Fil Info,  Politique

Quand Le Monde fait de l’information…

Lu sur Boulevard Voltaire

Le Monde daté des dimanche 15 et lundi 16 décembre 2013 a préféré la vérité à la censure, l’objectivité à l’angélisme et l’information au parti pris.

« GANGS DES CITÉS OU D’EUROPE DE L’EST : LE NOUVEAU VISAGE DE LA CRIMINALITÉ ORGANISÉE » : ça, c’est la manchette, sur cinq colonnes à la une. « Selon un document de la police judiciaire, l’activité des organisations criminelles étrangères est “exponentielle” » : ça, c’est le sous-titre. « Aux bandes des cités structurées autour du trafic de stupéfiants et au milieu corso-marseillais, toujours bien implanté, s’ajoutent désormais des organisations étrangères en provenance des Balkans (Albanie, ex-Yougoslavie, Roumanie, Bulgarie), du Caucase (Géorgie, nord de la Turquie) et de Russie » : ça, c’est un extrait du « chapeau ». Et en page intérieure du journal, pour illustrer ce dossier noir, une carte documentée de la France détaille, région par région, (« aucune n’est épargnée »), bassin par bassin, et spécialité locale par spécialité locale, la nomenclature des groupes criminels qui y sévissent : « groupes roumains, groupes issus des cités sensibles, groupes issus de la communauté des gens du voyage, groupes franco-marocains, organisations géorgiennes, réseaux nigérians, groupes balkaniques », etc.

Le journal ? Mais quel journal, au fait ? Minute, évidemment ? Non, ce n’est pas Minute. Alors, Valeurs actuelles ? Non, il ne s’agit pas de Valeurs actuelles. Eh quoi, Le Figaro ? Vous n’y êtes pas. Vous renoncez, vous donnez votre langue au MRAP ? Cette une, ce sous-titre, ce « chapeau », cette carte, ce dossier sont parus dans le numéro du Monde daté de dimanche 15 – lundi 16 décembre 2013.

Vous n’en revenez pas ? Vous n’êtes pas le seul. On imagine, on n’ose imaginer de quelles discussions, de quels débats, de quelles empoignades aura été précédé ce choix rédactionnel, de quelles réactions stupéfaites, indignées, et peut-être même approbatrices il sera suivi, et de quelle encre sera écrit le courrier que recevra le grand quotidien vespéral et que commentera son médiateur.

Hélas, trois fois hélas, s’écrieront les vertueux, les cafards et les professionnels du politiquement correct et du rédactionnellement autorisé qui trempent jour après jour leur porte-plume dans la moraline. Une nouvelle digue a cédé ! Un dernier rempart s’est écroulé ! Le Monde, notre Monde bien-aimé tremble sur ses bases et son discours nauséabond nous ramène aux heures noires où il n’était pas encore né. Le Monde est devenu xénophobe, Le Monde est devenu raciste, Marine Le Pen a racheté Le Monde à Pierre Bergé ! Horreur et diabolisation ! Et ils lèveront au ciel des bras implorants, et ils se couvriront la tête de cendres, et ils iront vainement chercher midi à quatorze heures.

Car cet étonnant écart du Monde signifie peut-être seulement que le temps est venu de remettre les pendules à l’heure. Oui, il y a xénophobie lorsqu’on dit – ce qui est absurde, injurieux et faux – que tous les étrangers sont des voleurs, des délinquants, des criminels. Il y a islamophobie lorsqu’on dit que tous les musulmans sont des islamistes, des djihadistes, des fanatiques, des assassins. Il y a racisme lorsqu’on ose affirmer que les Noirs ou les Maghrébins nous sont congénitalement inférieurs. Mais une censure imbécile qui prétend tirer sa légitimité des erreurs et des crimes du passé souhaiterait nous interdire de constater et de publier que les populations d’origine étrangère sont surreprésentées dans les statistiques de la délinquance et de la criminalité, que la vague de terrorisme qui déferle sur le monde depuis vingt ans se réclame de l’islam ou que le Proche-Orient et l’Afrique noire ont encore quelques progrès à faire en matière de démocratie et de liberté.

Le Monde daté des dimanche 15 et lundi 16 décembre 2013 a préféré la vérité à la censure, l’objectivité à l’angélisme et l’information au parti pris. C’est une révolution copernicienne. Sera-t-elle sans lendemain ? C’est en tout cas une date à marquer d’un caillou blanc.

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE