Politique

Des élus socialistes saisissent le CSA contre Finkielkraut pour avoir employé l’expression « Français de souche »

Addendum : Pour Cécile Duflot parler de « Français de souche » est une « violence extrême »

La police de la pensée ne sait plus où donner de la tête. La dernière censure en date vient d’une député socialiste qui veut interdire d’antenne les personnes qui auraient l’imprudence d’utiliser le terme Français de souche comme l’a fait Alain Finkielkraut dans son débat avec Manuel Valls, ….
En bref, aujourd’hui toutes les origines ont le droit de citer, sauf une seule… l’origine française. On nage en plein délire orwelien.

Ces belles âmes ne trouvent rien à dire quand Christiane Taubira parle de Guyanais de souche. Aucun membre du PS, ni des verts, ni du Front de gauche, ne s’est offusqué quand Houria Bouteldja a traité les français de sous-chien. Une insulte d’ailleurs pour laquelle la pasionaria des indigènes de la république a été relaxée.
Mais un philosophe qui utilise le terme français de souche se fait rappeler à l’ordre par une député d’origine magrébine qui en 2008 dans les colonnes du Journal Libération a eu l’outrecuidance de se revendiquer… arabe : « Dans la constitution d’une liste, on est toujours la représentation de quelque chose. Effectivement, je suis une Arabe et ce que je trouve déplorable, c’est qu’on ne soit pas suffisamment » !

Certains verront dans cette attaque contre Finkie le désir de créer une nouvelle polémique pour occuper l’espace médiatique et ne pas parler des vrais problèmes. C’est une probabilité, mais le mal est plus profond. Cette plainte auprès du CSA fait suite à la mise en examen du jeune Damien Rieu de Génération Identitaire pour avoir parler dans la presse de « SDF français de souche ». On voit donc que c’est une stratégie, un nouveau terrorisme intellectuel se met en place contre les français.
Cette énième affaire montre que notre société se fissure. L’immigration de masse et le multiculturalisme auxquels nous soumet l’UMPS depuis trops longtemps nous entrainent vers le fond. Leur idéologie communautariste et différentialiste, à l’opposé des principes républicains, sera la source des batailles de demain. Réveillez-vous.

——-

Naïma Charaï, conseiller régional socialiste d’Aquitaine et actuel président de l’Acsé (Agence nationale de la cohésion sociale et l’égalité des chances) vient de saisir le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), reprochant au philosophe Alain Finkielkraut, d’avoir utilisé le terme « français de souche » lors d’un débat hier soir sur France 2 face à Manuel Valls.

Pour cette native du Maroc (photo), « il est inacceptable que ces propos soient tenus librement à la télévision (…) l’expression français de souche directement empruntée au vocabulaire de l’extrême-droite est en totale contradiction avec l’article premier de la constitution ».

 

 

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE