• Politique

    Affaire des costumes de Fillon: un coup de poignard de Bourgi et sarkozy ? (Maj)

    Le 8 Juillet 2017

    Le 28 Juin 2017

  • Média-mensonge et propagande,  Politique

    En 2016, les journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri parlaient déjà de cabinet noir à l’Elysée

    Les journalistes font semblant de s’étonner des pseudo-révélations des journalistes du Canard. Il y un an jour pour jour, les journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri avaient déjà révélé l’existence d’un cabinet noir. L’activité de ce dernier était destiné à l’époque à faire tomber Sarkozy.

    Lire aussi: Le « cabinet noir » de l’Elysée depuis l’affaire Cahuzac

    Avril 2016

    Les journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri raconte dans leur livre « L’Élysée off » qu’un cabinet noir a été mis en place par l’Élysée en 2013 pour tenter de nuire à Nicolas Sarkozy, adversaire désigné comme le plus dangereux pour François Hollande pour 2017.

    Ils en ont la preuve et ils en ont fait un livre: oui, il y a bien un cabinet noir à l’Élysée. C’est qu’affirment les journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, qui raconte dans leur livre L’Élysée off (publié ce mercredi chez Fayard) comment s’est mis en place ce cabinet, début 2013, pour suivre Nicolas Sarkozy, et notamment ses ennuis judiciaires. « Tout est fait pour que Nicolas Sarkozy se présente à la primaire pour la présidentielle de 2017 comme un candidat mis en examen », écrivent ses auteurs, qui racontent également les guerres internes au palais de l’Élysée, les batailles d’influence, les conseillers occultes.

    « Le secrétaire général de l’Élysée fait remonter les infos utiles »

  • Politique

    Nicolas Sarkozy : si François Fillon perd, il envisagerait de revenir

    S’il n’y avait qu’une raison de ne pas voter Fillon ce serait celle là..


    Nicolas Sarkozy n’a pas définitivement enterré ses ambitions politiques. Son entourage jurera le contraire, que l’ancien président de la République est complètement retiré de la vie politique, que tout cela est derrière lui. La preuve : il s’est déjà reconverti dans le privé en intégrant le conseil d’administration d’Accor, le géant hôtelier. Mais on l’a bien vu au plus fort de l’affaire Penelope, l’ancien président n’a pas complètement raccroché les gants.

    Pour l’un de ses anciens conseillers qui lui a beaucoup parlé ces

  • Non classé,  Politique

    Un livre accuse François Hollande de basses manœuvres pour détruire ses adversaires politiques

    François Hollande est-il pour quelque chose dans la déconfiture de certains de ses adversaires politiques ? C’est ce que suggère un livre à paraître,Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat (éd. Robert Laffont), des journalistes d’investigation au Canard enchaîné Olivier Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé (déjà auteurs de L’Espion du président en 2012). Que contient cet ouvrage ?

    “Difficile de ne pas voir la patte de Hollande”

     D’après les bonnes feuilles publiées par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles, il décrit un vaste système de surveillance de ses adversaires mis en place par François Hollande depuis son arrivée à l’Élysée. Ce “cabinet noir” aurait eu pour objectif de discréditer les concurrents du président à l’élection présidentielle, en particulier Nicolas Sarkozy et  Manuel Valls, son propre Premier ministre. Les auteurs écrivent ainsi, de manière éloquente, à propos des “affaires” et révélations sur la vie privée des candidats :

    “Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande”.

    Ainsi certaines fuites d’informations dans la presse sur la vie privée de certains responsables politiques à des fins malveillantes ne seraient pas étrangères au président de la République.

  • Politique

    Comment François Hollande est intervenu dans les affaires judiciaires (Rediff)

    Première publication: le 26/10/2015

    C’est une enquête inédite sur l’affrontement que se livrent François Hollande etNicolas Sarkozy qui sera diffusée ce soir sur Canal+ dans l’émission Spécial Investigation. Une plongée dans les coulisses les moins reluisantes de l’Élysée, devenu le théâtre d’une guerre de l’ombre entre les futurs rivaux de la présidentielle de 2017. « Car depuis 2012, ils n’ont jamais cessé de penser à la revanche », rappelle le documentaire.

    Au coeur de ce combat, les affaires judiciaires qui menacent Nicolas Sarkozy. Bien sûr, François Hollande, en campagne, jurait que « nul ne devait intervenir dans les affaires de justice, encore moins au sommet de l’État ». Mais ça, c’était avant que l’affaire Cahuzac n’éclabousse la gauche au pouvoir… L’enquête des deux journalistes montre comment, pris de panique, l’entourage du président a tenté d’allumer un contre-feu en facilitant le travail des juges qui enquêtent sur l’affaire Tapie. Le témoignage du chef de la cybersécurité de l’Élysée, remercié en mai 2013, se révèle accablant pour l’équipe Hollande. Face caméra, Bernard Muenkel raconte comment le colonel Bio-Farina, chargé de la sécurité du Château, lui a demandé de fouiller dans les archives informatiques du cabinet Sarkozy, en toute illégalité. Le militaire veut des informations sur des personnes bien précises. Il lui fournit une liste, sur laquelle les noms de Bernard Tapie, Christine Lagarde, Claude Guéant et une dizaine d’autres sont surlignés… L’informaticien raconte comment, face à son refus, le militaire a lui-même pris – illégalement toujours – l’initiative de fouiller le « fichier des loges », qui recense toutes les entrées et sorties du Château. C’est ainsi que le gendarme a découvert que Bernard Tapie avait rendu visite à Nicolas Sarkozy à 12 reprises. Une information qui a relancé les investigations de la justice, et qui a opportunément « fuité » dans la presse…

    L’Élysée, nid d’espions