Politique

Salaire des patrons : la promesse de Hollande qui a fait long feu

Moi-président ne fait pas que reculer dans les sondages, il recule aussi devant les difficultés quand en face il y a des gros patrons gavés de fric… ah,ah, Moi-Président est un petit joueur et un baltringue !

– – – – – – – – –

Le candidat Hollande s’était beaucoup engagé sur la limitation des rémunérations les plus élevées. Taxe à 75 % sur les plus hauts salaires, fin des stock-options, limitation des bonus, plafonnement des rémunérations des dirigeants des entreprises publiques et encadrement de celles des patrons d’entreprises privées : en période de crise économique et de défiance vis-à-vis des classes dirigeantes, le sujet était porteur.

francois_hollande_reference

Un an après son élection, la plupart de ces promesses n’ont pas été tenues. Seuls les salaires des dirigeants d’entreprises publiques et de leurs filiales ont été limités à 450 000 euros annuels en juillet 2012. De leur côté, les patrons du CAC 40 conservent des niveaux de rémunération bien plus élevés, avec une moyenne qui s’établissait en 2012 à 2,3 millions d’euros – et jusqu’à 4,8 millions d’euros, soit environ 357 fois le smic annuel, pour Maurice Lévy, dirigeant de Publicis.

Un projet de loi destiné à encadrer les rémunérations privées a plusieurs fois été annoncé mais toujours reporté. Vendredi 24 mai, le ministre de l’économie et des finances, Pierre Moscovici, a annoncé que le gouvernement renonçait pour le moment à légiférer sur ce sujet.

Source : Le Monde