Économie, Écologie...

La banque du Japon ouvre grand le robinet monétaire

Alors que l’euro est à son plus haut (1,32), les  planches à billet tournent à plein régime au japon et aux États-Unis. Cette politique économique est folle. Le japon ne s’en sortira pas. Sa dette atteint des sommets alors que sa croissance est en berne. Tout ça finira mal.

– – – – – – – – – – – – – – –

L’institut monétaire a décidé de répondre favorablement à la ligne du nouveau gouvernement élu dimanche dernier. Tous les leviers sont activés pour stimuler l’économie japonaise et calmer les tensions haussières sur le yen…

La Banque du Japon (BoJ) a annoncé de nouvelles mesures de relance monétaire, quatre jours à peine après la victoire de la droite aux élections législative japonaises.

La BoJ a ainsi annoncé qu’elle allait accroître sa politique de rachat de bons du trésor japonais à court mais également à long terme. Elle va ainsi consacrer près de 5000 milliards de yens au rachat de bons du trésor, et jusqu’à 101 000 milliards de yens (1000 milliards d’euros) pour le rachat de tous types d’obligations privées.

L’institution monétaire a également indiqué qu’elle maintiendrait le niveau de son taux directeur entre 0 et 0,1%.

Cette politique de création monétaire massive vise à stimuler l’économie japonaise, mais également à restaurer la compétitivité du pays sévèrement abimée par la hausse du yen ces dernières années.

La BoJ se met au diapason

Cette décision a été prise à l’unanimité des membres de son conseil d’administration. Il s’agit de se mettre au diapason de la nouvelle équipe gouvernementale qui souhaite activer le levier monétaire afin de stimuler l’économie.

Le nouveau premier ministre Shinzo Abe, qui doit être investi le 26 décembre prochain, veut également assouplir l’objectif d’inflation de la BoJ qui est actuellement de 1%, pour le faire passer à 2%. L’institution monétaire a promis de réfléchir à cette option tout en indiquant que le levier monétaire ne pourrait pas résoudre tous les problèmes structurels de l’économie japonaise.

L’initiative de la BoJ est purement volontaire puisque celle-ci est statutairement indépendante de l’Etat et donc imperméable aux alternances politiques.