• Culture, idées, Média...,  Média-mensonge et propagande

    Laurent Obertone : « Le système retourne les faits à l’avantage de son utopie »

    Auteur du best-seller “la France Orange mécanique”, Laurent Obertone signe avec “la France Big Brother” (Ring) un réquisitoire contre le “conditionnement” imposé aux Français. Pour lui, “l’oligarchie dissimule ses crimes” après les attentats islamistes en France.

    Laurent-Obertone-la-France-Big-BrotherLa France subit trois attentats terroristes et nos élites lancent une campagne contre l’islamophobie. Comment l’expliquez-vous ?

    C’est une démonstration de la capacité de manipulation de Big Brother, une démonstration de réécriture du présent, de double pensée, de retournement des faits à l’avantage d’une utopie. Les médias, en particulier, contrefont le réel, le filtrent, l’expurgent de tout ce qui nuit à leur morale progressiste et nous projettent une image du pays totalement falsifiée. À les entendre, des extrémistes indistincts n’ont attaqué que le “vivre-ensemble”, à peu près comme le fait, selon eux, Marine Le Pen. Cette dernière a d’ailleurs été accusée, sinon de monter les Français les uns contre les autres, du moins de « récupérer » l’affaire et d’en« profiter », quand Cazeneuve, Valls et Hollande ont connu un rebond de popularité spectaculaire… Tout est fait pour dissocier les effets des causes, il faut croire que ça fonctionne.

    Les attaques des 7, 8 et 9 janvier marquaient la défaite d’un système complaisant envers le communautarisme, l’immigration et l’islamisation de la France. Comment ce système et ses acteurs ont-ils réussi à retourner leur échec en ce que vous qualifiez de “kermesse antiraciste” ?

    Il faut une grande expérience en la matière. Aussi vite que possible, on évacue les faits, pour seriner les messages slogans : “pasd’amalgame”,“l’islamest la première victime”, “cela n’a rien à voir avec l’islam”. Ce sont les “valeurs” progressistes qu’on vise. À partir de là, tous ceux qui voulaient se révolter contre les terroristes islamistes, tous ceux qui voulaient s’interroger sur leur suivi, sur les soutiens dont ils bénéficient dans les banlieues, sur la balkanisation de la société française, étaient présentés comme des intolérants et des fascistes, complices des terroristes (pourquoi se gêner ? ).

    Sur les plateaux, dans la rue, les médias ont copieusement sélectionné leurs interlocuteurs, en aiguillant leur discours vers une terrifiante uniformité : “pas d’amalgame”. Pas besoin de mot d’ordre : les journalistes savent ce qu’ils ont à faire. Tout cela finit par créer un effet de masse, où chacun se sent obligé d’adhérer à cette posture vertueuse. L’heure est à la traque de ceux qui ne sont pas Charlie, comme l’a dit Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique de France 2.

    Les gens perçoivent confusément le lien entre immigration massive, communautarisme et islamisation du pays. Pourtant, ce système ne doit pas être remis en cause. Pourquoi ?

  • Politique

    La criminalité a explosé !

    Dans La France Orange Mécanique (Ring éditions), Laurent Obertone décrit « l’ensauvagement d’une nation » et montre une France où l’ultra-violence progresse sans rencontrer d’autre opposition qu’une culture de l’excuse institutionnalisée. Rencontre avec un journaliste brise-tabous, sans œillères ni langue de bois.

    Votre essai s’appuie sur des chiffres différents de ceux du ministère de l’Intérieur. En quoi sont-ils plus fiables que les statistiques officielles ?

    En France, toutes les 24 heures, on compte 13 000 vols, 2 000 agressions et 200 viols. Ces chiffres sont ceux de l’Office national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), institut public qui réalise depuis plusieurs années des enquêtes de victimisation auprès de 17 000 personnes. Ces enquêtes jugées fiables par les criminologues (et désormais par Manuel Valls) recensent 12 millions de crimes et délits, soit trois fois plus que les chiffres avancés par le ministère de l’Intérieur, basés uniquement sur les plaintes, et sujets à quantité de manipulations. L’enquête de l’ONDRP y échappe, et échappe donc aux indécentes petites querelles politiciennes autour d’oscillations infimes d’un taux de criminalité qui a explosé depuis les années 60, et qu’aucune politique n’a su ou voulu contenir.

    Vous semblez nourrir une très mauvaise opinion des médias français. Sont-ils vraiment tous aveugles et angéliques face à l’insécurité ?

    L’immense majorité des journalistes (94% selon une enquête de Marianne) et des étudiants en journalisme (jusqu’à 100% d’entre eux dans certaines écoles) se revendiquent de la gauche et de l’extrême gauche. Ils ont un logiciel idéologique dans la tête, qui n’est pas compatible avec le devoir d’informer. Par réflexe, ils nient la réalité, l’édulcorent, la minimisent, éventuellement méprisent, culpabilisent ou insultent ceux qui osent la montrer du doigt. Entre grands médias, c’est une compétition à celui qui ira le plus loin dans l’excuse et la compréhension du criminel. Les gens le savent, donc ils ne lisent plus cette presse-là, qui est maintenue en vie par des subventions publiques plus ou moins déguisées, pour donner l’illusion qu’une information indépendante existe encore et que notre démocratie se porte bien. Tout ça est un théâtre et même, hélas, une tragédie.

    Mais la presse parle de votre livre…

    Une certaine presse. Valeurs actuelles, Atlantico, Éric Brunet, Éric Zemmour… La plupart des grands médias se taisent, et nous font parfois savoir, comme La Croix ou Le Parisien, qu’ils le font pour des raisons idéologiques. Or des milliers de victimes témoignent que l’insécurité n’est pas une idéologie.

    En pointant le multiculturalisme comme source de la délinquance, ne redoutez-vous pas de radicaliser certaines personnes, soit vers l’extrême droite soit vers un fanatisme de type salafiste ?

  • Politique,  vidéo

    Zemmour Vs Laurent Obertone : La France Orange Mécanique (vidéo)

    Zemmour VS Naulleau interviewent Laurent Obertone, auteur de « la France Orange mécanique ». Chaque jour en France 13 000 vols, 2000 agressions, 200 viol chaque jour en France.

    Zemmour – Il y a une page qu’il faudrait encadrer c’est quand vous comparez les chiffres de 1900, les chiffres de 1950 et les chiffres d’aujourd’hui, parce que là on ne rigole plus. On nous a baratiné depuis 40 ans avec « mais c’était la même au temps des apaches, ça c’était en 1900, et c’était la même chose au temps des blousons noirs dans les années 50… mon oeil ! On a 100 000 agressions en 1900 on en a 4 millions aujourd’hui. Deuxièmement vous expliquez très bien que les société multiculturalistes sont plus violentes que les autres….
    Laurent Obertone – Oui c’est 11 meurtres par an au Japon.

    Nota Bene : Le Japon est très strict en matière d’immigration. Et il est très difficile pour un étranger d’acquérir la nationalité japonaise.

  • Politique

    France barbare, France orange mécanique (RMC)

    Chaque jour en France, on recense 13 000 vols, 2 000 agressions, 200 viols. Dans un livre événement, Laurent Obertone nous fait découvrir cette France d’apocalypse. Saisissant.

    « Il faisait nuit, je ne voyais rien, et deux « minots » de 11 à 12 ans se sont jetés sur moi. Ils ont commencé à me frapper à la tête et au ventre. J’ai vu la haine dans leurs yeux. Ils m’ont mis à terre d’une balayette et les coups ont commencé à pleuvoir de tous les côtés. L’enfer va durer une vingtaine de minutes. Ils ont dû être une quinzaine à me frapper à des degrés divers.

    Je pense à faire le mort pour qu’ils cessent, mais la douleur me fait hurler. Ils m’ont cassé le fémur et la jambe, et malgré ça, ils continuaient à frapper. Ils me marchaient sur les mains, prenaient même  de l’élan pour me mettre des coups de pieds dans les testicules. Leur violence était gratuite. Je me suis vu partir lorsque je les ai entendu se dire : +Finissons cette face de craie+. » – Laurent Obertone lisant un témoignage dans la Provence

    « On me disait que pendant le week-end de l’ouverture pour Marseille, capitale européenne de la culture, il n’y avait eu aucune violence, tout s’est très bien passé, c’était faux ! Les policiers m’ont dit de source sûre qu’il y a eu malheureusement des violences, mais on les tait. » – Chantal

  • Non classé

    En 30 ans il s’est créé autant de lieux de cultes musulmans que d’églises catholiques en un siècle.

    Laurent Obertone explique comment, en partant de la très louable intention de lutter contre les discriminations, la justice est devenue un terrain de luttes communautaires et religieuses. Extrait de « La France orange mécanique ».

    Le tableau de la justice est déjà tout à fait noir, mais il y manque encore une petite touche finale. En partant de la très louable intention de lutter contre les discriminations, la justice est devenue un terrain de luttes communautaires et religieuses. « C’est normal », répondront certains, pour qui « des religions en particulier sont visées par des malfaiteurs en particulier ». Il faut être un Inuit autiste pour n’avoir jamais entendu parler des lieux de cultes profanés.

    En France, il s’est créé en 30 ans autant de lieux de cultes musulmans que d’églises catholiques en un siècle.

    On dénombre 45 000 églises, 2 000 mosquées, 280 synagogues. Voici un récapitulatif des profanations de ces dernières années, selon la gendarmerie (Le Figaro) :

    En 2007 151 églises, 8 mosquées, 5 synagogues.
    En 2008 269 églises, 13 mosquées, 3 synagogues.
    En 2009 216 églises, 6 mosquées, 4 synagogues.
    Toutes choses étant égales par ailleurs, voici les pourcentages des lieux de cultes profanés :
    2007 0,3 % d’églises, 0,4 % de mosquées, 1,8 % de synagogues.
    2008 0,6 % d’églises, 0,65 % de mosquées, 1 % de synagogues.
    2009 0,5 % d’églises, 0,3 % de mosquées, 1,4 % de synagogues.
    Même si la bêtise humaine semble marquer une préférence pour les synagogues (selon Le Figaro, 15 millions