Économie, Écologie...

Les dépenses publiques atteindront 57,1% du PIB en 2013, un record

Les dépenses publiques vont augmenter plus que prévu en 2013 pour atteindre 57,1% du PIB en raison d’un conjoncture dégradée et d’une inflation moins forte que prévue, selon les Echos.

Panier-abandonné-egal-panier-perceL’heure est à vouloir réduire les dépenses au gouvernement, qui a annoncé que l’année 2014 serait marqué par des réductions de dépenses qui représenteront 80% des 18 milliards d’euros d’effort budgétaire. Il faut dire que malgré les hausses d’impôts décidées ces dernières années, le niveau des dépenses publiques devrait atteindre un record cette année en représentant 57,1% du produit intérieur brut (PIB), selon le quotidien Les Echos citant Bercy.

Les dépenses ont augmenté plus vite que le PIB

C’est un petit peu plus que les 56,9% qui étaient attendus par Paris dans son plan de stabilité communiqué à Bruxelles pour cette année. Et c’est tout juste en deçà du Danemark, dont les dépenses publiques devraient représenter 57,9% du PIB à la fin de l’année. La dernière fois que les dépenses publiques de la France avaient atteint un niveau avoisinant les 56,8% du PIB, c’était en 2009. Cette année là, le pays avait connu sa pire récession depuis 1945 avec un recul de 2,2% de la richesse nationale, ce qui avait fait monter mécaniquement le ratio dépenses publiques / PIB. En 2012, la croissance avait été nulle.

Dépenses imprévues et inflation au ralenti

Cette fois-ci, selon le quotidien économique, l’écart entre la prévision fournie à Bruxelles et Recettes moins élevées que prévu faut de croissance

En revanche, du côté des prélèvements obligatoires, cela devrait être un peu moins fort que prévu. En effet, selon les dernières prévisions, ceux-ci ne devraient pas dépasser les 46%, contre 46,3% initialement prévu. Cette nouvelle ne signifie toutefois pas que les contribuables ont payé moins d’impôts relativement à ce qu’ils ont gagné ou dépensé, mais simplement que les recettes fiscales ont été moins importantes que prévu à cause d’une conjoncture dégradée.