Laïcité

Démolition d’églises en France : une « grave déperdition de sens pour le village français »

Pour l’historien Philippe Boutry, la vague de démolition d’églises en France entraîne une « grave déperdition de sens pour le village français ».

Philippe Boutry, président de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, est l’auteur du texte « Le clocher » dans Les lieux de mémoire. Il estime que la vague de démolition d’églises en France s’explique par un « désengagement spirituel » et est le symptôme d’une mutation profonde, qui met à mal le tissu social.

« On assiste à ce qu’une sociologue française des religions, Danièle Hervieu-Léger, a proposé d’appeler l’exculturation du catholicisme français. » (…)

Dès lors, la présence même de l’église au coeur du village devient problématique ; les édifices, désertés par les fidèles, sont le plus souvent

fermés, par crainte des vols ou par indifférence ; certains ne sont plus entretenus ou sont laissés à l’abandon ; les conseils municipaux enfin, qui sont en charge des lieux de culte construits avant la loi de séparation de 1905, rechignent à financer des travaux de maintenance ou de réparation. (…)

Presque toutes les églises à caractère historique, architectural ou artistique reconnu sont classées et protégées. Il n’en va pas de même des églises du XIXe et du XXe siècle. (…)

Peut-on dire que le paysage du village français est menacé ?

« Pour qu’il y ait une mémoire vivante, il faut que le passé soit et demeure intelligible à une conscience moderne. »

La mémoire est une construction sociale alors que l’histoire est une donnée, fondée sur des traces, des monuments ou des documents. La crise de la mémoire que nous traversons, et qui met gravement en péril les « lieux de mémoire » spirituelle qui nous ont été légués, est une crise d’intelligibilité collective du patrimoine religieux des XIXe et XXe siècles. Elle entraîne en effet une grave déperdition de sens pour le village français en ce début du troisième millénaire et est inséparable d’autres facteurs de mutation rapide des sensibilités rurales comme l’affaiblissement des contraintes sociales et familiales et des réflexes communautaire (…)

Source

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE