• A la Une,  Blog d'actualité

    71 % des Français jugent qu’il y a suffisamment d’immigrés et qu’en accueillir davantage n’est pas souhaitable, et 73 % pensent que les travailleurs immigrés occupent des métiers dont les Français ne veulent pas.

    (…)Par ailleurs, « l’étude traduit un discours général assez raide vis-à-vis du phénomène migratoire, alors que c’est la première année que nous testions ce sujet », admet Eric Thuillez, porte-parole du Labo de la fraternité, le collectif qui regroupe des associations de cohésion sociale. « Mais, comme pour le reste, on peut pointer des ambiguïtés », relève-t-il. En effet, si 71 % des sondés jugent qu’il y a suffisamment d’immigrés en France et qu’en accueillir davantage n’est pas souhaitable, ils sont aussi 73 % à reconnaître que les travailleurs immigrés occupent des métiers dont les Français ne veulent pas.

    (…)

  • Politique

    Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET : “Notre armée est infiltrée”

    1991, Toulon. « Je n’irai pas combattre mes frères, c’est une terre d’Islam ». Voici la réponse d’un matelot à son supérieur en 1991 lors de l’appareillage du porte-avions Foch pour le théâtre irakien dans le cadre de l’opération DAGUET. Ce propos m’a été rapporté par une « mémoire » du renseignement qui occupait d’autres fonctions, alors que j’étais en 2011 officier de liaison de la gendarmerie à la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense (DPSD) pour la zone Sud, devenue DRSD depuis. 20 ans entre ces deux dates, une génération de plus.

    Tous ceux qui croient que l’islamisation de notre pays et de nos Armées est une fiction se leurrent, comme tous ceux qui la couvrent et font semblant de ne pas la voir alors que leurs responsabilités leur commandent de la dénoncer et de la combattre sont coupables de trahison envers les intérêts fondamentaux de la Nation française.

    2007, Valdahon. Blême, le commandant d’une compagnie de génie combat au 13e Régiment du Génie me dévisage alors que jeune lieutenant en brigade de gendarmerie, le procureur m’avait autorisé à perquisitionner les chambrés d’un soldat, présumé coupable dans une rixe en boîte de nuit la veille au soir, après qu’il avait commis un homicide involontaire.

  • Culture, idées, Média...,  Politique

    Le terrorisme islamique n’est que le facteur aggravant de l’islamisation de la France (rediff)

    Première publication le 26 novembre 2015

    Quand les média ne sont pas occupés à nous infliger la litanie du Pas d’amalgame ou nous soumettre à leur tyrannie du Gnangnan, ils s’interrogent sur l’islam radical. Quelle est sa nature? D’où vient-il ?. Un islamiste radical devient-il forcément un terroriste ?; Quelle est notre responsabilité dans la radicalisation de ces gentils musulmans élevés dans le respect de cette religion d’amour et de paix ?
    Toutes ces questions lancinantes et ce blabla indigeste ont pour but de nous éloigner des véritables débats.

    Car les seules questions que doivent se poser dès à présent les français sont les suivantes:

  • Politique

    selon Fox News Le #coronavirus aurait été développé dans un laboratoire à Wuhan, où des scientifiques menaient des études risquées à partir de chauves-souris

    Fox News est une télé proche de Trump. Cependant les service secrets angalis serait arrivé à la même conclusion. Ajoutons que ce laboratoire à wuhan est issu d’une collaboration avec la France. Il a été inauguré en 2017 par le PM Bernard Cazeneuve, la ministre de la Santé Marisol Touraine et Yves Lévy, président de l’INSERM époux d’Agnès Buzyn. Voir le site officiel : https://cn.ambafrance.org/Voyage-officiel-du-Premier-Ministre-en-Chine-visite-du

  • Politique

    124.000 femmes seraient excisées en France

    Mali, Côte d’Ivoire, Gambie, Sénégal, Guinée-Conakry, Sierra Leone, Tchad, Nigeria, Éthiopie, Somalie, Mauritanie… Nombreux sont les pays où le pourcentage de femmes mutilées avoisine les 90 %. En France, selon le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), le nombre de femmes adultes excisées s’élève à 124.355 alors qu’elles n’étaient que 62.000 au milieu des années 2000.[…]
  • Politique

    En 2013, les immigrés et descendants d’immigrés représentaient 12,5 millions de personnes soit 19,3% de la population française

    […] Connaissez-vous le nombre d’immigrés en France? Combien y a-t-il de naturalisations chaque année? Autant de questions auxquelles il n’est pas évident de répondre, même en ordre de grandeur, malgré l’omniprésence du débat en France. Et ce d’autant que les autorités françaises établissent généralement leur communication en s’appuyant sur les chiffres publiés d’une année sur l’autre, ce qui ne permet pas de mesurer l’ampleur du phénomène à long terme. À deux semaines d’un débat parlementaire sur l’immigration, souhaité par le président Macron, Le Figaro propose dix graphiques pour mesurer l’étendue réelle du phénomène migratoire en France sur plusieurs décennies.[…]
  • Politique

    Démographie française : En 2016, la fécondité d’une femme immigrée est supérieure de 52% à une non immigrée, une immigrée inactive accouche en moyenne de 4,17 enfants

    Continuez à fermer les yeux…. et regardez BFM, France2, Arte, TF1, LCI, CNews…. et écoutez France Inter, RTL, RMC…. et lisez Libé, le Monde, le Figaro… et votez LREM, LR, PS, LFI, EELV, PCF….


    Merci aux camarades de Fdesouche qui tente de donner un échos médiatique à des chiffres qui n’ont été commentés par médias, alors qu’il mériteraient de faire la Une.

    Les indicateurs conjoncturels de fécondité permettent comparer les taux fécondité par groupes sociaux. Ils permettent des analyses sur les années récentes à la différence de la descendance finale (nombre moyen d’enfants mis au monde par une génération de femmes au cours de leur vie, qui nécessite d’attendre qu’elles aient dépassé 50 ans).

    En 2016, l’ICF des immigrées est de 2,72 enfants par femme et celui des non immigrées de 1,79 enfant par femme, soit un écart de 0,93 enfant par femme.

    L’ICF total des femmes, immigrées ou non, est de 1,91 enfant par femme.

    Sans les immigrées, le niveau de la fécondité en France en 2016 serait donc inférieur de 0,12 enfant par femme (1,91 moins 1,79). Le surcroît de fécondité des femmes immigrées mesuré d’après l’ICF se lit aussi au travers de la part des naissances de mères immigrées dans l’ensemble des naissances en France (19 % en 2019), qui est plus élevée que la part des femmes immigrées parmi la population féminine de 15 à 50 ans (12 %, cette proportion variant de 4 % à 16 % selon les âges).

    NB : pour l’insee, un immigré est une personne résidant en France, née à l’étranger et de nationalité étrangère à sa naissance.

    Source : INSEE