• Politique

    Vénissieux (69) : Le proviseur et le CPE d’un lycée professionnel jetés à terre et recouverts d’essence par des lycéens

    Les faits se sont déroulés jeudi à Vénissieux. Et malgré leur gravité, ils n’ont pas été encore relayés par les médias.

    Le proviseur et le CPE du lycée professionnel Hélène Boucher ont été jetés à terre par des manifestants, puis recouverts d’essence. Des faits confirmés par plusieurs sources policières.

    L’établissement forme des adolescents aux métiers de la restauration, de la propreté et de l’environnement.

    Le secrétaire d’Etat à la Jeunesse, Gabriel Attal, a dénoncé cet acte ce vendredi sur RTL« C’est des situations de très grande violence

  • Politique

    Vénissieux: Le tournage du rappeur marseillais Elams vire à l’émeute

    Dix personnes auraient été interpellées…

    Un peu de rap et beaucoup de lacrymo. Mercredi après-midi, le tournage de clip du rappeur marseillais Elams a rapidement dégénéré dans le quartier des Minguettes àVénissieux (Rhône), où des centaines de jeunes s’étaient réunies après un appel diffusé via les réseaux sociaux.

    Vers 15 heures, de nombreux adolescents et enfants s’étaient massés devant le centre commercial de la Darnaise pour figurer dans le clip lorsque plusieurs jeunes, mineurs pour la plupart, ont commencé à jeter des projectiles sur les forces de l’ordre présentes pour surveiller le tournage.

    Trois heures d’émeutes

  • Politique

    André Gerin (PCF) : “La diabolisation du FN est absurde”

    L’ex-maire de Vénissieux revient sur les résultats des municipales. Il dépeint une société française au bord de l’embrasement : “Nous sommes en pleine guerre civile larvée”, expose-t-il. “La diabolisation du FN et de Marine Le Pen n’a jamais été aussi absurde”, ajoute André Gerin.

    50756_gerin-uneL’ex-maire de Vénissieux avait présidé une mission d’information parlementaire ayant conduit à l’interdiction de la burqa. Il avait aussi lancé une polémique, à la suite de ses propos sur l’immigration, qui ne constitue pas, selon lui, « une chance pour la France ». Il revient aujourd’hui, dans un long communiqué de presse, sur le vote aux municipales et la montée en puissance du Front national, dont il reconnaît qu’il est devenu « le premier parti ouvrier de France ». « Le Parti communiste, quant à lui, continue inexorablement son déclin », constate-t-i

    “Il existe aussi un racisme anti-France et anti-Blancs”

    Le maire honoraire de Vénissieux, comme il aime à se désigner, dépeint une situation explosive de la société française.

    « Nous sommes en pleine guerre civile larvée », expose-t-il, citant « ces salariés qui menacent de faire brûler leur usine », les Bonnets rouges, les militants de la Manif pour tous et les « enfants français de l’immigration » qui vivent dans des territoires où « les taux de chômage atteignent 40 à 50 % ». André Gerin va cependant plus loin, stigmatisant « des communautarismes et l’immigration non régulée ». Revenant sur les émeutes de 2005, il pointe « des territoires gangrenés par la drogue, où les mafias sont contrôlées par des fondamentalistes ». « Il existe aussi un racisme anti-France et anti-Blancs largement ignoré », déplore-t-il. Il rappelle que les auditions de sa mission parlementaire avaient « mis en évidence l’importance du communautarisme musulman et l’application de la charia dans certains quartiers ».

    Après le constat, les réponses. André Gerin souhaite une rupture plus marquée avec le Parti socialiste – « la gôche Canada Dry » – et avec « la gauche mélenchoniste« . Il regrette la

  • Fil Info,  Politique

    Vénissieux (69). Regain de tension après la mort de Yacine – Deux journalistes de TLM agressés

    Deux journalistes reporters d’images qui travaillaient à Vénissieux se sont fait violemment intimider lundi dernier aux Minguettes à Vénissieux, après le meurtre d’un jeune homme deux jours plus tôt. L’un d’eux a été légèrement blessé. Une enquête a été ouverte.

    [….] Aussi dimanche, dans la journée, lorsque le journaliste d’astreinte à Télé Lyon Métropole se rend dans le quartier tourner des images, il se fait prendre à partie par quelques habitants. Ceux-ci le forcent à remballer son matériel, sous peine de le détériorer ou de le dérober. Ils le raccompagnent sous escorte jusqu’à la sortie du quartier, leur territoire.

    Le lendemain, lundi dernier, deux journalistes reporters d’images de la chaîne de télévision lyonnaise se rendent à nouveau dans le quartier. Le matin. Ils pensent que le calme sera revenu, ou que les jeunes dormiront encore. Mais une voiture leur rentre dedans par derrière. Le conducteur est légèrement blessé, un léger coup du lapin. Son coéquipier s’en sort indemne. Les journalistes n’ont pas le temps de relever le numéro de la plaque de la voiture, apparemment dissimulée selon la police. Excédés, les journalistes décident de porter plainte au commissariat qui ouvre une enquête.

    Depuis les langues se sont déliées dans la profession. Le Progrès a publié un écho et la rédaction de France 3 Rhône-Alpes avoue avoir été victime de jets de pierre. La direction de la Sécurité publique n’a guère d’indices pour retrouver les agresseurs. Elle ne dispose d’aucun signalement précis et les recherches sur la vidéosurveillance du quartier n’ont rien donné selon nos informations.

    Lyon Capitale

  • Fil Info,  Politique

    Vénissieux – Minguettes (69). Regain de tension après la mort de Yacine : la police occupe le terrain jour et nuit

    Depuis samedi, plus de cent policiers en civil et en tenue quadrillent chaque nuit un quartier sous tension où les violences urbaines se multiplient.

    Depuis la mort le 13 octobre, d’un jeune homme de 20 ans, tué d’un coup de couteau, les poussées de fièvre ne faiblissent pas : le bilan de la nuit de mardi à mercredi s’élève encore à six voitures brûlées, certaines par propagation, des poubelles incendiées, des policiers cibles de jets de pierres et/ou de bouteilles, bus caillassés détournés de leur voie, et quatre personnes, dont trois jeunes femmes, interpellées puis placées en garde à vue.blockquote>

    Depuis samedi soir, et chaque nuit, une demi-compagnie de CRS patrouille en permanence dans le quartier des Minguettes, tandis que des effectifs de la brigade anticriminalité, des compagnies départementales d’intervention et des unités locales assurent une présence constante. « L’enquête sur le meurtre de Yacine a été confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire assistée, dans des missions de sécurité publique, par les effectifs de la DDSP du Rhône », tient à rappeler Albert Doutre dont les hommes, samedi dernier, ont assuré la protection des enquêteurs venus faire les constatations et des secours qui ont transporté à l’hôpital l’auteur présumé du coup de couteau mortel. Face à une centaine d’habitants hostiles et agressifs qui voulaient s’en prendre au meurtrier présumés, les forces de l’ordre avaient lancé à la main des grenades lacrymogènes et utilisé leur flash ball. Arme également utilisée dans la nuit du 15 au 16 pour disperser les lanceurs de projectiles.

    Le Progrès