Non classé

Rennes : Les milices d’extrème gauche attaquent le commissariat et cassent des magasins lors d’une manifestation anti-FN.

Addendum 10/02/2014

Manif anti-FN à Rennes : les quatre personnes interpellées ont été relâchées

« Tout le monde a été remis dehors. » Les quatre personnes interpellées, samedi soir, à Rennes (Ille-et-Vilaine), lors de la manifestation violente contre une réunion du Front national, ont été relâchées, lundi 10 février, a indiqué la police. Une enquête est toutefois en cours, après les incidents qui ont fait cinq blessés légers dans les rangs des forces de l’ordre.

Bloqués par la police à l’approche de la salle, des casseurs s’en sont pris à des vitrines et à un commissariat, avant d’incendier un véhicule. Des policiers ont été atteints par des jets de pavés, avant de faire usage de gaz lacrymogènes et d’un canon à eau. « Des enquêtes vont suivre sur ces événements », prévient la police.

France TV Info

Marine Le Pen réclame « la dissolution des milices » anti-FN

«Ces groupes d’extrême gauche ont mené plusieurs fois des actions violentes ayant entraîné des dégradations importantes, comme ce fut le cas d’ailleurs plusieurs fois à Paris, sans que Manuel Valls n’intervienne», a commenté dimanche Marine Le Pen, présidente du Front national quelques heures après les manifestations anti-FN de Rennes.

«Il n’y a pas un groupe en France qui pourrait se permettre de faire cela sans que le ministre de l’Intérieur envisage leur dissolution. Il est temps que Manuel Valls arrête d’être hémiplégique dans sa volonté de lutter contre la violence.»

Le Figaro

Dans cette vidéo vous entendrez crier « Nique La France ». Valls ne dit rien et les médias complices semblent avoir eu la consigne de ne pas en parler.

Partis de gauche et syndicats avaient appelé à un rassemblement contre la venue du FN ce samedi soir. Mais la manifestation a dégénéré.

Jets de projectiles, de pavés, vitres brisées… Des échauffourées ont lieu, autour de la place Sainte-Anne à Rennes, entre des manifestants anti-FN, vêtus de noir, le visage camouflé, et les forces de l’ordre.

Une vitre du poste de police de la rue Penhouët, près de la place Sainte-Anne, a été brisée. Un fumigène a été jeté à l’intérieur provoquant un début d’incendie.

Pour EELV local c’est le FN qui est responsable :

 

Quand Manuel Valls va-t-il dissoudre ses milices ?

 

 

 

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE