• Économie, Écologie...

    Industrie : Quand la France perd ses fleurons

    La preuve que Montebourg ne sert à rien et que son discours comme l’intitulé de son ministère (ministre de l’économie, du redressement productif et du numérique) sont de la poudre aux yeux pour les gogos. Avec les socialistes nous nageons en plein délire orwellien: le ministère chargé de sauver l’industrie sert à la détruire ou à la vendre au plus offrant.

    ——

    Plusieurs groupes tricolores sont récemment allés chercher leur salut à l’étranger, sans provoquer beaucoup d’émoi du côté des pouvoirs publics…

    Alstom lorgné par les Américains , le cimentier Lafarge qui va installer son siège en Suisse, Publicis qui se cherche un double point de chute fiscal à l’étranger pour sceller ses noces avec l’américain Omnicom, PSA Peugeot Citroën qui vient d’accueillir son nouvel actionnaire de référence chinois et jusqu’aux marques de cochonnailles Justin Bridou-Cochonou désormais dans le panier du chinois WH, numéro un mondial du porc : en quelques mois, plusieurs groupes tricolores sont allés chercher, d’une façon ou d’une autre, leur salut à l’étranger.

    N’en déplaise au discours ambiant sur le patriotisme économique, ces opérations se sont souvent conclues sans opposition particulière des pouvoirs publics, voire parfois avec des encouragements officiels.

    A lire aussi : Alstom dans le viseur de l’américain General Electric

    Créé dès 1833 en Ardèche, Lafarge avait jusqu’à présent grandi à coup d’acquisitions à

  • Économie, Écologie...,  Politique,  vidéo

    Marine Le Pen dit-elle vrai sur les pressions de General Motors sur PSA ?

    France info s’intéresse à la vérité quand c’est trop tard. ça fait longtemps que Marine Le Pen accuse l’actionnaire Général Motors d’avoir fait perdre l’un des marchés les plus juteux de Peugeot. Nous vous le disions nous même en juillet dernier : Après peugeot, Obama oblige Renault à quitter l’Iran. (+vidéo du représentant CGT)

    La France a obtempéré aux injonctions de la firme américaine. Le but pour l’oncle Sam était d’empêcher Peugeot d’être le constructeur de totomobiles favoris des Iraniens. C’est réussi. Aujourd’hui que les rapports avec l’Iran s’améliorent, l’Amérique compte bien se réserver le marché pour elle toute seule, et nous on compte nos chômeurs….

    Maintenant que les chinois viennent de mettre la main sur la marque au Lion, il ne faudra pas s’étonner quand demain nos usines partiront en masse au  pays de la muraille de Chine.

    ———-

     Alors qu’un groupe chinois entre dans le capital de PSA, la présidente du Front national craint pour l’indépendance du constructeur français. Elle affirme « que quand General Motors est entré dans le capital de PSA, sa première exigence a été de demander d’arrêter de fournir le marché iranien, un débouché considérable pour PSA ». Vrai ou faux ? Réponse ici.

    CARS_2154533b

    Vrai

    PSA n’a jamais voulu le reconnaître. Il a toujours affirmé que ce sont les sanctions internationales contre l’Iran qui l’ont obligé à stopper les ventes à ce pays. Mais une grande partie de la presse économique et des analystes du secteur confirment que l’américain General Motors a exigé début 2012 que PSA gèle ses ventes à l’Iran, grand ennemi des Etats-Unis.

    Pierre Paturel, spécialiste du secteur automobile au cabinet d’études économiques Xerfi rappelle plusieurs éléments troublants. « PSA n’avait aucun intérêt à arrêter les ventes à destination de l’Iran. Il ne faut pas oublier qu’à ce moment là, PSA vendait environ 460.000 voitures à l’Iran. C’était son 2eme marché mondial et cela représentait 800 millions d’euros de chiffre d’affaire, quelque chose d’énorme ». Pierre Paturel ajoute que « comme par hasard, PSA déclare qu’ils vont arrêter de vendre des véhicules à l’Iran pile au moment où General Motors annonce qu’il va effectivement entrer dans le capital de PSA« .

    Arrêt brutal

    Jusqu’à début 2012, PSA vendait des kits de montage qui étaient assemblés en Iran. Ca représentait l’équivalent de 460.000 véhicules en 2011. L’arrêt des ventes a pénalisé à la fois le consommateur iranien susceptible d’acheter une voiture du groupe français, mais aussi les iraniens qui travaillaient dans les usines d’assemblage.

    Renault

    Un autre élément accrédite la thèse des pressions de General Motors, il s’agit de l’attitude de Renault à cette époque. Début 2012, Renault n’a pas stoppé son commerce avec l’Iran. Aucune nouvelle sanction internationale ne l’obligeait à le faire.
    En revanche, l’été dernier (en juillet 2013), Renault a finalement du arrêter ses ventes en avouant clairement que les Etats-Unis faisaient pression en menaçant de sanctions Nissan, qui est appartient à Renault, et qui est présent sur le marché américain.

    Levée des sanctions

    Au final, les ventes de PSA et Renault en Iran sont aujourd’hui quasi nulles, alors que les deux groupes français tenaient 40% du marché iranien en 2011.

    Aujourd’hui, les sanctions internationales sont en passe d’être levées et les constructeurs américains sont maintenant dans les starting-blocks pour conquérir le marché iranien. La concurrence sera rude pour PSA et Renault.

    FranceInfo

  • Économie, Écologie...

    PSA-Renault : le grand plongeon

    La production en France des deux constructeurs a chuté de 32 % au premier trimestre 2013.

    La production cumulée de Peugeot, Citroën et Renault dans l’Hexagone a chuté de 32 % au premier trimestre pour tomber à environ 350 000 véhicules, selon des données publiées mardi par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). La production nationale de PSA a même reculé de 35,7 % sur un an à 230 337 unités, indique le CCFA. En revanche, le recul est limité à 23,7 % pour Renault, dont la production a atteint 118 060 véhicules.

    Au niveau mondial, la production de PSA recule de 18,8 % à 712 936 unités, alors que celle de Renault limite sa chute à -7,9 %, soit 658 587 voitures et utilitaires légers fabriqués. Si la marque Renault souffre (- 10,8 %), la production des Dacia, qui sont réalisés hors de France, a augmenté de 23,7 %.

  • Économie, Écologie...

    Peugeot crée 1000 emplois en Espagne mais ferme à Aulnay-sous-bois

    La défense du « produire en France » encouragée par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a ses limites, comme le démontre l’actualité du groupe PSA. La firme automobile française, qui fabrique les Peugeot et Citröen, fermera son site parisien d’Aulnay-sous-bois en 2014, mais embauche 1000 personnes à Vigo, au nord-ouest de l’Espagne.

    La mise à profit de la compétitivité espagnole par les consommateurs et acteurs économiques français, cruellement présente dans les Pyrénées-Orientales, où le différentiel de prix et de coût de travail est criant, se manifeste à plus grande échelle. Ainsi, le constructeur automobile français PSA, fabriquant les véhicules de marque Peugeot et Citroën, prépare pour 2014 la fermeture définitive de son usine d’Aulnay-sous-bois, en région parisienne, tout en maintenant son site de production de Madrid.

    iOn-laReina-2

    Cette unité située dans le quartier de Villaverde, au Sud de la capitale espagnole, emploie 3100 personnes et produit près de 150.000 véhicules par an, dont 74 % destinés à l’exportation, notamment en territoire français.

    A Vigo, la plus grande usine PSA à l’étranger

  • Économie, Écologie...

    La production de Renault et PSA Peugeot Citroën en France s’écroule

    La production de Renault et PSA en France a encore chuté lourdement au troisième trimestre. Elle a été réduite de moitié par rapport à 2005. Renault ne fabrique plus que 17,5% de ses véhicules dans l’Hexagone.

    Ca ne s’arrange pas! La production  des constructeurs automobiles tricolores en France a encore chuté de 11,6% au troisième trimestre (voitures et utilitaires légers), selon les chiffres du CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles). Un plongeon dû à… Renault. Le groupe au losange a diminué ses fabrications de 23,6% à moins de 100.000 unités, après -20%  au deuxième trimestre et  et 12,6% au premier. Carrément. La part de la France dans la production totale de Renault a même atteint au troisème trimestre un point bas historique: elle ne représente plus que 17,5% des volumes globaux! On a les records qu’on peut.

    Dégringolade continue

    PSA Peugeot Citroën, lui, ne réduit sa production hexagonale que de 5,2% sur le troisième trimestre. Il est vrai qu’il avait largement anticipé la crise en la réduisant de 22,4% au deuxième. PSA produisait au troisième trimestre 35% de ses véhicules dans l’Hexagone.

    Au total, la production de Renault et PSA en France aura dégringolé de 13,2% sur les neuf mois, dont -18,2% pour Renault et -11% pour PSA. Aïe! Une vraie catastrophe. Ces chiffres sont d’autant plus mauvais que les constructeurs germaniques ont diminué de 2,8% seulement leur production en  Allemagne (voitures particulières seules) sur onze mois). L’Allemagne produit aujourd’hui presque 3,5 fois plus de véhicules que la France. Certes, les deux groupes automobiles tricolores avaient déjà connu des scores aussi mauvais en 2009. Mais, la production auto en France de Renault et PSA a globalement été divisée par deux… par rapport à 2005!

    Production totale en recul

  • Économie, Écologie...

    Et si l’Algérie entrait dans le capital de PSA Peugeot Citroën…

    Voilà comment fonctionne l’économie en Europe : la commission européenne donne 45 millions d’euros à l’Algérie. Et cette dernière s’achète des parts de peugeot avec l’assentiment de François Hollande et des marchés financiers. Elle n’est pas belle la vie ? Après avoir baissé son pantalon devant l’Allemagne lors des négociations sur la recapitalisation d’EADS, le gouvernement français cherche maintenant à vendre une partie de Peugeot aux oligarques Algériens corrompus par la manne des pétrodollars….

    on creuse, on creuse, on creuse….

    – – – – – – – – – – – – –

    Et si l’Algérie entrait dans le capital de PSA Peugeot Citroën…

    Source : la tribune

    Et si l’Algérie, qui veut à tout prix se doter d’une industrie automobile, volait au secours de PSA? L’idée d’une participation algérienne au capital du constructeur français commence à faire son chemin entre les deux pays. Le sujet a même été évoqué lors de la visite à Alger fin novembre de l’envoyé spécial du président François Hollande pour les relations économiques entre les deux pays, Jean-Pierre Raffarin. « La France accepte bien volontiers que des intérêts algériens entrent au capital de ses entreprises, grandes ou petites. Cela relève de la décision des autorités algériennes et des entreprises concernées. C’est un sujet qui a été abordé au cours de récents contacts franco-algériens », a déclaré Jean-Pierre Raffarin à l’issue de sa visite au quotidien TSA.

    L’Algérie au capital de Peugeot ? La Bourse séduite…

    Le titre du français PSA Peugeot Citroën bondissait mercredi à Paris, soutenu par un article du site d’informations économiques Latribune.fr évoquant une possible entrée de l’Algérie au capital.

    Pour l’Elysée, cela serait faire d’une pierre deux coups : renforcer la coopération économique avec l’Algérie tout en apportant de l’argent frais à un fleuron national mal en point…

    La hausse du titre PSA intervient également alors que le groupe envisage 1.500 départs naturels non remplacés d’ici à mi-2014, qui s’ajouteront aux 8.000 postes supprimés dans le cadre de sa restructuration annoncée en juillet, a-t-on appris mardi de sources syndicales.

  • Économie, Écologie...,  Fil Info

    Pendant ce temps Général Motors met doucement la main sur PSA

    Peugeot ferme son usine parce que les Etats-Unis lui ont interdit de vendre des voitures en Iran. La situation est catastrophique comme vous le savez, eh bien vous ne devinerez jamais, qui arrive pour aider PSA? General Motors bien sûr… John Reed écrit dans le FT: « PSA and General Motors announced plans to join forces on four vehicle projects and to start purchasing parts together, primarily in Europe, the biggest steps yet in their eight-month-old carmaking alliance ». C’est une manière détournée de pénétrer le réseau de vente de PSA, un peu comme VW et Skoda, vous voyez? Lire ici pour assister à cette très belle opération menée de main de maître par les Américains.

    source

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE