Non classé

Les conférences internationales, cœur d’une nouvelle affaire autour de Sarkozy

Selon les informations du Monde, le nom de Nicolas Sarkozy apparaît dans une enquête judiciaire visant l’homme d’affaires Stéphane Courbit pour des faits supposés d’abus de biens sociaux et de recel en marge de l’affaire « Air cocaïne ». Nicolas Sarkozy aurait emprunté des avions privés sur les deniers de la société de Stéphane Courbit pour se rendre à deux de ses conférences.

Une juge d’instruction marseillaise s’intéresse ainsi aux conditions dans lesquelles ont été organisés plusieurs vols privés transportant l’ancien président entre décembre 2012 et février 2013. Essentiellement pour se rendre ou donner des conférences.

Depuis qu’il a quitté l’Elysée, Nicolas Sarkozy n’en fait pas mystère : il gagne sa vie en donnant des conférences devant des parterres prestigieux et dans le monde entier, comme de nombreux dirigeants passés (Bill Clinton, Tony Blair, Dominique Strauss-Kahn) ou actuels (François Fillon ou Jean-François Copé).

La première eut lieu dès octobre 2012, à New York, où il était invité de la banque brésilienne BTG Pactual pour parler d’économie. Quarante-cinq minutes, en français, rémunérées, selon plusieurs sources, 100 000 dollars (77 000 euros).

L’ancien chef de l’Etat a ensuite enchaîné les dates et les sujets : Brésil, Singapour, Russie, Qatar, Suisse, Canada, Israël… Il a remis des prix, évoqué « le sport comme moyen d’action et de réflexion », la crise, le leadership, l’économie mondiale…

Lors de sa dernière conférence en date, invité par Forbes à Brazzaville, il a parlé des « défis de la bancarisation ». Il est en général invité par des banques ou dans le cadre de forums économiques. Et son tarif tourne souvent autour des 100 000 dollars ou euros.

Deux vols liés à une conférence…

C’est pour se rendre à deux de ces conférences (au Qatar en décembre 2012 et à Abou Dhabi fin février 2013) que M. Sarkozy a eu, selon les informations du Monde, recours aux services aériens de son ami Stéphane Courbit et de sa société Lov Group Industrie (LGI), qui aurait réglé la facture à l’affréteur de l’avion, la Société nouvelle Trans Hélicoptère Service (SNTHS).

L’avocat de M. Courbit justifie cette générosité par le fait que ces vols « avaient pour objet la création d’un fonds d’investissement dans lequel l’ancien président de la République aurait été impliqué. Nous détenons tous les documents nécessaires pour le prouver ». Si c’est vrai, Nicolas Sarkozy aurait donc profité de l’occasion pour économiser deux billets d’avion vers ses conférences.

Un arrangement qui pourrait s’expliquer par la proximité entre les acteurs en présence : l’organisateur de la conférence de Nicolas Sarkozy au Qatar est en effet le publicitaire Richard Attias, mari de l’ex-femme du président Cécilia Attias, elle-même proche de Stéphane Courbit.

lire la suite sur le site Le Monde

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE