Politique

Mineurs isolés étrangers : Les syndicats vent debout contre le Conseil Général de Haute-Garonne.

Le conseil général de Haute-Garonne tire la sonnette d’alarme. Dans un communiqué,son président Pierre Izard, exprime « une profonde inquiétude sur des arrivées massives de jeunes étrangers ».

Entre juillet et août 2014, 62 jeunes supplémentaires se sont présentés aux services de l’institution départementale portant le nombre à 346 jeunes isolés étrangers suivis . En 2011 il n’étaient que 70.En 2012 le budget alloué était de 4,2 Millions d’Euros, il a été doublé à 8,2 Millions d’Euros en 2013 et continue de croitre , selon le Conseil général, en 2014 alors que de nombreux départements se sont désengagés de cette mission facultative pour les plus de 18 ans.

Ces mineurs, étrangers, isolés, sans autorité parentale ni solution de subsistance s’orientent vers le Conseil Général au titre des missions de la protection de l’enfance.Le conseil général assure avoir « toujours assumé pleinement ses missions de protection de l’enfance » envers eux. Mais « aujourd’hui les moyens alloués à la prise en charge des jeunes isolés étrangers ne suffisent plus à faire face à ces arrivées », affirme M. Izard.

Face à cette situation, il a donc décidé de mettre fin à l’automaticité des hébergements pour les jeunes de plus de 19 ans « afin de permettre l’accueil et l’accompagnement de qualité des jeunes mineurs qui se sont présentés ».

Une décision qui n’est pas du gout des organisations syndicales et des associations.

Un préavis de grève illimité a été déposé aux services sociaux du Conseil général de Haute-Garonne. Tous les jours des travailleurs sociaux manifestent devant les portes du conseil général afin de dénoncer les décisions prises par son président.

Les éducateurs ont bien constaté durant l’été un afflux de jeunes originaires d’Asie, d’Afrique ou du Moyen-Orient. Mais c’est «un épiphénomène statistique» dans une grande ville comme Toulouse, a jugé stéphane Borras du syndicat sud et membre du NPA: «il n’y a pas du tout d’invasion de la Haute-Garonne par les mineurs isolés».

Aux yeux des manifestants, le conseil général poursuit «un bras de fer politique avec l’Etat», alors que la réforme territoriale prévoit la suppression des départements, «mais ce n’est pas aux jeunes de payer pour tout ça.».

article d’après Le Parisien, 20minutes,

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE