Économie, Écologie...

Crise de la Zone euro : nouveau round pour le Portugal ?

 Les marchés jouent à se faire peur, les taux s’emballent… et nous devons nous préparer à affronter un nouveau round dans la crise de la Zone euro.

La première victime est une vieille connaissance :

  • Le Portugal est la principale victime de la remontée des taux obligataires, L’Agefi

Les taux d’emprunt portugais à 10 ans se approchent dangereusement les 7%. “La dette portugaise semble cristalliser les inquiétudes des investisseurs obligataires qui se montrent de plus en plus sceptiques sur la capacité du pays à retrouver rapidement un accès complet aux marchés. La perspective d’un resserrement de la politique monétaire de la Fed a accru la volatilité sur les marchés, provoquant depuis une dizaine de jours une forte remontée des taux d’emprunt en Europe. Hier, les rendements portugais se rapprochaient dangereusement du seuil des 7% à environ 6,7%” rapporte ce matin L’Agefi.

Patrick Jacq, stratégiste taux chez BNP Paribas, explique : “La brusque remontée des taux, et le stress sur la liquidité dans les pays émergents font que les investisseurs se posent à nouveau des questions sur les pays en difficultés et la soutenabilité de leur dette. La Grèce a été sous pression récemment. C’est désormais au tour de l’Italie, de l’Espagne, et surtout du Portugal qui est pénalisé par une dette très peu liquide”.

Il faut dire que malgré les divers plans de rigueur adoptés par le pays, les perspectives économiques du Portugal restent extrêmement précaires :

  • Portugal : un déficit à plus de 10% ? Le Figaro

Le ministre des Finances portuguais Victo Gaspar annonçait hier que le déficit du pays pourrait dépasser les 10% du PIB au premier trimestre si les autorités tiennent compte de l’injection de fonds publics dans la banque Banif.

“Si ce reclassement comptable a lieu, le déficit pourrait dépasser les 10%”, a déclaré M. Gaspar devant une commission parlementaire, précisant toutefois que le déficit s’établirait “autour de 8,7%” du PIB si 700 millions d’euros prêtés à la Banif n’étaient pas pris en compte.

Il faudra attendre vendredi pour que l’Institut national des statistiques (INE) dévoile les chiffres du déficit public pour le premier trimestre 2013.

Pendant ce temps-là, un autre pays commence à inquiéter les observateurs internationaux : la France !

– Lire plus: http://protection-rendements.fr/2013/06/26/crise-zone-euro-portugal/#sthash.kxDfrU7v.dpuf