• Politique

    François Bayrou et Marielle de Sarnez quittent le gouvernement

    Quand on sait que les média ont tout fait pendant la présidentielle pour étouffer toutes les affaires qui concernent En Marche, Macron et ses alliés, la démission de ces gens est de la poudre aux yeux.


    L’affaire des assistants parlementaires du Modem aura fait tomber trois ministres. Après Sylvie Goulard, la ministre des Armées, François Bayrou et Marielle de Sarnez, les ministres de la Justice et des Affaires européennes, ont annoncé ce matin qu’ils quittaient à leur tour le gouvernement. Le président du Modem a prévu de s’expliquer cet après-midi, lors d’une conférence de presse.

    Si Marielle de Sarnez devrait prendre la tête du groupe parlementaire de son parti à l’Assemblée nationale, François Bayrou,

  • Politique

    Assistants parlementaires : un témoignage embarrassant pour le MoDem

    Il aura donc fallu attendre l’élection de Macron pour que la presse commence à s’interesser à son entourage…


    Un ancien employé du MoDem et ex-assistant parlementaire du député européen Jean-Luc Bennahmias a fait un signalement mercredi à la justice, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte à Paris sur les assistants d’une vingtaine d’eurodéputés français. Son témoignage pourrait se révéler déterminant dans cette affaire.

    Missions très éloignées des questions européennes, contrat de travail initial modifié par un avenant, signature «en blanc»… Un ancien collaborateur du MoDem, et ex-assistant parlementaire de l’eurodéputé (MoDem) Jean-Luc Bennahmias en 2011, dénonce aujourd’hui l’opacité qui entourait, selon lui, la prise en charge des salaires au sein de la formation du centre dirigée par François Bayrou, via le parlement européen.

    Mercredi, ce témoin-clef, qui désire garder l’anonymat pour l’instant,

  • Politique

    Quand Lagardère offrait des cadeaux à Bayrou

    François Bayrou aime les chevaux. Et pas n’importe lesquels : les chevaux de course, si possible très performants. Ainsi, dans une interview accordée le 4 octobre 2014 au quotidien La Croix, le leader du MoDem, qui sera très probablement nommé dans le gouvernement Macron, explique sa passion pour les chevaux : “je suis né dans une maison où les chevaux occupaient une place importante. Les chevaux de course, c’était la passion de ma famille. Mon père avait deux poulinières. C’est aussi une passion très exigeante, parce qu’elle est économiquement très difficile à équilibrer”.

    Mais, surtout, ce que révèle alors, de façon très spontanée le potentiel ministre,  c’est qu’un ami très proche, et pas n’importe lequel, Jean-Luc Lagardère, l’a aidé à faire vivre sa passion : “c’est souvent avec le hasard qu’on fait les plus grands champions. Jean-Luc

  • Politique

    Investiture En Marche!: Bayrou dénonce une opération de recyclage du PS

    « C’est une opération de recyclage du Parti socialiste. La grande lessiveuse. Je ne laisserai pas faire ça« , confie jeudi soir, François Bayrou à « l’Obs ».

    Le patron du MoDem est très remonté au vu de l’investiture par « En Marche ! de « tous les candidats repoussoirs du PS« , notamment les anciens ministres de François Hollande, mais aussi du sort qui est réservé aux candidats de son parti. La liste des candidats investis par « En Marche ! » n’a « pas (son) assentiment« , vient-il de déclarer à l’AFP. Le patron du MoDem comprend d’autant moins qu’il a déjeuné avec Emmanuel Macron hier à Paris. « On était OK« , dit-il.

    Selon lui, ils étaient tombés d’accord : environ un quart des circonscriptions pour le MoDem, trois quarts pour En Marche !. Ce qui représente à peu près,

  • Politique

    Couacs en série, le MoDem conteste la liste d’En Marche

    Démentis de candidats annoncés, un prétendant déjà condamné : l’annonce des 428 aspirants députés qui concourront aux législatives sous les couleurs de la République en marche n’a pas été épargnée par les erreurs ce jeudi.

    Sans l’assentiment du Modem

    François Bayrou a réagi à la liste de candidats aux législatives présentés par La République en marche, en précisant qu’elle n’avait pas « l’assentiment du MoDem ».

    « Je convoque le bureau politique du MoDem vendredi soir en souhaitant que dans les heures qui viennent, un mouvement de raison permette des investitures communes dans toutes les circonscriptions, comme Emmanuel Macron et moi en sommes convenus depuis le premier jour de notre entente », a précisé le centriste.

    Des investitures démenties

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE