Non classé

Le gouvernement confronté à un grave dérapage du déficit public

A quelques jours de la présentation du projet de loi de finances pour 2015, le gouvernement a décidé de jouer cartes sur table. Le ministre des finances, Michel Sapin, accompagné du secrétaire d’Etat chargé du budget, Christian Eckert, a dévoilé, mercredi matin, les prévisions révisées de croissance, d’inflation et de déficit public pour 2014 et 2015.

Plus question, cette fois, de tourner autour du pot : aucun des objectifs réaffirmés en juin lors de la loi de finances rectificative ne sera tenu.

  • La prévision de croissance pour 2014 est révisée à 0,4 % et celle de 2015 à 1 % contre 1,7 % prévu au printemps.
  • La prévision d’inflation pour la France est révisée à – 0,5 % en 2014 et + 0,9 % en 2015.
  • Le déficit public devrait se situer à 4,4 % du PIB (au lieu des 3,6 % prévus dans la loi de finance puis des 3,8 % prévus dans la loi de finances rectificative), contre 4,3 % en 2013.

Le manque à gagner pour les comptes publics s’élèverait à 2 milliards d’euros en 2015, estime le ministre des finances. Pour compenser ces 2 milliards d’économie qui ne seront pas réalisées, le gouvernement exclut toute nouvelle hausse d’impôt.

Où porteront ces économies supplémentaires ? Le ministre se contente d’indiquer qu’« elles seront détaillées dans les prochaines semaines ». Il évoque cependant les dépenses de l’Etat et de ses opérateurs et un « ralentissement des dépenses de santé ».

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE