Politique

Toulouse relance la traque des mariages blancs

Le nouveau maire UMP de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a demandé aujourd’hui à ses agents de faire part à la justice de tout soupçon de mariage blanc, accusant la précédente municipalité de gauche d’avoir fermé les yeux sur d’éventuelles fraudes.

« Lorsqu’une nouvelle municipalité avait été élue en mars 2008, il avait été interdit au service de signaler les irrégularités », a déclaré Jean-Luc Moudenc dans un communiqué. « Dorénavant je veux que Toulouse se conforme à la loi », a-t-il dit.

Selon le cabinet du maire, « le fait de s’arranger pour faire un mariage blanc est un délit puni de cinq ans d’emprisonnement » et quand les officiers d’état civil constatent une potentielle irrégularité dans l’état civil des futurs mariés, ils doivent en informer le procureur.

Pour le précédent maire socialiste Pierre Cohen (2008-2014), « cela rentre dans leur logique de faire la chasse aux sans-papiers pour faire plaisir à un certain électorat de la droite dure. En un mois, il (Jean-Luc Moudenc) a pratiquement eu seulement un discours sécuritaire ». Mais cette information au procureur « n’est pas obligatoire », a plaidé Pierre Cohen, jugeant que « le faire, c’est du zèle ».

Le Figaro

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE