Non classé

Syrie: le FN pour des frappes sur les djihadistes, en coordination avec el-Assad

Eurodéputé FN, Aymeric Chauprade veut que les djihadistes de l’État islamique soient frappés par les occidentaux en Irak mais aussi en Syrie. «Il faut travailler de concert avec le régimes irakiens et syriens», explique-t-il.
Publicité

Habituellement pourfendeur de l’ingérence, le Front national change son fusil d’épaule pour le Moyen-Orient. Dans un communiqué publié lundi, l’eurodéputé Aymeric Chauprade explique quelles exceptions permettent de revendiquer une intervention militaire occidentale contre l’État islamique.

«Lorsque la sécurité de la France est en jeu. Lorsque l’honneur de la France est en jeu. Dans le cas irakien, ces deux conditions sont réunies. Pôle de référence djihadique mondial mais également point attracteur d’islamistes de nationalité française, l’État islamique doit rapidement être détruit, faute de quoi il est promis à un grand avenir», écrit ce proche de Marine Le Pen.

Le parlementaire estime que «sans appui américain, et plus largement occidental, les États syrien (de noyau alaouite et chrétien) et irakien (de noyau chiite) seront balayés et avec eux l’Etat libanais, ami de la France.»

Aujourd’hui concentrée sur le nord de l’Irak, faut-il élargir la zone d’intervention des occidentaux jusqu’en Syrie? «Oui» selon Aymeric Chauprade, interrogé mardi par Le Scan. «Il faut travailler de concert avec les régimes irakiens et syriens. C’est la même chose qui s’est développée en Syrie. Il faut les détruire (djihadistes) et coopérer de nouveau avec le régime syrien.» L’eurodéputé regrette que la France «tire à boulets rouges sur le régime syrien alors que nos services secrets travaillent avec lui. Il faut arrêter de ménager la chèvre et le chou.»

S’il concède que l’actuel régime syrien et celui de Saddam Hussein «sont critiquables», Aymeric Chauprade regrette qu’ils aient été détruits «car ils étaient des remparts contre l’islamisme.»

Le «devoir particulier» de la France depuis les croisades

Que ce soit en Irak ou en Syrie, la présence de chrétiens change la donne pour le Front national. «Certes laïque, la France n’en est pas moins historiquement une nation catholique, fille aînée de l’Eglise. Elle a, depuis les Croisades et la libération du tombeau du Christ, un devoir particulier envers ses frères chrétiens d’Orient. Il en va de notre honneur de se poser en protecteur de ces femmes chrétiennes aujourd’hui réduites en esclavage et vendues dans les souks des villes contrôlées par l’Etat islamique», écrit Aymeric Chauprade dans son communiqué. Interrogé, il se défend de vanter les bienfaits d’une nouvelle guerre de religion. «Il faut arrêter d’être pavlovien et de croire que l’on défend une croisade parce qu’il y a écrit croisade dans un texte. Il faut juste arrêter de fermer les yeux sur le choc de civilisations.»

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE