Politique

Malika Sorel : «Non, M. le Président, la polémique sur la Marseillaise n’est pas ridicule»

Selon Malika Sorel, la polémique sur la Marseillaise, loin d’être anodine, vient une nouvelle fois éclairer «le gouffre qui se creuse jour après jour entre les élites politiques et le peuple français».

360132malikasorel5La polémique suscitée par une ministre de la République qui a refusé de chanter l’hymne national lors d’une cérémonie officielle est fondée, plus que fondée, d’autant que la réaction de ladite ministre est venue enfoncer le clou. Au vu des mécontentements que son comportement a déclenché, elle aurait pu choisir de calmer le jeu avec des mots apaisants. Mais non, elle a préféré en remettre une couche et outrager la nation et sa République en évoquant un «karaoké d’estrade». Pour comprendre la portée de l’outrage, il suffit d’imaginer un instant l’émoi et le tollé qu’une telle attitude aurait déclenché aux Etats-Unis d’Amérique si Madame Taubira n’avait pas été ministre ici, mais là-bas et qu’elle avait tenu ces mêmes propos à l’égard de l’hymne américain. […]

En France, le peuple, en sa qualité de dépositaire de l’identité française, se trouve contraint d’avaler des couleuvres en guise de repas quotidien, et cela ne date pas d’hier. Rappelons-nous les propos tenus par l’un des ministres du gouvernement de François Fillon qui suggérait que la France n’avait en quelque sorte jamais existé, puisque selon sa perception basée sur on ne sait quelle histoire :

«la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion (…)» Éric Besson n’a pas été démissionné alors que, là aussi, si le respect de la France et de son peuple avaient constitué des pré-requis de gouvernement, il l’aurait été. […]

Quant à moi, la Marseillaise m’a toujours remué les tripes. Dans mon cœur, la France est indissociable de la Marseillaise. Ses paroles portent la voix des aînés, de ceux qui nous ont précédés. Elles font à présent partie du legs indivis qu’évoquait Ernest Renan. […]

Le Président Hollande se trompe lourdement en qualifiant – depuis l’Arménie – de «ridicule» la polémique déclenchée par l’outrage de la garde des sceaux à la Marseillaise qui est, rappelons-le, inscrite à l’article 2 de la Constitution, et qu’au titre de l’article 5 de cette même Constitution, il incombe au Président de la République l’obligation de veiller sur son respect. Avec cette polémique, nous ne sommes pas à la périphérie de la politique mais en son cœur. Au travers de cette question de respect du peuple, de ses principes et de ses symboles, c’est celle de la représentativité des élites politiques qui est posée. Qui représentent-elles au juste ? Je partage pleinement la défiance croissante des citoyens envers ceux qui ont fait de la politique leur métier ad vitam æternam, et chaque jour qui passe, une nouvelle décision politique vient augmenter mon niveau de défiance. Hier, c’était Benoît Hamon qui ouvrait la porte au voile dans les accompagnements scolaires. […]

La polémique sur la Marseillaise vient une nouvelle fois éclairer le gouffre qui se creuse jour après jour entre les élites politiques et le peuple français. Chaque nouveau coup de canif ne fait qu’effilocher un peu plus le lien de confiance jusqu’au jour où ce dernier rompra, comme il a déjà rompu au cours de l’Histoire.

Le Figaro

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE