Politique

Science Po : 56% des élèves venant de l’étranger ou des quartiers « sensibles »

Ils ont tué le bac. Avec la discrimination positive ils sont en train de tuer Science Po. Cette école est tenue depuis de longues années par un personnel engagé à gauche. Et ironie de l’histoire c’est sous l’influence de sarko et du bobo de gauche Richard Descoings (ancien directeur de Sciences-Po Paris) que Science Po a pris le mauvais virage de l’égalitarisme en accueillant sans concours d’entrée des élèves issus de banlieue.
Aujourd’hui la gauche supprime la bourse au mérite qui bénéficiait aux élèves ayant obtenu une mention très bien au bac.
Ce système est devenu totalement fou.

————–

ZEP, Sciences-Po via les conventions éducation prioritaire, HEC… Charlotte Chan, banlieusarde d’origine chinoise, raconte son parcours, le choc des cultures et sa fierté.

Charlotte Chan, 23 ans, tout juste diplômée de Sciences-Po et de HEC, se souvient parfaitement du premier jour où elle a mis les pieds rue Saint-Guillaume : «Les autres étudiants avaient une façon de parler, ils avaient des avis sur tout, étaient hyperpolitisés… Et puis là-bas, tous les jours, c’est la Fashion Week.» Elle a alors acheté un manteau «qui fait un peu parisien». Puis s’est mise à porter des vestes – «elles ont toutes ça sur une chemise».

Aujourd’hui, dans sa petite robe bleu marine toute droite à manches courtes avec des ballerines assorties, Charlotte ne détonne plus rue Saint-Guillaume. Comme les autres élèves entrés à Sciences-Po par les «conventions éducation prioritaire» (CEP, une voie d’accès réservée aux lycéens de ZEP), elle s’est progressivement coulée dans le moule. Très vite, elle a cessé d’utiliser le verlan en public. Elle a aussi pris l’air assuré, même si elle ne se sent toujours pas capable de discuter de tout avec aplomb – «ceux entrés par le concours, ils ont quelque chose en plus».

Charlotte fait partie des 1 300 jeunes – étudiants ou sortis diplômés – qui ont bénéficié de ce dispositif depuis sa création en 2001 par Richard Descoings, le directeur de Sciences-Po Paris brutalement décédé en avril 2012. A la rentrée de septembre, les CEP seront 151 en première année, pour 776 admis par l’examen classique….

Suite sur Libération, merci à Sos racisme

Relire : La Cour des comptes dénonce la gabegie de Sciences Po Paris

Il risque de redoubler avec une mention très bien au bac

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE