Politique,  vidéo

E. Lévy : « Des électeurs du FN, vous en avez autour de vous ! » (audio)

Sarkozy vient de déclarer que le FN est compatible avec la République. Comme à son habitude Sarkozy fait du blabla électoraliste et enfonce des portes ouvertes. Car le FN n’a jamais été incompatible avec la République ou avec la démocratie. On peut légitimement reprocher à Jean-Marie Le Pen d’avoir fait de la provocation un fond de commerce. Ses saillies verbales, ses outrances à la limite de l’antisémitisme, ainsi que le CV peu rassurant de quelques un de ses compagnons de route ne pouvaient être que condamnés et jugés indigne par les républicains. Aujourd’hui il a passé la main, et les choses changent.
Alors prétendre que le FN est un parti anti-républicain et qu’il constitue un danger pour la démocratie fut et reste une escroquerie intellectuelle. Lancée par la gauche dans les années 80 et à laquelle a participé et continue de participer l’UMP (voir Guéant qui traite le FN de National Socialiste), cette entreprise de diabolisation aura servi à empêcher toute alternative à la politique menée depuis 30 ans. Soulignons que cette stratégie a été orchestrée par une gauche qui compte dans ses rangs des adorateurs des pires régimes communistes, des nostalgiques de la terreur, et qui ne rechigne jamais à discuter avec les vrais anti-républicains que sont LO et le NPA, partisans de la dictature du prolétariat.

N’en déplaise à ceux qui se prennent pour Jean Moulin, le FN a toujours respecté les règles de la démocratie et les principes républicains. Il n’a jamais eu la prétention d’établir un autre régime que celui que nous connaissons. Le FN fut même le parti le plus libéral en matière de liberté d’expression. En effet il s’est très tôt prononcé en faveur de la transposition du premier amendement de la constitution américaine (interdiction au congrès d’adopter des lois limitant la liberté d’expression, la liberté de la presse ou le droit à s’« assembler pacifiquement ») dans la constitution française.
Le FN est pour le retour à la république référendaire et l’instauration de la proportionnelle. Il est aussi favorable au référendum d’initiative populaire ainsi qu’à la mise en place du septennat non renouvelable.

Il serait temps que les républicains favorables à un rassemblement patriote changent de paradigme, et trouvent le courage qui leur a manqué jusqu’ici pour construire une alternative crédible au mondialisme de l’UMPS.

Comme le laisse sous-entendre la journaliste et directrice de Causeur, Elisabeth Levy: