Non classé

Etat islamique : les Etats-Unis fourniraient des informations à la Syrie

Ah,Ah, et dire que Fabius, Hollande, BHL, Juppé, et Sarkozy voulaient bombarder le régime syrien et livraient des armes aux rebelles islamistes…. quelle bande de tarés.

Alors que les média français ont mené une propagande effroyable contre Bachar El Assad, aujourd’hui ils font mines de découvrir la vérité et retournent leurs vestes. Tous des nuls.

Syrie :Dés 2012 Marine Le Pen dénonçait la position pro-islamiste et pro-Qtar de l’UMPS:

——–

Des avions de reconnaissance, non-syriens et vraisemblablement américains, récolteraient des informations sur l’Etat islamique en Syrie et les fourniraient à Damas.

Les États-unis ont commencé à survoler la Syrie et à fournir des informations à Damas sur les positions de l’Etat islamique, par le biais de l’Irak et de la Russie, ont affirmé mardi une source proche du dossier et une ONG.

«La coopération a déjà commencé et les Etats-unis fournissent des information à Damas par le biais de Bagdad et de Moscou», a affirmé cette source syrienne, qui n’a pas voulu être identifiée.

Les jihadistes ultra-radicaux de l’Etat islamique ont proclamé fin juin un califat à cheval sur l’Irak et la Syrie, où il contrôle des pans de territoires.

Des listes de cibles jihadistes fournies

Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), a affirmé que «des avions de reconnaissance non syriens ont survolé lundi Deir Ezzor et récolté des informations sur les positions de l’EI et les a transmises au gouvernement syrien via Bagdad et Moscou».

En outre, selon une source régionale, «un pays occidental fournit au gouvernement syrien des listes de cibles de l’EI sur le territoire syrien, depuis le pilonnage de Raqa à la mi-août».

Lundi le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, avait fait état de la volonté de son pays de coopérer avec la communauté internationale, y compris avec Washington, pour lutter contre les jihadistes.

Les autorités syriennes ont toutefois souligné que toute frappe sur leur territoire devait se faire en coopération avec elles, au risque sinon d’être considérée comme une «agression».

AFP

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE