Économie, Écologie...

Crise des pays émergents : après la pseudo reprise mondiale, retour à la dure réalité

Par Philippe Herlin – Chercheur en finance / Membre de l’équipe rédactionnelle de Goldbroker.com

« C’est tout le scénario de reprise mondiale qui est remis en question. » Voici le cri du cœur d’un analyste bancaire parisien cité par Le Figaro vendredi dernier après la chute des marchés actions à travers le monde : car revoici le spectre d’une crise des pays émergents. Un véritable raz de marée a en effet balayé les devises émergentes : le peso argentin a perdu 20% de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’année, la livre turque 30% sur les douze derniers mois. Le peso mexicain, le real brésilien et le rand sud-africain sont également plongés dans la tourmente.

La-Reserve-federale-americaine-fait-vaciller-les-pays-emergents_article_main

Les pays émergents, ce n’est plus l’eldorado ! Et le principal d’entre eux, la Chine, marque des signes d’essoufflement, tout le monde commence à se rendre compte que sa croissance marque le pas. A cela s’est rajoutée la menace d’un défaut de paiement de la principale banque du pays, ICBC. Celle-ci vantait en effet les mérites d’un fonds promettant 10% de rendement par an, une performance nettement supérieure aux livrets bancaires classiques, mais une promesse qui s’est volatilisée, l’argent récupéré n’ayant pas servi à exploiter une mine, comme prévu. Bien que l’ayant commercialisé, ICBC a refusé au début toute responsabilité directe dans le produit incriminé, avant finalement de trouver un accord évitant les pertes en capital pour les clients. Les autorités au plus haut niveau sont intervenues pour éviter une crise de confiance, mais cette affaire illustre les dangers du shadow banking qui a pris, en Chine, une ampleur insoupçonnée.

Les marchés plongent, mais déjà depuis plusieurs mois les inquiétudes étaient latentes. Pays émergents : fin de partie ? avions-nous écrit en août dernier où déjà des mouvements de retrait de capitaux apparaissaient. Nous assistons à une cristallisation des craintes, à une amplification de la défiance, à une accélération de la crise. En Argentine, la banque centrale ne cherche même plus à la défendre le peso, préférant garder ses devises pour permettre l’achat des produits de première nécessité devant être importés. Résultat le cours du peso s’effondre encore et les 28% d’inflation en 2013 risquent fort d’être dépassés en 2014.

Faut-il craindre un effet de contagion aux pays industrialisés ? Pas du tout s’empressent d’affirmer plusieurs responsables européens par la voix de l’AFP, comme par exemple le président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem : « Je ne pense pas qu’il y aura une quelconque contagion des risques pesant sur les économies émergentes vers la zone euro. » Vraiment ? Même pas à l’Espagne et au Portugal, dont les économies sont très liées à celles de l’Amérique latine ? Effectivement, dans un tel cas, s’en serait définitivement terminé de la si timide et si discrète reprise économique que l’on nous annonce avec insistance, comme s’il fallait y croire de toutes ses forces pour qu’elle advienne vraiment.

Est-ce un phénomène secondaire ou une première bulle qui commence à éclater, avant bien d’autres ? Nous verrons bien, même si nous penchons pour la seconde branche de l’alternative, mais cette crise témoigne de la fragilité de l’économie mondiale. Elle montre aussi que les banques centrales peuvent totalement perdre le contrôle de la situation et se révéler impuissantes face à la glissade de leur monnaie et au dérapage des prix. Cela peut-il servir d’avertissement à la Banque du Japon, à la Fed et à la BCE ?

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE