• Politique

    Migrants : Mélenchon et le patron du CCIF signent une lettre ouverte pour que “les violences cessent” à Calais

    Mélenchon est plus dangereux que Macron… il flirte avec les indigènes de la république, fait les yeux doux aux islamo-racailles des cités et s’associe aux islamistes du CCIF.

    Il joue sur deux plans: un discours laïc et républicain avec Corbière, et un discours islamophile et immigrationiste avec clémentine Autain, celle qui organise des conférences avec tariq ramadan et Marwan Muhammad


    Les signataires

    La rédaction du Bondy Blog – Yannick Jadot, député européen – Omar Sy, acteur – Association Auberge des migrants – Assa Traoré, comité Adama – Hélène Sy, présidente de l’association Cékedubonheur – Camille Louis, philosophe, dramaturge – Jean-Luc Mélenchon, député européen – Sud Intérieur-Union syndicale solidaires, syndicat de police – Marie-Françoise Colombani, journaliste – Florence Thune, directrice générale de Sidaction – La

  • Politique

    CCIF : « L’islam est une religion française, le foulard fait partie des tenues françaises et Mohammed est un prénom français »

    Portrait de Marwan Muhammad, directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), présenté comme une « figure montante de la communauté musulmane ».

    Brillant matheux, il se casse pourtant les dents sur le concours de médecine. « Ça m’a rincé, c’était la première fois que je ratais quelque chose, analyse-t-il.Mais ça m’a beaucoup appris sur la reproduction des élites et la machine à exclusion sociale par la sélection. »

    Depuis son retour au CCIF comme directeur, en mars, après une parenthèse de deux ans au Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE, à Varsovie, Marwan Muhammad est devenu, à 38 ans, l’une des figures musulmanes les plus visibles. Un orateur que l’on se dispute, capable de mobiliser. «C’est un leader qui émerge, confirme son presque homonyme Marwan Mohammed, sociologue et coauteur de Islamophobie (La Découverte, 2013). Il prend peu à peu la place de leadership de [l’islamologue] Tariq Ramadan. »

    A son tour, il laboure le terrain, enchaîne les conférences, participe au camp d’été décolonial réservé aux « personnes subissant le racisme d’Etat en contexte français », excluant de facto les Blancs, s’efforce de structurer les antennes régionales du CCIF, organise des séminaires « d’autodéfense intellectuelle », comme ce samedi à Strasbourg, avec trois cents inscrits. […]

    Il ne faut pas compter sur lui pour demander aux musulmans de se couler bouche cousue dans une société qui les accueille si difficilement.