Média-mensonge et propagande

Propagande de l’oligarchie: Non, le djihadiste type n’est pas Français de souche

Les média-menteurs au service de la caste ne cessent de répéter en boucle que 80% des djihadistes français sont issus de familles athées, laissant entendre qu’ils appartiendraient tous à des familles françaises de souche.
Tant de crasse dans des cerveaux humains ne s’est jamais vu. Évidement ces allégations sont basés sur des chiffres totalement biaisés.
Ce que nos propagandistes ne disent pas, c’est que ces djihadistes sont leurs progénitures. Multiculturalistes, communautaristes, francophobes, immigrationistes, ils n’ont eu de cesse de dénigrer la France et d’organiser une société multi-conflictuelle. Aujourd’hui ils fuient leurs responsabilités face à l’islamisation qu’ils ont provoqué. L’Histoire les jugera.

Lire pour compléter:
http://www.fdesouche.com/521669-djihadisme-les-familles-musulmanes-ne-font-pas-appel-a-dounia-bouzar

Le Centre de Prévention des Dérives Sectaires liées à l’Islam (CPDSI ) a communiqué ce matin ses chiffres sur le profil type des candidats au djihad. Le constat est sans appel : la majorité des candidats sont des Français de souche, souvent athée. Cependant, ces chiffres sont à relativiser.

Le Centre de Prévention s’est basé, pour son étude, sur les 160 familles qui ont composé le numéro d’alerte anti-djihad mis en place par le ministère de l’Intérieur. Le profil type est à l’inverse des idées reçues: 80% des candidats au djihad parmi les 160 familles se déclarent athées. Tout aussi surprenant, 67% d’entre-eux font partie des classes moyennes. Les milieux populaires ne sont représentés que par 16% des candidats.

Des jeunes qui n’ont pas de problèmes psychologiques

63% des candidats repérés par le numéro anti-djihad ont entre 15 et 21 ans. Dans 91% des cas, internet a été le moyen de recrutements pour ces apprentis djihadistes. Le Centre de Prévention contre l’islam a également précisé que la relation à l’islam est «à géométrie variable selon les rabatteurs et les réseaux». Si certains sont donc totalement endoctrinés par l’islam radical, d’autres, au contraire, ne le sont pas. Il n’y a donc pas de «règle» définie.

Des chiffres incomplets

Ces chiffres, cependant, sont uniquement basés sur les 160 familles qui ont averti le numéro vert anti-djihad. Ce sont donc des familles qui sont inquiètes et s’étonnent des nouveaux objectifs et instincts meurtriers de leurs enfants. Cependant, l’Etude ne prend pas en compte ces candidats déjà, élevés dans un islam radical ou radicalisé par la cellule familiale ou amicale (lire notre article «des banlieues au djihad»).

Valeurs Actuelles

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE