Politique

En France, nous assistons à une contre-colonisation !

Selon les derniers chiffres de l’INSEE, en Seine-Saint-Denis (93), un enfant (de moins d’un an) sur deux est né d’une mère immigrée. L’écrivain Renaud Camus dénonce une substitution de civilisation nauséabonde.

En Seine-Saint-Denis, un enfant sur deux nait d’une mère immigré. Quel enseignement peut-on en tirer ?

Ces chiffres ne sont pas surprenants et constituent l’essence même de mon propos depuis plusieurs années. Nous avons récemment appris que les Anglais de souche n’étaient plus majoritaires à Londres, phénomène qui devrait s’étendre à tout le pays d’ici quelque temps. Notre société assiste au « grand remplacement » d’une culture par une autre. Il est nécessaire que nous refusions cette substitution de civilisation.

(…)

Vos craintes ont tendance à être niées par une grande partie de la population…

Un beau jour, il faudra les reconnaître. C’est ce qu’on appelle le mucchiellisme, du nom de Laurent Mucchielli, sociologue qui a toujours dit que cela n’arriverait jamais avant d’être contraint de retourner sa veste. Les gens ne doivent plus croire à la mélasse déversée sur eux tous les jours par les médias. Qu’ils fassent simplement confiance à leurs yeux, à leurs expériences, à leurs souffrances ! Ils finiront bien par avaler le calice…

Les chiffres de l’INSEE évoquent aussi le fort taux de fécondité de la Seine-Saint-Denis. La croissance démographique française doit-elle être considérée comme une force ?

Sur ce propos, je dois reconnaître que je suis minoritaire, y compris dans mon camp (NDLR : Renaud Camus a créé le parti de l’In-nocence en 2002). À mes yeux, la force d’un État dépend de son intelligence, de sa détermination, voire de ses avancées technologiques, mais certainement pas de sa puissance démographique. Il suffit de voir le petit État d’Israël qui résiste tout seul au milieu d’une marée humaine qui lui est hostile. Notre politique nataliste incite seulement au changement de peuple. C’est une imbécilité.

Renaud Camus,