Russie : 6 mois de cabane au bord du lac Baïkal

Une demi-année de solitude au lac Baïkal, c’est le défi qu’a relevé Sylvain Tesson, 39 ans. Ce géographe avait déjà multiplié les expériences extrêmes, dont le tour du monde en vélo et la traversée de l’Himalaya à pieds. Cette fois-ci, il ne se déplace pas mais reste seul, de février à juillet, dans une cabane en rondins chauffée au poêle à bois.

BAI133Pour tout viatique : six mois de vivres, de la vodka, des cigares et des livres. La lecture et surtout l’écriture lui apportent du réconfort. « L’ennui c’est le sang qui coule de la blessure du temps”, note-t-il un soir de spleen.

« Le bonheur d’avoir dans son assiette le poisson qu’on a pêché, dans sa tasse l’eau qu’on a tirée et dans son poêle le bois qu’on a fendu : l’ermite puise à la source. La chair, l’eau et le bois sont encore frémissants. Je me souviens de mes journées dans la ville. Le soir, je descendais faire les courses. Je déambulais entre les étals du supermarché. D’un geste morne, je saisissais le produit et le jetais dans le caddie : nous sommes devenus les chasseurs-cueilleurs d’un monde dénaturé. En ville, le libéral, le gauchiste, le révolutionnaire et le grand bourgeois paient leur pain, leur essence et leurs taxes. L’ermite, lui, ne demande ni ne donne rien à l’État. Il s’enfouit dans les bois, en tire subsistance. Son retrait constitue un manque à gagner pour le gouvernement. »

Devenir un manque à gagner devrait constituer l’objectif des révolutionnaires. Un repas de poisson grillé et de myrtilles cueillies dans la forêt est plus anti-étatique qu’une manifestation hérissée de drapeaux noirs. Les dynamiteurs de la citadelle ont besoin de la citadelle. Ils sont contre l’État au sens où ils s’y appuient. »

Walt Whitman : « je n’ai rien à voir avec ce système, pas même assez pour m’y opposer. » À méditer…

Intervention de Sylvain Tesson à la fin de la projection de son film “Six mois de cabane au Baïkal” réalisé par Florence Tran au 24e festival ABM des Globetrotters de Massy du 28 au 30 septembre 2012.

A lire :

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, Prix Médicis 2011

« Je m’étais promis avant mes quarante ans de vivre en ermite au fond des bois. Je me suis installé pendant six mois dans une cabane sibérienne sur les rives du lac Baïkal, à la pointe des Cèdres du Nord. Un village à cent vingt kilomètres, pas de voisins, pas de routes d’accès, parfois une visite. L’hiver, des températures de – 30°, l’été des ours sur les berges. Bref, le paradis. »

Ainsi s’ouvre le livre. C’est ce journal d’ermitage que l’auteur nous a livré ici et c’est un pur bonheur de lecture. Qu’a-t-il voulu prouver  avec cette expérience extrême d’une vie autonome, sans confort, sans présence humaine, sans lien avec ses proches et sans nouvelles du monde? Qu’on peut s’en sortir, seul avec soi-même, des livres, des cigares,  de la vodka, et puis deux chiens aussi quand même: –  à ne pas négliger, seul dans un désert cependant où il a réussi à être heureux, à trouver la paix, à s’inventer une vie sobre et belle autour de gestes simples?

C’est en tout cas ce que je retiendrai : dans cette cabane en bois au milieu de cette nature démesurée, il s’est métamorphosé et en est revenu avec quelques  certitudes.

Et si la liberté consistait à posséder le temps? Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures? Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

C’est une aventure humaine à laquelle je penserai souvent.  C’est un livre dont l’écho en moi retentira encore longtemps tant j’ai pris de plaisir à le lire.  Je serais bien incapable de vivre seule ainsi, aussi loin de tout,  mais que d’autres y réussissent me rassure et me réjouit.
Je suis d’ailleurs loin d’en avoir fini avec ce récit tant il reste de passages que je tiens à noter.
Dans les forêts de Sibérie, février-juillet 2010 de Sylvain Tesson (nrf, Gallimard, 2011, 267 pages)

Source : http://fortune.fdesouche.com/337137-russie-6-mois-de-cabane-au-bord-du-lac-baikal-archive#more-337137