• Économie, Écologie...,  Politique

    Fraude sociale : L’INSEE admet d’énormes failles dans son répertoire national des personnes physiques, des millions de morts réputés vivants

    On a 17 millions de mort-vivants en France…..


    Avant-propos : Le répertoire national des personnes physiques (RNIPP) est un instrument de vérification de l’état civil Français. Sa consultation permet de préciser si une personne est en vie ou décédée et de connaître son numéro d’inscription au répertoire (NIR), plus connu comme « numéro de sécurité sociale » par le grand public.

    Le RNIPP permet la certification de l’état civil pour les organismes de sécurité sociale, l’administration fiscale, la Banque de France, pour le répertoire des entreprises SIRENE. Il permet la gestion du fichier électoral. Ce fichier ne peut être utilisé à des fins de recherche des personnes.

    Mail adressé à Carole GRANDJEAN, Députée de Meurthe et Moselle et Nathalie GOULET, Sénateur de l’Orne. Paris, le 2 septembre 2019

    Premières propositions remises au Premier Ministre, ainsi qu’au Ministre des Comptes publics et à la Ministre de la Santé et des Solidarités, dans le cadre de la mission confiée relative à la lutte contre les Fraudes sociales

    Mail du 30 juillet 2019 envoyé par la direction de l’INSEE en la personne de Benoît Ourliac, copie à Jean-Luc Tarvernier, Directeur général de l’INSEE:

    Nombre de personnes inscrites au RNIPP : 110,1 millions de personnes inscrites, dont 84,2 millions de personnes réputées en vie.

    Parmi les 110,1 millions de personnes inscrites au RNIPP :
    • 89,0 millions relèvent du champ Insee (c’est-à-dire qu’elles sont nées en France, hors Wallis-et-Futuna e Nouvelle-Calédonie).
    • 21,1 millions relèvent du champ géré par la CNAV : il s’agit des personnes nées à l’étranger (quelque-soit leur nationalité) ou en Nouvelle-Calédonie ou à Wallis-et-Futuna (remarque : les personnes nées à Wallis-et-Futuna seront prochainement intégrées dans le champ Insee).

  • Politique

    Douche froide : l’INSEE revoit en nette baisse l’évolution du solde naturel français

    D’après un bilan publié par l’INSEE concernant l’année 2016, le nombre de naissances en France a baissé de 4.06% depuis 2010, alors que le nombre de décès a progressé de 7.7% sur la même période.

    A quoi peut-on s’attendre de cette situation concernant l’immigration ? Quel pourrait être l’impact de l’affaiblissement du solde naturel négatif juxtaposé au maintien des flux actuels d’immigration sur la structure de la population ?

    La hausse du nombre des décès liée au vieillissement de la population n’est pas le problème principal. Ce sont les baby-boomers qui vont mourir. Restera ensuite le vieillissement lié à l’amélioration de l’espérance de vie. C’est l’évolution de la fécondité et celle concomitante du nombre de naissances, si la fécondité devait continuer de baisser, qui sont plus problématiques.

    Aucune projection de l’Insee ne permet de répondre précisément à la question que vous posez. L’Insee projette un solde migratoire global qui, je le rappelle, fait la moyenne entre un solde migratoire négatif des natifs et un solde positif des immigrés (voir http://www.micheletribalat.fr/439133848). Il ne distingue pas, comme le fait la Suède par exemple, les personnes nées dans le pays

  • Politique

    INSEE : 59% des ménages dont la personne de référence est africaine habitent dans un logement social

    A qui profite les HLM?
    INSEE : 59% des ménages dont le locataire est africain, habitent dans un logement social.

    Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez!

    En 2013, parmi les ménages dont la personne de référence est africaine, 90,2% % sont locataires, dont 59 % dans le secteur social – contre 46,9% en 1984.

    Extraits : Les ménages originaires d’Afrique hors Maghreb sont les moins nombreux à être propriétaires (seulement 13 % en 2013). 51 % d’entre eux sont locataires dans le secteur social (figure 4), soit 14 points de plus qu’en 1996, et leur part dans le secteur locatif libre a fortement diminué (passant de 46 % à 34 %). La moitié des ménages d’origine maghrébine résident dans le secteur social et seuls 24 %

  • Politique

    La population française n’a augmenté, entre 1999 et 2015, que sous la seule pression de l’immigration

    Analyse d’Yves Mamou, ancien journaliste au Monde, d’une récente étude publiée par l’INSEE.

    De temps en temps, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) fournit un aperçu de la composition ethnique de la société française. L’étude « Être né en France d’un parent immigré », publiée en février 2017, est l’un de ces aperçus.

    Comme chaque fois lorsqu’il s’agit d’immigration, l’étude Insee ne propose qu’une vue partielle qui laisse sur sa faim. Une brochette de chiffres qui répondrait à l’éternelle question (que personne n’ose jamais réellement poser de crainte de commettre un délit) – combien-y-a-t-il de musulmans en France? – serait perçue comme discriminatoire et scandaleuse.

    Le modèle d’intégration » à la française – on se marie avec un indigène de l’Hexagone, on observe comment cet indigène se comporte, on l’imite et on devient Français – ayant cessé de fonctionner avec l’arrivée en masse des musulmans depuis cinquante ans, l’appareil statistique tricolore aurait dû s’enrichir de données quelque peu ethniques. Il n’en a rien été. Au contraire même pourrait-on dire. Par exemple, poser des questions sur la population sub-saharienne, son niveau d’éducation, le type d’emploi occupé, sa pratique religieuse, le nombre de fois où les hommes se rendent à la mosquée sur une année – ou en prison -, le type d’union matrimoniale qu’ils contractent… bref, cette curiosité-là est interdite.

    « On constate de grandes disparités dans l’accroissement de la population de descendants suivant l’origine. La population originaire d’Europe est quasi stable. En revanche, la population d’origine turque ou des pays d’Afrique hors Maghreb croît sur un rythme extrêmement rapide (qui conduirait à un doublement en moins de 10 ans s’il se maintenait)…»

    L’étude sur les enfants de migrants nés en France fournit néanmoins quelques informations révélatrices. En 2015, 7,3 millions de

  • Politique

    Evolution du taux d’octroi de prénoms musulmans de 1996 à 2016

    Chaque début d’année, l’INSEE publie les chiffres de l’Etat Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en France depuis 1900. (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2540004#consulter)

    L’étude qui suit présente la popularité spécifique des prénoms musulmans comparée aux autres prénoms aux niveaux national et départemental.

    lire la suite de  l’Etude détaillée sur Fdsouche


    Depuis 1996, le taux de prénoms musulmans observe une croissance impressionnante, aussi bien par son importance que par sa régularité avec 0,65 points chaque année.

    Stupéfiant… et  tous les prénoms musulmans n’ont pas été pris en compte…. hum,hum

    1996

    2016

  • Politique,  vidéo

    En dix ans, le nombre de SDF a bondi de 50%

    Une étude choc de l’Insee révèle mardi que 141.500 personnes se trouvaient à la rue en 2012. Soit 50% de plus qu’en 2001.

     


    La situation des sans abri s’aggrave en France. Début 2012, 141.500 personnes se trouvaient dépourvues de domicile. Soit 50% de plus qu’en 2001. C’est le constat que fait l’Insee dans une étude sur l’hébergement des sans-domicile, rendue publique mardi.

    L’enquête se fonde sur la fréquentation des services d’hébergement et de restauration et sur les données transmises par les associations. Parmi ces sans-abri, deux sur cinq sont des femmes, et 30.000 des enfants. Les femmes sont néanmoins davantage hébergées que les hommes, en hôtel ou en logement associatif.

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE