encore la preuve que la justice est manipulée à des fins politiques. Nous ne sommes plus en démocratie.


    Article du Blog Politique de France 3 Midi-Pyrénées

    (…)

    La « bienveillance » de ses adversaires socialistes

    Tout cette agitation (souterraine) et le sol qui commence à trembler sous les pieds de Dominique Reynié sont bien partis d’une faille localisée dans l’Aveyron. Dominique Reynié a raison. Sa chute a des racines locales. Mais il a également bénéficié d’une « protection » également très locale. Une « protection » localisée dans… le camp adverse.

    Lors d’une réunion à Millau, un militant socialiste interpelle ses instances départementales. Il connaît le dossier Reynié et veut saisir la justice. II demande l’autorisation au 1er fédéral de l’Aveyron. Carole Delga est présente. Un des piliers de sa campagne, l’ancien sénateur de l’Aveyron, Alain Fauconnier également. Réponse : non. Pas question de bouger.

    Cette bienveillance peut surprendre. Eliminer ou du moins affaiblir un concurrent, c’est de bonne guerre dans une bataille électorale. Sauf, quand le concurrent est un concurrent utile. Suffisamment haut dans les sondages pour barrer la route à Louis Aliot et au Front National. Suffisamment bas pour ne pas constituer un danger pour la candidate socialiste.  

    Il nous va très bien Reynié, faut surtout pas nous le changer ».

    Quelques temps après la réunion de Millau, un des plus proches collaborateur de Carole Delga, explicite les choses : «Il nous va très bien Reynié, faut surtout pas nous le changer ». Ce sont quasiment les mêmes mots utilisés par celui qui va devenir le directeur de cabinet de la future présidente de Région. Laurent Blondiau est alors en charge de la campagne de Carole Delga. Lors d’une opération autour du Canal du Midi, il n’hésite pas à dire au staff de Dominique Reynié qu’il faut conserver le candidat de la droite.

    A l’époque de ces propos, la date de l’enregistrement de la candidature Reynié par la préfecture approche. Beaucoup s’interrogent sur l’attitude du préfet de région : va-t-il siffler la fin de la partie ? Pour le staff de Carole Delga, pas de doute, il faut le maintenir en piste.

    Jusqu’aux plus hauts sommets de l’Etat

    Paradoxalement, dans le même temps, Dominique Reynié reste confiant et affirme qu’il est parfaitement serein. Mais c’est également le cas de son entourage politique. Sacha Briand (conseiller régional et maire adjoint de Toulouse mais aussi avocat) a toujours affirmé que la question de l’éligiblité de Dominique Reynié ne se pose absolument pas. Même ligne du côté d’un autre conseiller régional LR, lui aussi avocat et élu municipal (à Montauban), Thierry Deville.

    Ce sont les concurrents de Dominique Reynié qui ont conscience que la foudre peut tomber. Le premier ministre, Manuel Valls, et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve sont personnellement et directement avisés du dossier Reynié.

    Article de la Dépêche du Midi

    Le Conseil d’État a annulé vendredi pour des raisons d’inéligibilité l’élection comme conseiller régional de Dominique Reynié (Les Républicains), chef de file de la droite et du centre en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, près de 6 mois après le scrutin.

    La plus haute juridiction administrative a estimé que M. Reynié, qui a mené la liste LR-UDI-MoDem aux régionales de décembre 2015, « ne pouvait être regardé comme ayant son établissement principal dans la région » lorsqu’il était candidat, le rendant ainsi inéligible.

    lire la suite


    Communiqué de presse de Louis Aliot, Vice-président du Front National

    triangulaire-regionales

    Le Conseil d’Etat vient n’annuler l’élection de Dominique Reynié,

  • Politique

    Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon: demande d’annulation de l’élection de Dominique Reynié

    Dominique Reynié (Les Républicains) a annoncé ce mercredi à Toulouse que le rapporteur du Conseil d’État avait demandé l’annulation de son élection au Conseil régional de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon et qu’en conséquence, il suspendait sa participation aux prochaines réunions de la collectivité.

  • Non classé

    La vérité sur Dominique Reynié

    Une étiquette de droite mais des idées franchement à gauche !

    La politique n’est pas une pratique hors-sol : c’est l’incarnation des idées par des hommes et des femmes. La personnalité des candidats est donc essentielle car elle détermine largement les décisions et la manière de diriger. Il est donc capital d’être bien informé sur le parcours de chaque tête de liste pour faire le bon choix.

    Ce dossier vous présente le vrai visage de Dominique Reynié, chef de file UMP/Les Républicains-UDI-Modem, qui derrière une étiquette de « droite » défend les mêmes idées que le PS et ses alliés de gauche.

    Reynié F5

    logo 1 Un candidat parachuté, soutenu par Manuel Valls

    Dominique Reynié, bien que né à Rodez, n’a quasiment aucun lien professionnel ou personnel avec notre territoire. Il est enseignant à Sciences Po’ Paris (qu’il a fréquenté auparavant en tant qu’étudiant) et chroniqueur pour de nombreux médias parisiens. Sa fondation, proche de l’UMP/les Républicains, est elle aussi domiciliée à Paris. Ses seules activités notables en dehors de la capitale se font, non pas dans notre région, mais… à la Commission européenne de Bruxelles !

    N’ayant aucune attache sur la région, il a du signer un bail de complaisance en mars dernier pour sous-louer une chambre chez sa mère ! Sans l’intervention de Manuel Valls en personne, Dominique Reynié, incapable de justifier d’un ancrage réel sur la région, aurait été inéligible.

    reynié saut photo

    Peut-on donner les clés de notre région à une personne qui s’en est totalement désintéressé depuis plus de 30 ans ?

    logo2 L’homme de l’immigration de masse

    Comme la plupart des « élites », M. Reynié souhaite imposer à la France et à l’Europe entière un déferlement migratoire qu’il nomme lui-même le « grand repeuplement ». Dans son livre « Les Nouveaux populismes » il indique que nous devons avoir un solde migratoire d’au moins 1.6 million de personnes chaque année (p.360). Cette politique de « repeuplement », qui rappelle les propos récents de M. Valls, apparaît aussi dans ses interventions télévisées :

    « Nous allons devoir accueillir beaucoup d’immigrés […] 80 millions au minimum, l’ONU dit 125 millions »


    125 millions d’immigrés à accueillir par martin-dupont

    « il y aura de plus en plus d’immigrés dans les années qui viennent […] il y aura un choc, une confrontation ».


    Immigration – analyse de M. Reynier sur Canal+ par noop

    Souhaitez-vous réellement le « grand repeuplement » de notre région par des flots de migrants ?

    logo3Le soutien du lobby LGBT

    En 2012-2013 des millions de Français ont défilé contre la loi instaurant le mariage et l’adoption par les couples homosexuels. Dominique Reynié n’en faisait pas partie, et pour cause : il est favorable au « mariage pour tous » et à toutes les revendications du lobby LGBT : adoption, procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA)… A rebours de l’électorat de droite, il est l’allié objectif de Christiane Taubira (source).

    Voulez-vous vraiment que notre région devienne le fief des lobbies LGBT ?

    logo4Un fervent adepte du communautarisme

  • Politique

    La Fondapol de Dominique Reynié (LR) noue un partenariat avec un site islamiste !

    Article du site Islamisation

    Capture-d’écran-2015-11-11-à-22.37.09

    Rappel: La fondation Fondapol de Dominique Reynié a touché plus d’1 millions d’euros de subventions publiques en 2014.

    Rappel: Quand la fondation Fondapol du candidat Dominique Reynié diffuse des ouvrages de théologie islamique aux députés

    La Fondation pour l’innovation politique est un réservoir d’idées créé en 2004 ,

  • Politique

    Oligarchie et Mafia UMPS: Validation politique de la candidature illégale de Dominique Reynié (LR) par Manuel Valls (PS)

    Article de France3. Même eux trouvent cette validation suspecte….la mafia n’a pas de limite. Je serais au FN je surveillerais les dépouillements des votes lors des régionales. On peut être certains que de grosses fraudes électorales se préparent….


    Mardi 10 novembre, le ministère de l’Intérieur a enregistré la candidature de Dominique Reynié. D’après nos informations, cette décision ne repose pas sur une analyse juridique. C’est une validation politique, prise au plus haut niveau de l’Etat. Celui de Matignon et de Manuel Valls.

    Une note technique est en cours de rédaction, dans les services de la place Beauvau, depuis le lundi 9 novembre. Elle n’était pas terminée au moment de l’officialisation de la candidature de Dominique Reynié, le 10 novembre en fin d’après-midi.

    valls-960-536

    Fin du suspens. Depuis le 22 octobre et les révélations du site de France3 Midi-Pyrénées, le doute planait sur « l’inégibilité » du candidat Républicain. Officiellement le dossier est clos. Mais l’affaire est loin d’être terminée. Le mercredi 11 novembre, le lendemain de l’officialisation de la candidature de Dominique Reynié, le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde déclare, dans les colonnes d’un quotidien régional : «d’autres (NDLR : membres de l’UDI) voulaient le poursuivre devant les tribunaux en raison du caractère discutable de son éligibilité ».

    Drôle d’ambiance. La préfecture est censée avoir « soldé » les doutes en se livrant à un examen rigoureux du dossier Reynié. Quelques heures après le verdict, la suspicion refait surface.

    On peut toujours réduire les propos du président de l’UDI à de l’acharnement politico-médiatique. Mais un fait est troublant. Le ministère de l’Intérieur n’a pas pu appuyer sa décision sur une expertise juridique.

    D’après nos informations, ce n’est pas le préfet qui a pris la décision. D’ailleurs, c’est une bonne chose pour lui. Un haut responsable de droite a eu la maladresse d’avoué : « Je connais bien Mailhos, il va arranger cela et nous trouver une solution ». Le fait que Paris ait pris la main va éviter un procès d’intention au préfet de Région.

    L’affaire Reynié a pris une dimension nationale depuis la fin de la semaine dernière.

    Un échange téléphonique entre Manuel Valls et un responsable régional de premier plan a eu lieu. Mais le dossier est véritablement «remonté » à Paris le lundi 9 novembre.

    La procédure était prévisible. Et même normale.

    Ce qui l’est beaucoup moins, c’est que la validation de la candidature Reynié ait été

  • Politique

    Régionales 2015 MPLR: La fondation Fondapol de Dominique Reynié a touché plus d’1 millions d’euros de subventions publiques en 2014.

    Lire également sur Dominique Reynié le gros dossier que lui consacre le site Le Comptoir: Dominique Reynié : son business, c’est les idées
    Le faux candidat de droite aux élections régionales Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon et faux expert médiatique a construit sa notoriété grâce à vos impôts que lui reversaient sous forme de subvention ses amis politiques du PS et de l’UMP.

    Rappelons qu’au début de l’année 2015, Reynié était encore invités sur les plateaux télé et radio au titre de « chercheur » pour présenter une enquête à la méthodologie suspecte et pour le moins sujette à caution au sujet de l’antisémitisme. Et la conclusion de cette enquête était comme par hasard:

    L’antisémitisme s’exprime « parmi le FN, les Français musulmans et le Front de gauche »

    Depuis de longues années, sous couvert de fausse expertise et de pseudo-analyse scientifique, ce type mène un combat politique. Aujourd’hui il se dévoile. Il est temps donc de mettre un terme à cette fumisterie en votant massivement contre cet illusionniste de l’UMPS.


    Fondapol a été fondé en avril 2004 avec le soutien de l’UMP3 la fondation est dirigée par Dominique Reynié depuis octobre 2008. Son président d’honneur est Jérôme Monod, un proche de Jacques Chirac. La fondation a été reconnue d’utilité publique par un décret du Premier ministre de l’époque, Jean-Pierre Raffarin. Elle a été fondée par Jérôme Monod, conseiller de Jacques Chirac, Président de la République et financée à l’origine par l’UMP, qui a contribué jusqu’à 17 % de son budget en 2004. Cependant, depuis le 1er janvier 2005, la Fondation ne reçoit plus aucune subvention de l’UMP. Elle a été dirigée de 2004 à octobre 2008 par Franck Debié. Elle est dirigée depuis octobre 2008 par Dominique Reynié, professeur des universités à Sciences Po. Depuis octobre 2008, elle a pris pour sous-titre : « Une Fondation libérale, progressiste et européenne ». Elle se donne pour objectif de stimuler et de nourrir la réflexion politique, d’analyser et de prévoir les évolutions du monde de demain. Elle rassemble au sein de ses instances plus de cent personnalités issues de différents pays et d’horizons politiques divers, en vue de jouir d’un certain rayonnement international.

    Cliquez sur l’image pour prendre connaissance des comptes de Fondapol.

    fondapol2014

    source

  • Politique

    Régionale 2015: L’UDI 11 saisit la justice pour retirer le logo Centriste à Dominique Reynié

    Cette saga n’en finit plus. Comment comprendre que des gens puissent encore envisager de voter pour ce genre de bras cassé ?


     

    La fédération UDI de l’Aude doit déposer, lundi 9 novembre, un référé pour interdire l’utilisation du logo UDI par Domnique Reynié. Jusqu’à présent les réactions étaient politiques. Le dépôt d’une liste Reynié en préfecture (une liste qui contrevient aux décisions des instances nationales de LR et de l’UDI) a suscité une vive réaction de Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi et Nathalie Kosciusko-Moriset.

    A la tribune où dans les couloirs de la Convention Nationale de LR, samedi 7 novembre, les critiques et les piques se sont abattues sur Dominique Reynié.

    Mais, les passes d’armes prennent une tournure judiciaire. Le président départemental de l’UDI audoise a vu son avocat vendredi 6 novembre. Il doit le revoir lundi matin. Jean-François Daraud justifie sa décision :  » je me contente d’appliquer les consignes de mon président, Jean-Christophe Lagarde « .

    image

    Pour appuyer son recours, l’UDI invoque un courrier signé par Jean Lagarde et adressé à DominIque Reynié. Avec copie à Nicolas Sarkozy. Dans ce courrier le président de l’UDI précise que le soutien de son parti est conditionné au respect des noms et des places issues de la Commission Nationale d’Investiture. Or les listes déposées en préfecture par Dominique Reynié ne respectent pas les choix arrêtés par les CNI des deux partis.

    Laurent Dubois

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE