Économie, Écologie...

Et maintenant, un peu d’oppression fiscale

Article lu sur le blog libéral Haschtable. (libérale certes, mais lucide)

(…) Bien sûr, on ne doit pas vraiment à un hasard du calendrier l’actuelle apparition des nouvelles douloureuses sur la pluie d’impôts qu’on nous concocte pour les mois à venir. De la même façon qu’on ne fait les barbecues, les émeutes et les baignades qu’en été, les annonces douloureuses sur les impôts privilégient toujours cette période où plus personne n’écoute. Cependant, entre deux moiteurs estivales, difficile d’écarter les certitudes qu’un petit bouillon se trame à l’horizon.

Et on en parle donc, un peu, ici ou là.

Ici, on apprend qu’il va falloir trouver entre quatre et six milliards d’euros. Comme Mario, de la BCE, refuse obstinément de les imprimer sur son lot d’imprimantes alors qu’il a reçu plein de cartouches neuves, le gouvernement français — qui fait, pour rappel, l’équivalent d’un petit emprunt de plus de 700 millions d’euros par jour ouvré — a décidé qu’il allait trouver cette somme dans la poche forcément pleine de surprises de ses concitoyens.

, on comprend à demi-mots gênés que la petite Najat a bien du mal à concilier son appartenance au Camp du Bien d’un côté, et le fait qu’il va falloir cogner comme un sourd sur tout le monde et surtout les pauvres (les plus nombreux), comme le faisait juste avant qu’elle arrive le Camp du Mal. C’est embêtant que voulez-vous : on vise, nous dit-elle la bouche en cœur, à ne pas laisser une ardoise aux générations futures.

Ce qui n’empêche pas l’actuel gouvernement de creuser la dette nationale de plusieurs dizaines de milliards d’euro cette année encore (et prend-toi ça dans les gencives, encombrante génération future !) et d’emprunter dans les 170 milliards en 2013. Une paille.

Les éléments s’accumulent, les papiers s’enchaînent et tous pointent dans le même sens : la rentrée sera piquante, l’année 2014 sera chaude, et les impôts vont, malgré les dénégations fermes de Hollande en début d’année 2013 (suivies de rétropédalages choucrouteux six mois plus tard) continuer à augmenter.

Une bonne nouvelle dans tout ça : seuls les riches seront mis à contribution (mais si : tous les médias le disent : « Bercy veut taxer les plus aisés »). Une mauvaise nouvelle : maintenant, en France, on est riche dans les pluzaisés dès 20.000 euros de revenus par an. C’est aussi ça, le changement maintenant : youpi, la France accueille un nombre de riches croissants ! En effet, selon les calculs du syndicat Solidaires-Finances publiques, ce dispositif entraînera 23 euros d’impôts supplémentaires pour un célibataire avec 20.000 euros de revenus, 162 euros s’il gagne 35.000 euros, 626 euros pour 100.000 euros de revenus et 1.772 euros pour 200.000 euros ; pour un couple marié avec deux enfants, la facture progresserait de 19 euros à 3.059 euros selon les cas des figure. Et il s’agit bien de l’impôt supplémentaire, pas de l’impôt total. On est en France, hein.

Si l’on se rappelle que le salaire médian est (justement) de 20100€ par an, on comprend que la mesure va toucher au moins 50% des salariés français (soit 1/4 des foyers, une moitié ne payant pas d’impôts sur le revenu). Vous me direz : zut, c’est encore et toujours le même quart qui trinque. Eh bien oui, c’est aussi ça, le changement. Et si ça ne vous plaît pas, c’est pareil.