• Politique

    Toulouse : Walid, abattu à la kalachnikov dans un règlement de compte

    L’immigration est une richesse, l’immigration est une richesse, l’immigration est une richesse, l’immigration est une richesse…. répétez encore et toujours, l’immigration est une richesse, l’immigration est une richesse, l’immigration est une richesse..

    ——-

    Un Toulousain de 29 ans, lui-même soupçonné de tentative de meurtre, est mort criblé de balles de kalachnikov jeudi à Beauzelle, en banlieue de Toulouse. Il serait la troisième victime d’une série de règlements de compte liés au quartier des Izards.

    La victime est arrivée à bord d’une grosse cylindrée de marque BMW et l’assassinat a eu lieu aussitôt après, selon le témoignage de sa compagne qui a entendu les rafales de tirs et a pu voir ensuite « deux hommes s’enfuir à pied », a indiqué le procureur. La victime portait « des blessures sur l’ensemble du corps, sauf à la tête » et « une quinzaine de douilles de calibre correspondant à une arme de guerre ont été retrouvées ».

    La victime a été identifiée comme étant Walid Larbi-Bey, né en Algérie en 1984, bien connu de la police pour différents cambriolages et vols avec violence. La justice le soupçonnait surtout d’avoir été « impliqué comme auteur dans une tentative de meurtre en bande organisée » le 5 décembre. Mis en examen peu après, il avait été placé en détention provisoire en décembre puis relâché sous contrôle judiciaire en mai.

    Évoquant « une nouvelle affaire terrible à Toulouse », le procureur Michel Valet a envisagé d’éventuelles représailles. « A chaque fois que ce type de fait se produit, on peut craindre des actes en retour », a-t-il dit. Les Izards sont souvent décrits comme une des plaques tournantes du trafic de drogue de la ville.

    L’Express

  • Politique,  vidéo

    Toulouse : une infirmière violemment agressée dans le quartier des Izards

    Toulouse : une infirmière violemment agressée dans le quartier des Izards

    La situation des infirmières et des médecins est devenue infernale dans les territoires d’immigration. Les agressions qu’ils subissent font rarement la UNE de l’actualité. Lire à ce sujet un article récent sur le meurtre d’une infirmière libérale à Strasbourg et l’absence totale de réaction de la ministre de la santé et des média:

    Meurtre d’une infirmière libérale : la profession confrontée à l’insécurité

    ———-

    Il était un peu plus de 10H30 jeudi matin quand Frédérique sort de chez un patient [..] quand 4 individus vêtus de noir et cagoulés arrivent en courant et en hurlant. Ils lui demandent de descendre de son scooter. Devant le refus de l’infirmière, ils se mettent à la frapper violemment. Pendant 2 très longues minutes, Frédérique est rouée de coups (coups de poings et coups de pieds). Ses agresseurs l’aspergent ensuite avec une bombe lacrymogène. […]

    A 51 ans, l’infirmière libérale est expérimentée. Elle intervenait dans ce quartier sensible des Izards à Toulouse (31) depuis maintenant 10 ans. Même si elle y allait à reculons ces derniers mois, Frédérique n’avait pas renoncé. Cette agression change tout évidemment. Pour elle si ça continue comme ça, les infirmières ne voudront plus aller dans ce quartier. Frédérique a aujourd’hui le sentiment amer de risquer sa vie en portant soin à des patients. […]

    Source

  • Non classé

    Toulouse : au quartier des Izards nouvelle fussillade à la Kalachnikov

    Une troisième fusillade en quelques jours a fait deux blessés dimanche soir, dont un grave, dans le quartier des Izards au nord de Toulouse. Un jeune homme a été hospitalisé dans un état critique. L’arme utilisée est une arme de guerre, selon le procureur de la République.

    Les victimes sont deux jeunes majeurs, ils ont été atteints par une rafale de pistolet automatique, devant un immeuble de la rue des Chamois. L’un a été grièvement blessé à l’abdomen et transporté, inconscient, dans un état critique, à l’hôpital de Purpan et son pronostic vital est engagé. L’autre, blessé à la main, était conscient à l’arrivée des secours et sa vie n’est pas en danger. D’après le procureur de la République de Toulouse, Michel Valet, l’arme utilisée « est une arme de guerre qui peut correspondre à une Kalachnikov ou à d’autres armes du même type. »

    Source : france 3 Midi Pyrénées

  • Fil Info

    Toulouse. Encore un coup de feu dans le quartier des Izards

    Un coup de feu a été tiré, hier après-midi,en direction d’un cycliste, route de Launaguet à Toulouse. Il s’agit de la seconde agression par arme à feu en deux jours dans le quartier des Izards.

    À moins de 24 heures d’intervalle, le quartier des Izards, situé en zone de sécurité prioritaire, a été le théâtre de coups de feu, en plein jour. Après des commerces visés mercredi (notre édition d’hier), c’est un cycliste qui a été pris pour cible hier, vers 15 heures, au niveau du 43 route de Launaguet.Selon nos informations, les deux affaires ne seraient cependant pas liées. Hier, un différend dont le motif restait flou aurait été à l’origine de l’agression. Une voiture aurait d’abord tenté de renverser le cycliste qui circulait en direction du centre-ville. Un homme à bord du véhicule aurait ensuite sorti une arme et tiré sur lui à une reprise. Le cycliste, qui n’a pas été touché, est parvenu à se réfugier sur un parking public. Il a chuté avant de prendre la fuite à pied. Son ou ses agresseurs en sont restés là.

    Pas de lien établi.

    Sur place, les hommes de la police technique et scientifique ont procédé aux premières constatations tandis que la victime et un témoin étaient entendus par les enquêteurs de la sûreté départementale au commissariat central. « L’enquête vient seulement de démarrer. Pour l’instant, nous ne pouvons établir aucun lien entre les deux affaires», a insisté, hier soir, Michel Valet, procureur de la République de Toulouse. Dans ces deux affaires, aucune interpellation n’avait été réalisée hier soir. Les enquêtes sont confiées aux policiers de la sûreté départementale. Ces deux faits, dans un laps de temps très rapproché -moins de 24 heures- dans une zone de sécurité prioritaire, sont pris très au sérieux par les policiers.

    « Nous ne sommes cependant pas surpris que des armes circulent dans ce type de quartier », confiait l’un d’eux.

    lire la suite sur la Dépêche du Midi


  • Fil Info,  Politique

    Toulouse. Fusillade en pleine rue dans le quartier des Izards

    Des coups de feu ont été tirés, hier, en plein après-midi, sur des façades de commerces aux Izards. Une personne a été légèrement blessée. Une enquête est ouverte.

    Deux hommes à scooter. Une rafale de coups de feu. Quatre impacts de balles à hauteur d’homme. Hier, en plein après-midi, le quartier des Izards a été le théâtre de ce qui ressemble à un règlement de comptes.

    Un peu avant 16 heures, un témoin qui se trouvait devant le salon Iz’art coiffure, 8 chemin des Izards, a remarqué un scooter arrêté sur la chaussée près de l’établissement. «Il y avait deux personnes sur le scooter avec des casques et des cagoules, relate Lahcen. Ils sont restés un peu plus loin et celui de derrière a sorti une mitraillette ou une kalachnikov. Quand il a tiré le premier coup, j’étais à côté. Je suis parti. Au début je me suis dit peut-être qu’ils rigolent ou que c’est un pétard mais non.»

    Au total, quatre impacts de balles étaient visibles hier soir. Trois sur le salon de coiffure et un autre sur le tabac presse voisin.

    «Il y avait un client dans le salon de coiffure, poursuit, choqué, Lahcen. Il a reçu des éclats de verre et il est sorti, blessé au visage.» Après leur forfait, les malfaiteurs sont vite repartis sans faire d’autre victime.

    Prévenus, les services de police sont rapidement arrivés sur les lieux où ils ont bouclé le périmètre. Les hommes de l’identité judiciaire ont procédé aux premières constatations. Audition des témoins, relevés, photographies, ils ont passé au peigne fin les lieux de cette agression en plein jour.

    Sur place, les habitants du quartier s’avouaient choqués. «On est mercredi après-midi. Des enfants auraient pu être là pour acheter des bonbons au tabac !» se désolait une mère de famille. «C’est des fous ! Si un petit avait pris une balle perdue…» s’affole un jeune homme.

    Zone de sécurité prioritaire

    lire la suite la Dépêche du Midi