• Économie, Écologie...,  Politique

    Arboriculture : le PS achève le massacre initié par l’Union européenne

    Communiqué de presse de Leif Blanc, délégué national à la ruralité, l’agriculture et l’environnement

    30% des vergers français ont disparu ces dernières années, victimes du dumping social et environnemental des pays du sud de l’Union européenne. Cette hémorragie ne semble guère émouvoir le gouvernement socialiste qui fait appliquer à l’arboriculture un article du code du travail adopté en 2008 (sous le gouvernement Sarkozy, soit dit en passant) interdisant d’utiliser escabeaux, marchepieds et échelles comme poste de travail, ce qui place de fait la moitié des vergers survivants dans l’illégalité. Le Front National dénonce cette aberration qui, bien entendu, ne concerne aucun des concurrents étrangers de nos arboriculteurs.

  • Politique,  vidéo

    Marseille/emploi : un chantier bloqué par les habitants d’une cité qui mettent en cause l’immigration

    Et oui, une immigration en remplace une autre. La preuve que l’immigration ne sert que les grands patrons, pèse à la baisse sur les salaires et sur le budget de l’État. Notons que quand ces des français de souche qui n’habitent pas les quartier islamisés, on évoque leur fainéantise et leur refus de faire le sale boulot.En revanche, quand il s’agit des habitants des quartiers islamisés , c’est, selon les commentateurs labélisés, de la discrimination et un non respect de la loi.
    Le dumping social se heurte ici à la discrimination positive en vigueur sur ces territoires où le chômage est endémique. ( à savoir : en France il y a à peine 10% d’immigration de travail. Chez les immigrés entrés légalement en France souvent par le biais du regroupement familial, le chômage est de 40% à 70%)

    Il serait bon que les français réfléchissent à tous ces petits évènements qui leur révèlent qu’on leur a bourré le mou pendant 30 ans.

    ———————-

    Dans ce quartier, où le taux de chômage frôle les 70% selon les tranches d’âge, aucune embauche n’a été faite pour participer à la construction.

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

    (…) Avec son millier de logements neufs prévus sur 38 hectares au bout du bd National (3e), les 70 millions engagés dans cet ambitieux programme, c’est un aspirateur à rêves pour Selim et les autres jeunes au chômage de leur cité, pour sa part placée en dispositif Anru. « Ils vont faire bosser des centaines de gars, faire venir des travailleurs détachés d’Europe de l’Est, alors qu’ici, il y a des centaines de garçons au chômage ! À Nexity, on dit : on n’a rien contre vous mais faites-nous travailler, où l’on vous bloquera le chantier », poursuit Soraya. Des mots en l’air ? « On a vu des chantiers bloqués à la Cayolle, au Castellas, à Air Bel, et la pression a forcé les entreprises à recruter local », assure-t-elle.

    Suite et source : La Provence,

  • Politique,  vidéo

    Travailleurs détachés : l’agitation électoraliste du PS ne fait qu’aggraver le dumping social.

    Les ministres du Travail des différents pays de l’Union Européenne ont soit disant trouvé un compromis le 9 décembre dernier sur la question des travailleur-e-s détachée-e-s. Or quand on y regarde de plus prêt, on constate que rien n’est réglé, et qu’il s’agit encore une fois d’un enfumage de première classe.

    En effet, la question de la différence de cotisations sociales payées par l’employeur selon que le salarié a un contrat signé en France ou hors de France, dans un pays où les garanties sociales sont plus faibles qu’en France n’a absolument pas été abordé par les ministres. Normal, puisque ce mécanisme qui est à l’origine du dumping social ne fait pas partie de la directive. Un patron pourra donc toujours embaucher un étranger au SMIC français tout en s’acquittant des charges sociales du pays d’origine du salarié déplacé.

    Mais le pire reste à venir. La France est actuellement en train de négocier un accord de sécurité sociale avec la chine qui ressemble étrangement à la directive détachement. Là aussi la négociation porte sur la durée de l’exemption aux contributions d’assurance chômage et vieillesse qui sera fixée dans le cadre du détachement. La proposition est d’une durée de cinq ans.
    Ce qui veut dire qu’une entreprise ayant un salarié sous contrat de travail chinois, travaillant en France pourra payer pendant 5 ans les cotisations uniquement en Chine. Résultat : le coût du travail sera nettement moins élevé pour l’employeur. Il sera donc enclin à pendre des travailleurs détachés chinois au lieu d’embaucher des français.

    Nous allons dans le mur… et le PS et ses complices appuient sur la pédale d’accélérateur.

    L’accord sur la directive détachement : un leurre électoraliste

    Florian philippot, Vice-Président du Front National, s’exprime à propos de l’accord sur la directive détachement.

  • Politique,  vidéo

    Marine Le Pen : Qui a construit cette europe là? l’UMP et le PS…(RMC)

    Jean-François Copé ferait mieux d’arrêter de calquer sa communication sur celle d’Harlem Désir…Politiquement c’est un tout petit monsieur.

    Sur les bonnets rouges :

    les problématiques qui sont soulevées par cette manifestation populaire comme l’euro fort, la concurrence internationale déloyale, l’austérité qu’ils vivent de plein fouet et qui est imposée par l’Union Européenne, et acceptée par les gouvernements UMP et PS, parce que ça ne date pas d’aujourd’hui, ça date pas du mandat de François Hollande, ça a commencé sous nicolas Sarkozy, je vous rappelle 84 taxes en deux ans… un an nicolas Sarkozy, un an François Hollande…et bien ce sont ces problématiques qui sont niées par la classe politique.

    Bourdin dans ses délires…

    MLP:Nous avons été les seuls à dénoncer le dumping social
    Bourdin: d’autres l’ont fait
    MLP: Ah bon et qui ? qui donc a dénoncé le dumping social ??
    Bourdin: ben… à gauche, a gauche ?? monsieur Mélenchon par exemple
    MlP : Mais oui bien sur monsieur Mélenchon ! Monsieur Mélenchon qui a d’ailleurs traité d’esclave ce mouvement populaire qui s’est levé en Bretagne et qui a manifesté à Quimper. La première chose qu’il a fait c’est de les insulter parce que pour une fois il n’arrivait pas à canaliser la colère grâce à ses syndicats.

    le symbole de l’UMPS c’est l’Écotaxe.

    Le peuple doit reprendre la main pour redonner un cap à la France


    Bourdin Direct: Marine Le Pen – 04/11 par BFMTV

  • Économie, Écologie...

    Dumping social : Vers plus de contrôle sur les travailleurs « low cost » détachés en France ?

    L’immigration ne devrait-elle pas être une richesse ????? et vous allez rire le sénateur qui découvre la lune … il est communiste

    –  – – – – – – – – – –

    Dans un rapport remis à la commission des affaires européennes du Sénat, le sénateur du Nord Eric Bocquet estime à 300.000 le nombre de travailleurs étrangers à « bas coûts » auxquelles les entreprises font appel rien qu’en France. Ce mécanisme mis en place par l’Union européenne en 2006 devait au départ répondre « au besoin de travailleurs spécialisés en vue d’effectuer une tâche de nature complexe dans un autre Etat membre confronté à un manque de main d’oeuvre dans ce domaine précis ». Mais cette mesure s’est transformée en effet d’aubaine pour des entreprises qui y ont vu un moyen facile de baisser leurs charges en faisant appel à des travailleurs d’autres pays européens moins chers. Soit un vrai dumping social légal et organisé.

    La pratique est en forte expansion en France. Le nombre de ces travailleurs déclarés comme détachés a été multiplié par quatre depuis 2006, passant de près de 38.000 salariés à environ 145.000 en 2011. Mais, indique le rapport, beaucoup de salariés ne sont pas déclarés et « le chiffre de 300.000 salariés low-cost détachés en France au mépris du droit communautaire semble crédible« .

    Polonais, Allemands, Roumains ou encore Portugais, ils seraient entre 360.000 et 440.000 employés en France sous ce statut, indique dans son rapport le sénateur Éric Bocquet (CRC). Les employés détachés

  • Économie, Écologie...

    Toulouse : Les entreprises du BTP lancent un SOS

    Avec 1 500 emplois perdus depuis 2010 en Midi Pyrénées le secteur du BTP subit de plein fouet le désengagement financier des collectivités territoriales, une frilosité qui pèse lourd sur l’entretien du réseau routier départemental en Haute-Garonne.

    Depuis 2009, le chiffre d’affaires des 350 entreprises membres de la fédération des travaux publics de la Haute-Garonne chute chaque année de 7 % en moyenne. L’érosion a culminé à moins 7,6 % en 2012, et le mauvais démarrage du 1er trimestre 2013 ne permet pas d’espérer la moindre embellie avant le nouveau coup de frein à l’activité attendu en amont des municipales de 2014. Preuve du sérieux de la situation, le budget primitif de la région prévoit une baisse globale de 12,7 % des investissements dans les travaux publics pour 2013. Et un effondrement de 17 % de ces mêmes investissements pour la Haute-Garonne.

    Dans le département, ce sont les routes départementales qui paient le tribut le plus visible à une crise des financements publics marquée depuis deux ans par une baisse de 40 % des investissements dédiés à l’entretien du réseau. Après avoir longtemps serré les dents, les entreprises du secteur accusent le coup. «Aux dépôts de bilan emblématiques de la Scam en 2010 et de la Pyrénéenne en 2012 il faut désormais ajouter la disparition de deux à quatre PME d’une vingtaine de salariés chaque mois sur la région», observe Jean-Marc Castillon, le vice président de la

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE