Non classé

Immigration : Les expulsions de clandestins en chute libre

Valls est le nouveau sarkozy: beaucoup d’esbroufe et des résultats de minable.

– – – – – – – – – – –

Selon un bilan statistique de la Police aux frontières, les éloignements sont en baisse de 40% en métropole. Le Figaro a consulté les tableaux de la Direction centrale de la police aux frontières (PAF).

eepgDes statistiques inédites, exhaustives et particulièrement sensibles. Tout ce que cette grande direction sait sur l’immigration clandestine est, en effet, compilé dans son logiciel Pafisa (Programme d’analyse des flux et indicateurs statistiques d’activité) et complété par les données de l’«état 4001», sorte de bible des crimes et délits. Ces chiffres éclairent sur le bilan de Manuel Valls dans la lutte contre l’immigration irrégulière.

Première surprise, alors que le premier flic de France joue le «bulldozer» dans les médias, affichant sa fermeté face aux clandestins roms et autres illégaux, on découvre que le rythme moyen d’éloignement des étrangers en situation irrégulière est passé de 100 personnes par jour l’an dernier à 60 par jour pour les huit premiers mois de l’année, avec un total d’un peu plus de 14.800 éloignements en métropole. Autant dire que les 37.000 éloignements environ réalisés en 2012 sont impossibles à égaler en 2013. […]

Un officier de la PAF explique les nouvelles règles du jeu depuis le changement de législation imposé en 2012 par l’Union européenne: «L’agent constate l’infraction, place au besoin le clandestin en rétention jusqu’à seize heures pour vérifications, puis lui délivre une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Ce dernier a alors entre sept jours et un mois pour partir de son plein gré. Tout repose désormais sur la confiance que l’on fait à l’individu.

Mais si le clandestin passe outre? «S’il n’est pas reparti de lui-même et qu’il est à nouveau contrôlé en situation irrégulière, il entre dans le cadre du non-respect d’une mesure d’éloignement et peut, à ce titre, être placé en garde à vue, dans la perspective de son éventuel départ contraint», poursuit le policier. […]

Le Figaro