Économie, Écologie...

Les folies de nos élus locaux

Le Figaro Magazine et Public Evaluation System, l’agence de notation des collectivités locales, ont décortiqué les comptes des 36 villes de plus de 100.000 habitants, des départements ainsi que des Régions. Malgré la crise, les dépenses de communication et les frais de mission des élus continuent de grimper.

• Grandes villes: les maires soignent leur image

• À Marseille, élus et agents de la mairie roulent aux frais du contribuable

• Pas-de-Calais: la grande vie des élus PS du bassin minier

• Départements: toujours plus de dépenses sociales

• Régions: des élus très communicants

• Ile-de-France: luxe, voyages et notes de frais

• Contribuables, le saviez-vous?

Un séjour de quatre jours à Londres pour assister aux Jeux olympiques de 2012, avec dîner chez Hélène Darroze au célèbre Connaught: on ne sait pas si les 12 élus du conseil régional d’Ile-de-France ont pu rencontrer des touristes londoniens pour faire la promotion de leur Région -prétexte officiel de cette escapade à 5000 € par personne!- mais le repas doit aujourd’hui leur rester sur l’estomac. Non que la cuisine de notre chef étoilé soit indigeste, mais la révélation de ces agapes a soudain braqué les projecteurs sur le fastueux train de vie des élus franciliens.

Illégal? Non, mais difficile à justifier quand le pays traverse une crise sans précédent. Et plus dur encore à défendre au moment où les 22 Régions, dont 21 dirigées par la gauche, réclament à cor et à cri de nouveaux pouvoirs et l’autonomie fiscale.

Les excès ne sont pas l’apanage d’une poignée d’élus trop gâtés de la Région la plus riche de France. Il suffit de plonger dans les rapports des chambres régionales des comptes pour réaliser à quel point les gestionnaires des collectivités locales n’ont pas encore pris la mesure de la situation des finances publiques de notre pays. Non qu’ils soient malhonnêtes -les cas de fraude et de corruption sont fort heureusement rarissimes- mais la rigueur n’est pas leur fort. Voitures de fonction utilisées à tort et à travers, repas gastronomiques, voyages bidons, collaborateurs en pagaille, logements de fonction injustifiés, subventions opaques… chaque rapport apporte son lot de gabegies et d’abus.

Ces dizaines de milliers d’euros gaspillés ici ou là pèsent peu face aux milliards d’investissements réalisés par les collectivités mais ils révèlent l’incroyable légèreté des élus à l’égard du contribuable. Sans parler de leur négligence coupable face à l’absentéisme chronique de leurs agents: 9% l’an dernier.

Pour la deuxième année consécutive, Le Figaro Magazine et Public Evaluation System, l’agence de notation des collectivités locales, ont décortiqué les comptes administratifs des 36 villes de plus de 100.000 habitants, des départements ainsi que des Régions (1). Résultat: les embauches semblent enfin marquer le pas et les investissements se maintiennent, mais les dépenses de communication et les frais de mission des élus continuent de grimper, surtout en Région. Pour combien de temps? Le gouvernement Ayrault, qui prépare l’Acte III de la décentralisation, a promis qu’il comporterait un encadrement plus strict de la gestion et une transparence accrue. La fête est finie?

(1) La Bourgogne et le Languedoc-Roussillon ont refusé de nous communiquer leurs comptes, au mépris de l’accès public à l’information.