Économie, Écologie...

Hausse des défaillances d’entreprises au 3ème trimestre

La France a terminé à – 0,2. Et le nombre de défaillances d’entreprises a explosé.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Sur un an, les défaillances d’entreprises ont augmenté de 3,7%, selon la société Altares. Les TPE et les PME de moins de 50 salairiés sont les plus touchées

Près de 12.000 défaillances d’entreprises ont été enregistrées en France au 3e trimestre, un nombre en baisse par rapport au trimestre précédent, a annoncé jeudi la société Altares, qui précise que les entreprises de moins de 10 salariés sont aujourd’hui les plus touchées.

Au troisième trimestre, 11.706 procédures de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire ont été prononcées au total, contre 13.722 le trimestre précédent. En revanche le nombre de défaillances est en augmentation de 3,7% par rapport au troisième trimestre 2011, qui avait été le troisième trimestre le moins sinistré des cinq dernières années, explique Altares dans son étude.

« Ce regain des défaillances d’entreprises après deux étés de baisse confirme que l’économie a calé, notamment du côté des PME les plus modestes », analyse-t-elle dans un communiqué. Le nombre d’emplois concernés est important: 48.300 salariés sont touchés par la défaillance de leur entreprise, soit un millier de plus qu’il y a un an mais près de 25.000 de moins que le trimestre précédent. Selon la société, si les entreprises individuelles résistent bien, « celles employant un ou deux salariés connaissent une forte dégradation des défaillances », en augmentation de 14% par rapport au 3e trimestre 2011. Sur la même période, la hausse est de 10% pour les entreprises de 3 à 5 salariés, de 7% pour celles de 6 à 9 salariés, précise Altares.

Au total, quelque 6.000 TPE (très petites entreprises) ont défailli ce trimestre « alors que les six premiers mois de l’année, la tendance était encore dans le vert (-5%) ». Les PME employant entre 10 et 49 salariés ne sont pas épargnées: 860 défaillances enregistrées au 3e trimestre, soit 6% de plus qu’il y a un an. Bien que souffrant moins de « l’apathie de la consommation intérieure », les PME de plus de 50 salariés n’y sont pas pour autant insensibles, constate encore Altares.

Source : l’expansion