Non classé

Nouvelle très forte augmentation du chômage à la fin du mois de mai

Il y a presque 1 an, Hollande délirait en direct :

Le nombre de demandeurs d’emploi a bondi de 34.300 personnes en mai, portant leur nombre total à plus de 5 millions, toutes catégories confondues. Ceux de plus de 50 ans, nouvelle priorité de l’exécutif, représentent désormais 22% des inscrits.

«Mauvais»! C’est ainsi que Manuel Valls a qualifié jeudi les résultats du chômage en mai. Il ne pouvait pas dire moins. Car le mois passé, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A (ceux n’ayant exercé aucune activité) a augmenté de 24.800 personnes. En y ajoutant les chômeurs en activité réduite, la hausse globale en catégories ABC a été de 34.300. Résultat, le seuil symbolique des 5 millions de chômeurs toutes catégories confondues a été franchi… Depuis janvier, le chômage non seulement ne baisse pas, mais il réaccélère.

Le mois de mai a été est l’un des plus mauvais de l’année.

Sur deux mois, la hausse du nombre d’inscrits en catégorie A a été de 19.800 personnes en moyenne par mois, contre + 14.000 au premier trimestre et… + 5000 au dernier trimestre 2013. L’embellie de la fin 2013 sur le marché du travail (21.000 emplois avaient été créés dans le secteur marchand) n’aura donc été qu’un feu de paille. Au premier trimestre 2014, les entreprises ont à nouveau détruit des postes (- 21.700). Rien d’étonnant puisque la croissance a été nulle de janvier à mars…

La promesse manquée d’inversion de la courbe ayant marqué les esprits, le ministre du

Travail François Rebsamen affiche désormais un objectif modeste. Jeudi sur i-Télé, il a redit souhaiter que le taux de chômage, qui a atteint 9,7% en métropole au premier trimestre, «reste sous les 10%» cette année. Ce qui ne semble pas hors de portée, l’Insee tablant sur une hausse de 0,1 point d’ici à la fin de l’année. L’exécutif espère ensuite une décrue en 2015, grâce notamment à sa politique de baisse de prélèvements des entreprises. «Il n’y a pas de fatalisme», a martelé Manuel Valls jeudi.

Pas de baisse depuis 6 ans

lire la suite sur le Figaro

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE