• Politique

    Irlande : le projet de transformer un couvent catholique historique en une mosquée fait polémique

    Une polémique a éclaté à propos des plans proposés pour convertir un couvent historique en une mosquée.

    L’homme d’affaire pakistanais Mohammed Aslam a l’intention d’acheter un couvent historique protégé à Co Roscommon et de le transformer en une mosquée.

    Le développeur a offert une offre pour le couvent de St Mary’s à Ballaghadereen, qui a été construit en 1876 mais qui est inoccupé depuis 20 ans.

    La propriété doit être mise aux enchères sous peu et a été cotée avec un prix de réserve de 50 000 €, selon les rapports sur le site Web de Shannonside FM.

    Cependant, l’ancien conseiller municipale Michael Scally a exprimé sa déception à propos du plan de rachat.

  • Économie, Écologie...

    Irlande : Un “succès” de l’austérité que la population paye cash

    Lu et vu sur Fortune

    L’Irlande est le premier pays de la zone euro à être sorti du plan d’aide de la troïka. Le 7 janvier, le pays revient sur les marchés financiers et emprunte à bas prix. La reprise est là: le taux de chômage est en décembre 2013 à 12,1% pour 14,7% un an auparavant. Le ministère des Finances se félicite du taux de croissance de l’économie (2% attendu en 2014). L’Europe se réjouit de ce succès. Mais est-ce vraiment un succès ?

    En Irlande, les habitants ont vu leur vie et leur avenir complètement ravagés par l’austérité. Et malgré le retour de l’Irlande sur les marchés, eux ne voient pas leur vie s’améliorer.

    Comment l’Irlande en est-elle arrivée là ?

    Dans les années 90 et 2000, l’Irlande était une nation prospère, essentiellement portée par le secteur de la construction. Des chantiers fleurissaient un peu partout. Et les Irlandais étaient nombreux à emprunter, parfois plusieurs fois. Les banques suivaient. Les prix de l’immobilier atteignaient des sommets. Mais en 2007-2008, la bulle immobilière explose. Les prix chutent et emportent avec eux les banques, achevées par la crise financière mondiale.

     

    Le gouvernement irlandais se voit obligé de les renflouer pour les sauver. Coût : 90

  • Économie, Écologie...

    Philippe Béchade : « Plus personne ne nie que c’est la Fed qui tire les marchés depuis le début »

    « Des cours qui montent et des prix qui mentent. On vit dans un mensonge et c’est ça qui m’est insupportable ».

    Sur l’Irlande :

    « C’est un scandale absolu…l’Irlande a obtenu 28 milliards d’euros pour renflouer ses banques. Comment les a-t-elle obtenus ? En faisant un chantage au risque systémique. Et la BCE a cédé… » L’origine du problème étant le dumping fiscal que pratique l’Irlande, « en quelque sorte, en donnant 28 milliards à l’Irlande, la BCE sponsorise, à l’intérieur même de l’Europe, un dumping fiscal qui s’exerce au détriment de la France, de l’Espagne, de l’Italie, etc. C’est incroyable ! »

    Source

  • Économie, Écologie...

    Scoop : l’Irlande restructure sa dette !

    par Philippe Herlin – Chercheur en finance / Contributeur pour Goldbroker.com

    Les autorités européennes, la BCE, la Commission, les chefs Etats, l’avaient affirmé haut et fort : la restructuration de la dette grecque restera une exception, la première et la dernière du genre, aucun autre pays ne bénéficiera d’une telle mansuétude. Il fallait éviter la contagion, car si chaque pays en difficulté demande une restructuration de sa dette (qui se traduit par une perte sèche pour les investisseurs), c’est la confiance globale dans la zone euro qui est remise en cause.

    Pourtant, loin des caméras, et sans convoquer des « sommets de la dernière chance », un autre pays a bénéficié d’une restructuration : l’Irlande. Les grands médias n’en ont pas parlé ? C’était l’effet recherché. Il est vrai que les choses étaient plus faciles car seule la BCE a sorti son porte-monnaie, les investisseurs privés, qui auraient pu se faire entendre, n’étaient pas concernés.

    Le pays a bénéficié d’une aide de 85 milliards d’euros pour le sauvetage de ses banques en 2009. Mais en décembre dernier, le gouverneur de la banque centrale d’Irlande avait clairement fait comprendre que les échéances ne seraient pas tenues : « le délai de remboursement devrait être considérablement allongé » expliquait-il sur le ton du « c’est ça ou rien ».

    Coincée, la Banque centrale européenne (BCE) a accepté (le 7 février) un rallongement des échéances moyennes (qui passent de 7 à 34 ans) et une baisse des taux d’intérêt. Ce faisant, la BCE renonce à 20 milliards d’euros d’intérêt sur dix ans. Un sacré cadeau quand on sait que pour la Grèce elle avait fait une croix sur 8 milliards d’euros d’intérêts. Le premier remboursement du principal aura lieu en 2038 et le dernier en 2053, ce qui laisse le temps à d’autres « discussions ». Bien joué Dublin !

    L’Irlande a prévu de revenir sur les marchés avant la fin de l’année, il fallait éviter tout psychodrame. Bien sûr, le pays fait de réels efforts qui commencent à payer, les exportations repartent, la croissance prévue pour 2013 est de 1,3%, ce qui n’est pas si mal. Mais la crise de la bulle immobilière n’est pas encore soldée, les crédits hypothécaires de mauvaise qualité sont logés dans la bad bank NAMA (National Asset Management Agency), soutenue par l’Etat. Les risques demeurent.

    On le comprend, il ne fallait pas faire la publicité d’un tel accord pour ne pas détourner les investisseurs des dettes souveraines européennes. Mais déjà le Portugal frappe à la porte de la BCE et explique qu’il ne voit pas pourquoi il ne bénéficierait pas des mêmes arrangements que la Grèce et l’Irlande. L’Espagne doit surveiller avec intérêt les démarches de son voisin… Franchement, ça va finir par se savoir !

  • Économie, Écologie...

    L’Irlande « a besoin de plus de temps » pour rembourser

    Le scénario se déroule comme prévu. Après le défaut de la Grèce, celui de l’Irlande pointe le bout de son nez, elle vient en effet d’annoncer qu’elle sera elle-aussi incapable de rembourser les 85 milliards d’euros du plan de sauvetage… elle dit qu’il lui faut plus de temps, que c’est pas facile et patati et patata….. pour nous cela signifie que nous avons balancer de l’argent dans  un puits sans fond et que nous aggravons notre dette pour des prunes

    Mais rassurez-vous françois Hollande nous a dit que nous sommes sortis de la crise. Ouf !

    – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

    L’Irlande « a besoin de plus de temps » pour rembourser l’argent utilisé pour renflouer ses banques, a réclamé samedi dans la presse allemande le gouverneur de la Banque centrale d’Irlande, Patrick Honohan.

    « Le gouvernement essaie de regagner la confiance des marchés financiers et le plan de remboursement actuel complique cela« , a estimé M. Honohan, dans un entretien au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

    L’Irlande, dont les banques avaient été durement frappées par la crise financière, avait dû demander fin 2010 une aide à l’Union européenne, à la Banque centrale européenne (BCE) et au FMI.

    Ce plan de sauvetage prévoyait 85 milliards d’euros d’aides sur trois ans en échange de la mise en oeuvre de douloureuses mesures d’austérité. Plus de 30 milliards d’euros ont été prévus pour renflouer les banques en difficultés Anglo Irish Bank et Irish Nationwide Building Society (INBS), nationalisées puis fusionnées.

    « Cet argent sera assurément remboursé, mais cela doit s’opérer sur une période plus longue », a affirmé M. Honohan.

    Interrogé sur le délai supplémentaire nécessaire pour rembourser, le gouverneur de la Banque centrale d’Irlande a plaidé pour la recherche d’une « solution durable », qui n’aurait pas à être de nouveau modifiée par la suite.

    « En conséquence, le délai de remboursement devrait être considérablement allongé », a-t-il ajouté, sans donner aucune autre précision.

    lire la suite Boursorama

  • Économie, Écologie...,  vidéo

    La majorité du peuple irlandais refuse de payer le nouvel impôt du plan d’austérité !

    Le peuple Irlandais est un peuple souverain. Et les irlandais ont versé leur sang pour l’être. Mais l’oligarchie européenne s’en moque. Le vote du peuple Irlandais n’a jamais été respecté. Les oligarques lui ont imposé des politiques qu’il avait refusé. La conséquence des directives européennes ?: l’Irlande est dans une situation dramatique. Alors, le peuple irlandais, qui ne sait plus comment se faire entendre et refuse de se faire plumer, vient de refuser dans sa grande majorité de payer le nouvel impôt auquel les a soumis l’Europe.

    Le peuple Irlandais est génial !. Si seulement la France pouvait faire preuve d’autant de courage et de fierté !

  • Économie, Écologie...,  Média-mensonge et propagande,  Politique,  vidéo

    Un journaliste irlandais met K.O. un représentant de la BCE

    Il est irlandais, s’appelle Vincent Brown, et c’est une légende dans son pays.
    Vous allez le voir dans cette vidéo faire son métier de journaliste indépendant. C’est une chose que vous ne verrez jamais en France. Vincent Brown ce n’est pas Claire Chazal devant Sarkozy. Pas Pujadas devant Hollande. Pas Duhamel devant Bayrou. Il n’a rien à voir avec les chiens de gardes que vous connaissez. Ce n’est pas Laurent Joffrin. Ce n’est pas un scribouillard de libération, ou encore un plumitif du Monde… non, c’est un journaliste libre.

    Face à Klaus Masuch, un représentant de la Banque Centrale Européenne, venu expliquer aux habitants du pays pourquoi ils allaient devoir sérieusement se serrer la ceinture pour renflouer des banques européennes, il va clairement poser la seule et unique question que se posent les irlandais: Pourquoi le peuple irlandais doit se saigner pour sauver un système qui les a mis à genoux ?. Une question qui restera sans réponse, mais le malaise du technocrate bruxellois en dit long sur le purgatoire dans lequel nous ont jeté les européistes.