Non classé

“LE DJIHAD SILENCIEUX” LE DOCUMENTAIRE CHOC D’INFILTRATION

Le journaliste israélien, Tsvika Yehezkeli, spécialiste des documentaires dits « d’infiltration » a été accompagné en France par Jean-Paul Ney au coeur des mosquées qui prêchent le djihad. On y voit Samy Debah, un responsable associatif et ex-candidat aux législatives accepter des fonds d’une organisation djihadiste.

(…) Pour cette investigation et infiltration à haut risque, Tsvi et ses équipes ont forgé une vrai-fausse identité, celle d’un aîné, Abou Hamza, un richissime cheikh du Moyen-Orient qui vient distribuer son argent pour aider ses frères en occident et dans d’autres pays musulmans afin d’y propager la pensée islamiste, celle du djihad.
Sauf que ce cheikh, une foi les cibles approchées, révèle sa véritable intention: il est l’un des financiers de la secte islamo-terroriste “Ikhwan Al Muslimin”, la confrérie des Frères Musulmans, la principale organisation islamo-politique au monde, fondée en Egypte par le grand-père de Tariq Ramadan.

(… )Tsvi confirme l’information qui circule déjà auprès de la chaine du Qatar, Al Jazeera qui a publié un article en arabe sur le documentaire que les spectateurs du Moyen-Orient vont découvrir très prochainement. Le journaliste y confirme la corruption d’un responsable associatif français qui avoue dans une séquence “avoir reçu beaucoup d’argent du Qatar” avant de se présenter aux législatives de 2017.

(…)Mais là où le documentaire va faire scandale en France, c’est une séquence où le cheikh Abou Hamza a rendez-vous avec Samy Debah le fondateur du CCIF : “Nous sommes arrivés devant sa porte, je suis rentré, j’ai longuement parlé avec lui, je lui ai précisé que mon grand-père
était de l’organisation Frères Musulmans, il a accepté mon argent et a confirmé avoir déjà reçu de l’argent du Qatar, beaucoup d’argent 
révèle Tsvi en précisant que Samy Debah lui a envoyé ses coordonnées bancaires pour un virement.

Affiche du candidat Debah.

Nous voulions parler à Marouane Mohamed alias Marwan Muhammad (ce dernier anglicise son nom dans les médias, NDA) du Collectif contre l’islamophobie en France, le CCIF, mais Marouane est très méfiant et peu courageux” confirme Jean-Paul Ney.

C’est finalement son associé, qui a quitté le CCIF en mars 2017 qui avouera devant les caméras ce que soupçonnaient beaucoup de journalistes français. La séquence que nous avons pu voir est incroyable. Samy Debah, fondateur et président du CCIF en 2004, est un homme discret qui sortira du bois pour se présenter aux élections législatives de 2007 à Sarcelles en tant qu’indépendant. Avec quel argent ? financé par qui ? Des questions que devront se poser les journalistes français,l’administration et les responsables politiques alors qu’on ne peut plus ignorer de telles révélations de la part d’un homme qui a été le fondateur et le président d’un collectif contre l’islamophobie prompt à traiter le moindre opposant (même musulman!) d’islamophobe, de frontiste et parfois même de fasciste.

Source

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE