Paris envisage de réduire la vitesse maximale autorisée sur le périphérique extérieur de 70 à 50 km/h

Paris envisage de réduire la vitesse maximale autorisée sur le périphérique extérieur de 70 à 50 km/h

La mairie de Paris souhaite encore réduire la vitesse sur le boulevard périphérique de la capitale. périphérique de 70 à 50 km/h.
Cette annonce a été faite lors de la présentation par les autorités d’un nouveau plan climatique pour la ville, mercredi 22 novembre.

« Nous progressons dans la transformation de la ville. périphériqueavec la mise en place de la voie dédiée au covoiturage et aux transports en commun et la limitation à 50km/h sur cet axe majeur », a déclaré Dan Lert, adjoint à la maire de Paris chargé de la transition écologique.

Paris souhaite réduire la pollution environnementale et sonore sur cet axe qui varie entre trois et cinq voies et qui est emprunté par 1,2 million de personnes chaque jour.

Un document publié par le cabinet de la maire socialiste Anne Hidalgo indique que la ville a pour objectif de réduire son empreinte carbone de 80 % d’ici 2050.

La municipalité indique qu’à l’heure actuelle, la vitesse médiane sur le périphérique de 35 kilomètres autour de la capitale est de 50 km/h pendant la journée, et de 30 à 45 km/h aux heures de pointe.

La limite de vitesse avait déjà été réduite de 90 à 80km/h en 1993, puis à 70km/h en 2014.

Voies réservées pour les Jeux olympiques

Sur son site internet, la mairie de Paris précise que la réduction de la vitesse est prévue après les JO de Paris, à partir du 14 septembre 2024.

Pendant l’été, une « voie olympique » permettra aux athlètes, aux officiels et aux secouristes de se rendre des sites d’hébergement aux sites de compétition en toute sécurité et en temps voulu.

Lire aussi : Les « taxis volants » pour les Jeux olympiques de Paris 2024 se heurtent à l’opposition du conseil municipal

Cela concerne non seulement le périphérique mais aussi deux tronçons d’autoroutes de la banlieue parisienne, sur l’A1 et l’A13. La voie de gauche sera réquisitionnée dans chaque sens, en fonction des besoins.

La « voie olympique » ne sera pas séparée physiquement des autres voies du périphérique, mais les automobilistes ordinaires circulant sur la voie réservée seront détectés par radar ou par vidéosurveillance et se verront infliger une amende de 135 euros.

Là encore, cette mesure n’est pas temporaire. Après les Jeux, la voie des athlètes ne reviendra pas à la normale, mais sera réaffectée et dédiée aux transports publics et au covoiturage.

En savoir plus

MAP : où les limitations de vitesse sont-elles revenues à 90 km/h en France ?

Les billets pour la dernière « grande étape » des Jeux Olympiques de Paris seront mis en vente la semaine prochaine

Amende pour les conducteurs : Les radars détectent plus d’infractions en France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *