Économie, Écologie...

« Le capital-investissement français va mal, très mal »

Le retrait des entrepreneurs étrangers et la prudence des investisseurs institutionnels ont fait fondre de 38% les montants investis par le capital-risque et le capital-investissement en 2012. Le secteur a le blues.

L’activité des fonds français de capital-investissement a chuté de 38% en 2012, mettant un terme à deux années de reprise, selon une étude de l’Association française des investisseurs pour la croissance (Afic) et du cabinet d’audit Grant Thornton publiée mercredi. Au total, 6,072 milliards d’euros ont été investis l’an dernier, révèle cette enquête, dont les données ne concernent que les acteurs français du capital-investissement (c’est-à-dire dans les entreprises non cotées) membres de l’Afic.

(…)

Toutes les branches du capital-investissement ont été durement affectées par le repli des investissements. Les montants investis ont reculé de 41% à 3,6 milliards d’euros dans le capital-transmission, de 34% à 1,9 milliard dans le capital-développement et de 26% à 0,4 milliard dans le capital-innovation.

Un bilan maussade mais relevé par le secteur public

Les chiffres sont également mauvais concernant les levées de fonds qui ont reculé de 22% à 5 milliards d’euros en 2012. En outre, aucune levée de fonds de plus d’un milliard d’euros n’a eu lieu l’an passé. L’Afic prévient que la collecte est très inférieure aux besoins en fonds propres des PME (petites et moyennes entreprises) et ETI (entreprises de taille intermédiaire) en France évalués à 11 milliards par an, selon l’association. Les levées de fond ont souffert une nouvelle fois du désengagement des compagnies d’assurances, des banques et des caisses de retraite. Les investisseurs étrangers ont quant eux vu leur part passer de 50% à 30% des capitaux levés en un an.

Motif de satisfaction modeste pour l’Afic, les levées de fonds auprès du secteur public et des industriels ont progressé.

 

lire la suite