• Laïcité,  Politique

    Vandalisme de la basilique à Thonon-les-Bains: « Il s’agirait d’un jeune musulman »

    Vandalisme de la basilique à Thonon-les-Bains: « Il s’agirait d’un jeune musulman »

    Mardi 5 août à Thonon-les-Bains, un peu avant 8 heures, un homme d’une trentaine d’années a commis en quelques minutes de très importants actes de vandalisme à l’église Saint-Hippolyte et dans la basilique Saint-François-de-Sales contiguë : avec une force peu commune, l’individu a renversé et cassé deux autels, les candélabres et les lutrins, détruit des statues, arraché un tabernacle, tordu une croix en bronze massif, défoncé une porte de sacristie et même abîmé des vitraux.

    Les dégâts, particulièrement impressionnants, se chiffreront assurément en milliers d’euros, le mobilier touché datant souvent des XVIIIe et XIXe siècles.

    Un bénévole qui travaillait à ce moment-là dans la basilique a prévenu la police, et des agents sont venus interpeller le forcené pour le placer en garde à vue. Pour l’heure, ses gestes n’ont pas encore reçu d’explication même s’ils ont tous les aspects d’une crise de démence, peut-être mystique. Selon le curé Le Tué, il s’agirait d’un « jeune musulman », mais la piste du mobile religieux doit encore être confirmée.

    Tous les offices à Saint-Hippolyte et Saint-François-de-Sales sont donc suspendus jusqu’à dimanche (le mariage devant être célébré samedi côté église le sera finalement

  • Laïcité,  Politique

    Fête de l’école décalée pour cause de Ramadan

    Continuons à nous mettre la tête dans le sable…

    Lu sur Le messager

    La fête de fin d’année à l’école de Vongy était organisée ce vendredi 27 juin, à partir de 15h30. Une fête qui initialement avait été programmée le samedi 28.

    « Nous l’avons décalé à cause du ramadan et cela n’a posé aucun souci », assure Nicolas, membre de l’association des parents d’élèves. « On a fait ça dans un esprit de cohésion pour que personne ne se sentent lésés », renchérit Stéphanie, la présidente de l’APE. Le jeûne du ramadan doit en effet commencer demain samedi ou dimanche (cela n’a pas encore été tranché).

    10521941_10152265715564423_8295024706125492083_n

    Le problème est que tous les parents n’ont pas vu d’un bon oeil ce changement de date d’une fête d’école publique pour cause de calendrier religieux. Adjointe au maire chargée des affaires scolaires, Astrid Baud-Roche a ainsi, au cours des derniers jours, été régulièrement interpellée par des parents qui pensaient que cette modification était à l’initiative de la municipalité. Une élue qui trouve dommageable que les choses aient été présentées ainsi. « Des raisons comme celles-ci n’ont pas à intervenir dans le choix de la date d’une fête d’école, estime l’adjointe. Ou en tout cas, pas formulé comme ça. Le temps de l’école n’a pas à se caler sur un calendrier religieux. »

    Ce papa ne cache pas avoir été, au départ, « embêté » par cet argument religieux pour avancer la fête d’une journée. Il a ensuite compris l’intérêt pour l’APE de décaler la date. « Le but du jeu, pour l’association des parents d’élèves, c’est de ramasser des sous. Si tout le monde n’avait pas pu manger, cela aurait été dommage ».

    La fête de l’école est, en effet, l’occasion pour l’APE de récolter de l’argent grâce à la vente de saucisses, merguez, boissons et pâtisseries.

    Quant à la directrice de l’école, elle tient à relativiser les choses. « Il n’y a que l’an dernier qu’on a fait la fête de l’école le samedi. Les autres années, c’était toujours le vendredi », indique Dominique Souteyrand.

    L’information aurait par ailleurs été diffusée tardivement puisque la date de début du ramadan n’a été fixée que quelques semaines auparavant.

    A l’école du Morillon, la fête avait également été organisée ce vendredi après-midi à la place du samedi initialement prévu.