Culture, idées, Média...,  Média-mensonge et propagande

Laurent Obertone : « Le système retourne les faits à l’avantage de son utopie »

Auteur du best-seller “la France Orange mécanique”, Laurent Obertone signe avec “la France Big Brother” (Ring) un réquisitoire contre le “conditionnement” imposé aux Français. Pour lui, “l’oligarchie dissimule ses crimes” après les attentats islamistes en France.

Laurent-Obertone-la-France-Big-BrotherLa France subit trois attentats terroristes et nos élites lancent une campagne contre l’islamophobie. Comment l’expliquez-vous ?

C’est une démonstration de la capacité de manipulation de Big Brother, une démonstration de réécriture du présent, de double pensée, de retournement des faits à l’avantage d’une utopie. Les médias, en particulier, contrefont le réel, le filtrent, l’expurgent de tout ce qui nuit à leur morale progressiste et nous projettent une image du pays totalement falsifiée. À les entendre, des extrémistes indistincts n’ont attaqué que le “vivre-ensemble”, à peu près comme le fait, selon eux, Marine Le Pen. Cette dernière a d’ailleurs été accusée, sinon de monter les Français les uns contre les autres, du moins de « récupérer » l’affaire et d’en« profiter », quand Cazeneuve, Valls et Hollande ont connu un rebond de popularité spectaculaire… Tout est fait pour dissocier les effets des causes, il faut croire que ça fonctionne.

Les attaques des 7, 8 et 9 janvier marquaient la défaite d’un système complaisant envers le communautarisme, l’immigration et l’islamisation de la France. Comment ce système et ses acteurs ont-ils réussi à retourner leur échec en ce que vous qualifiez de “kermesse antiraciste” ?

Il faut une grande expérience en la matière. Aussi vite que possible, on évacue les faits, pour seriner les messages slogans : “pasd’amalgame”,“l’islamest la première victime”, “cela n’a rien à voir avec l’islam”. Ce sont les “valeurs” progressistes qu’on vise. À partir de là, tous ceux qui voulaient se révolter contre les terroristes islamistes, tous ceux qui voulaient s’interroger sur leur suivi, sur les soutiens dont ils bénéficient dans les banlieues, sur la balkanisation de la société française, étaient présentés comme des intolérants et des fascistes, complices des terroristes (pourquoi se gêner ? ).

Sur les plateaux, dans la rue, les médias ont copieusement sélectionné leurs interlocuteurs, en aiguillant leur discours vers une terrifiante uniformité : “pas d’amalgame”. Pas besoin de mot d’ordre : les journalistes savent ce qu’ils ont à faire. Tout cela finit par créer un effet de masse, où chacun se sent obligé d’adhérer à cette posture vertueuse. L’heure est à la traque de ceux qui ne sont pas Charlie, comme l’a dit Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique de France 2.

Les gens perçoivent confusément le lien entre immigration massive, communautarisme et islamisation du pays. Pourtant, ce système ne doit pas être remis en cause. Pourquoi ?

L’immigration, le multiculturalisme, l’islam sont extrêmement valorisés par Big Brother. On prétend qu’ils amènent prospérité, enrichissement, qu’ils n’ont rien à voir avec l’insécurité et le terrorisme.
La “légitimité” des promoteurs est donc suspendue aux faits : si les faits sont défavorables, les promoteurs seront montrés du doigt. Mais leur puissance de communication leur permet de commander, sinon aux faits, du moins à leur appréciation. C’est pour ça que les médias prétendent “décoder” le réel, alors qu’il est justement trop limpide pour être décrit tel qu’il est. C’est aussi pour ça qu’on parle de “déséquilibrés”. Un terroriste islamiste ne peut pas être équilibré, quand bien même de nombreux musulmans de France le soutiennent, quand bien même on assiste à des manifestations anti-Charlie dans le monde musulman… Ça marche :

les Français ont oublié Merah, Nemmouche, Dekhar, ils vont vite oublier Coulibaly et les frères Kouachi. Ils ne se rappelleront que d’échec social de jeunes à la dérive, d’atteintes au vivre- ensemble, de musulmans qui se sentent stigmatisés et de belles réactions populaires et oecuméniques. C’est aussi l’occasion de voter quelques mesures de surveillance et d’antiracisme.

Pourquoi ce martèlement, si aucun amalgame n’avait lieu d’être ? Présume-t-on les Français racistes ? Comme je l’explique dans la France Big Brother, l’oligarchie ne dissimule pas seulement les crimes des fondamentalistes. Elle dissimule aussi ses propres crimes. Et quels crimes ! Avoir imposé cette situation de la manière la plus irresponsable, sans jamais consulter les Français, avoir armé ces tueurs par leur laxisme, leurs aides et leur naïveté, avoir défait un pays et un peuple…Lire la suite…