• Non classé

    Espagne : Des Marocains et Pakistanais impliqués dans une fraude de 7 millions d’euros à la sécurité sociale

    Une affaire de fraude impliquant plusieurs dizaines de Marocains à la sécurité sociale portant sur plus de 7 millions d’euros secoue l’Espagne.

    Vingt neuf sociétés fictives auraient extorqué de l’argent au Trésor public et à la Sécurité sociale dans un vaste trafic impliquant plusieurs dizaines de Marocains. Outre les délits présumés contre le Trésor et la sécurité sociale, les mis en cause sont poursuivis pour crimes contre les droits des travailleurs, contrefaçon et fraude.

    Ce sont 7,7 millions d’euros que plusieurs étrangers fraudeurs ont extorqué à la Sécurité sociale espagnole. La police ibérique a procédé lors de trois opérations à l’arrestation de 313 personnes et a accusé 328 autres pour les mêmes faits.

    Ces individus se seraient organisés en plusieurs réseaux qui ont mis en place 29 sociétés fictives dans la province de Barcelone, afin d’établir 1 544 faux documents pour bénéficier des allocations chômage, prestations sociales et permettre aux sans papiers de renouveler ou d’obtenir un permis de séjour.

    Composés de plusieurs étrangers, notamment Marocains et Pakistanais, ces réseaux agissaient aussi dans plusieurs autres localités. La Police a lancé trois opérations qui sont

  • Économie, Écologie...

    Espagne : Le chômage massif fait chuter les salaires

    Face à un chômage touchant 6 millions de personnes, soit un actif sur quatre en Espagne, ceux qui travaillent ne sont pas épargnés et doivent accepter des salaires toujours plus bas, un processus synonyme de gain de compétitivité mais douloureux socialement.

    Avec 26% de travailleurs sans emploi, cette masse de personnes sans travail fait fonction d’armée de réserve, faisant pression à la baisse sur les salaires“, explique Fernando Luengo, professeur d’économie à l’université Complutense de Madrid et membre du collectif de réflexion EconoNuestra.

    Le Fonds monétaire international, ravi, appelle à aller plus loin, suggérant qu’une baisse de 10% des salaires en deux ans ferait grimper le PIB de 5%.

    La récente grève du personnel de nettoyage de Madrid, qui a transformé la capitale en poubelle géante, en est le parfait exemple: les employés s’opposaient au plan social supprimant 1.100 postes sur 7.000 et baissant les salaires de jusqu’à 40%. Ils ont obtenu qu’aucun licenciement ne soit prononcé, mais gagneront moins, avec 45 jours chômés par an.
    Chez le fabricant catalan de donuts Panrico, les 1.914 salariés ont signé un préaccord sur le départ de jusqu’à 745 personnes et une diminution salariale de 18%.

    Le chantage à l’emploi

    Avec cette “épée de Damoclès, les entreprises peuvent menacer facilement: ou tu acceptes ces conditions moins bonnes ou tu es viré“, d’autant que licencier coûte moins cher grâce à une récente réforme du travail.

    Résultat: “il y a quelques années, en Espagne, on parlait des mileuristas“, ces salariés peinant à s’en sortir avec 1.000 euros par mois, “mais maintenant avoir 1.000 euros de salaire, pour beaucoup de gens, c’est presque un luxe. 60% des travailleurs espagnols n’arrivent pas à 1.000 euros par mois“, renchérit Paloma Lopez, secrétaire à l’emploi du syndicat CCOO, et “les difficultés sont importantes car il faut continuer à rembourser le prêt immobilier” malgré tout.

    Près de 22% de la population au dessous du seuil de pauvreté

  • Économie, Écologie...

    La crise immobilière espagnole: des propriétés qui valaient 100.000 euros en 2006 se retrouvent désormais à la vente pour 28.500 euros

    Les médias ont rapporté le mois dernier l’intérêt accru des Belges pour l’immobilier espagnol à titre de résidence secondaire. Les citoyens belges ont acquis 78% de plus de résidences secondaires espagnoles au cours du second trimestre de 2013 par rapport à la même période de l’année dernière. La crise économique et la surabondance de l’immobilier ont provoqué une baisse de 37% des prix des logements en Espagne au cours des cinq dernières années, qui rendent le marché immobilier espagnol plus attractif que jamais pour les investisseurs étrangers.

    espagne-economie-immobilier-323642Et ce n’est pas fini. Les analystes de Fitch Ratings qui suivent ce marché ont constaté que les institutions financières qui ont acquis des propriétés par saisie immobilière s’en débarrassent à un rythme plus rapide. Au cours du premier semestre de cette année elles ont revendu 44% des biens confisqués alors qu’elles n’en avaient revendu que 31% à la fin de l’année dernière.

    Avec un chômage qui touche 26% des actifs espagnols, soit 4,8 millions de personnes sans emploi, la population d’Espagnols qui peuvent se permettre d’acheter une maison

  • Politique

    Le Parti Socialiste fera baisser les salaires à la rentrée

    Addendum : le FMI réclame une baisse des salaires en Espagne

    Et aussi :

    France: Les salaires des jeunes diplômés en forte baisse……

    Des salaires en chute libre. Les rémunérations moyennes des jeunes diplômés ont diminué de 15% depuis 2000, selon l’étude annuelle de la Conférence des grandes écoles (CGE) sur leur insertion, publiée mardi 18 juin et citée par Les Echos dans son édition de mercredi. La baisse est de 11% pour les ingénieurs.(Source : France TV Info)

    Ceci expliquant cela :

    L’exil massif des jeunes diplômés français

    Les jeunes sont de plus en plus nombreux à faire leurs valises pour aller se vendre à l’étranger, à peine leur diplôme en poche. Une tendance dont le gouvernement ne se vante pas, et pourtant… le chiffre a bondi de 14% en 5 ans (Source RTL)

    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – — – — – –

    Par Roberto Fiorini

    Que ce soit en Belgique ou en France, pour ne citer que ces deux pays, le PS qui y est à la barre, œuvre pour faire baisser les salaires. Di Rupo ou Hollande trahissent ainsi ceux qui les ont élus en se fiant à la bannière socialiste. Désormais ceux-là sont au service de l’Europe libérale.

    On exige partout des sacrifices, mais pourtant deux économistes du FMI ont admis s’être trompé dans leur évaluation des conséquences de la rigueur (une erreur de coefficient multiplicateur).

    Résultat de cette erreur, pour chaque euro soi-disant économisé sur le budget de la nation, ce sont deux ou trois euros d’impacts négatifs sur le PIB, selon le pays et le multiplicateur utilisé. Les conséquences négatives sont connues, calculables désormais, et pourtant aucune inflexion n‘arrive? Pourquoi?

    Peut-être que richesse ne doit pas aller dans les mauvaises poches ? Touche pas au Grisbi qu’ils disaient !

    Les salaires ne doivent plus suivre l’inflation, d’après Merkel et Bruxelles

  • Économie, Écologie...

    Un article de « The Telegraph » déclare l’Espagne « insolvable »

    Le journal britannique The Telegraph prend ce samedi sur la première page de son site web un article qui analyse la situation financière de l’Espagne, en veillant à ce qu’il est « officiellement insolvable » et qu’il vaut mieux « obtenir de l’argent pendant que vous le pouvez ».

    L’article, écrit par son rédacteur en chef adjoint Jeremy Warner sur un blog du quotidien Finances, repose sur le rapport de la Fonds monétaire International (FMI) publié le mois dernier à conclure que la restructuration de la dette en Espagne est « inévitable ».

    Bien noter que le FMI, parce que c’est une institution « trop diplomatique », pas assignée à l’Espagne directement comme insolvable, il comprend que ses dernières prévisions « avec un air réaliste au lieu de l’habituel optimisme » placent le pays à ce stade.

    Le quotidien britannique rappelle que l’Europe a déjà affirmé que la Grèce serait le premier et le dernier pays qui subirait une restructuration financière, mais ensuite Chypre fut entraîné dans une situation similaire. Ainsi, mettre en évidence qu’Espagne retarde une restructuration du capital de leurs banques attend achever l’union bancaire européen, vous attend pour « faire le travail à la place ».

    Toutefois, pour The Telegraph cela implique « payer un lourd tribut » si l’on prend en compte le précédent de Chypre. À cet égard, souligne que les créanciers de la Banque est « largement sauvés » et la confiscation de leurs dépôts semble « tout à fait possible ».

    « Je ne conseille pas de trouver l’argent pour la lumière. En fait, un Conseil de ce type a tendance à être considéré comme irresponsable, comme le risque de provoquer la panique, mais en regardant les projections du FMI, c’est la décision seulement rationnelle, « dit le journaliste britannique.

    Dans tous les cas, la revue exclut ces avertissements et les recommandations de la branche britannique de Banco Santander, comprendre que « totalement isolées de navire-mère » est situé en Espagne.

  • Économie, Écologie...

    Peugeot crée 1000 emplois en Espagne mais ferme à Aulnay-sous-bois

    La défense du « produire en France » encouragée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a ses limites, comme le démontre l’actualité du groupe PSA. La firme automobile française, qui fabrique les Peugeot et Citröen, fermera son site parisien d’Aulnay-sous-bois en 2014, mais embauche 1000 personnes à Vigo, au nord-ouest de l’Espagne.

    La mise à profit de la compétitivité espagnole par les consommateurs et acteurs économiques français, cruellement présente dans les Pyrénées-Orientales, où le différentiel de prix et de coût de travail est criant, se manifeste à plus grande échelle. Ainsi, le constructeur automobile français PSA, fabriquant les véhicules de marque Peugeot et Citroën, prépare pour 2014 la fermeture définitive de son usine d’Aulnay-sous-bois, en région parisienne, tout en maintenant son site de production de Madrid.

    iOn-laReina-2

    Cette unité située dans le quartier de Villaverde, au Sud de la capitale espagnole, emploie 3100 personnes et produit près de 150.000 véhicules par an, dont 74 % destinés à l’exportation, notamment en territoire français.

    A Vigo, la plus grande usine PSA à l’étranger