Économie, Écologie...,  Politique

UE : Le coût horaire de la main-d’oeuvre varie de 1 à 10 en Europe

Le coût horaire de la main-d’oeuvre dans l’Union européenne a varié de un à plus de dix en 2013, allant de 3,7 euros en Bulgarie à 40,1 en Suède. Neuf pays membres de l’UE, tous issus de l’ex-bloc de l’est, étaient sous la barre des 10 euros.

Dans une l’Europe qui peine à lutter contre le dumping social, Eurostat vient de jeter un pavé dans la mare. En effet, l’office statistique de l’Union européenne (UE) a publié jeudi un document qui montre que le coût horaire de la main-d’oeuvre a varié de un à dix l’an passé en Europe , allant de 3,7 euros en Bulgarie à 40,1 en Suède.

En moyenne, cet indicateur s’est établi à 23,7 euros pour l’UE et à 28,4 pour la zone euro (*), en progression dans les deux cas de quelque 10% par rapport à 2008, l’année de référence. Mais neuf pays, tous issus de l’ex-bloc de l’est, étaient en dessous de la barre des 10 euros (voir le tableau ci-dessous). Les mains-d’oeuvre bulgare et roumaine ont été les plus mal loties respectivement à 3,7 et 4,6 euros, en dépit d’augmentation de 44% et 32,8% depuis 2008.

Sans surprise au vu de la cure d’austérité qu’elle subit, la Grèce s’est rapprochée de ce bloc. Avec un coût horaire tombé à 13,6 euros, la Grèce enregistre au passage un record négatif avec une chute de 18,9% par rapport à 2008.

A l’opposé, le coût horaire de la main-d’oeuvre caracolait à 40,1 euros en Suède, devant le Danemark (38,4 euros), la Belgique (38 euros), le Luxembourg (35,7 euros) et la France (34,3 euros).

660246_0203406557997_web_teteEncadrer le détachement de travailleurs européens

Les coûts de la main-d’oeuvre comprennent les salaires auxquels s’ajoutent les coûts non salariaux, tels que les cotisations sociales. La part de ces coûts non salariaux s’est établie à 23,7% dans l’UE et à 25,9% dans la zone euro, variant de 8% à Malte à 33,3 en Suède. En France, ils ont compté l’an dernier pour un tiers du total, contre un cinquième en Allemagne et 15% au Royaume-Uni.

Pour lutter contre les abus qui découlent de ces écarts salariaux, les institutions européennes ont conclu début mars un accord de principe visant à encadrer le détachement de travailleurs européens (voir sur ce sujet l’article du site Euractiv) . Longuement négocié, ce compromis a toutefois été jugé « très décevant » par la Confédération européenne des syndicats (CES) pour laquelle le texte est « loin d’arrêter le dumping social actuel« .

Les Echos

Prêchi Prêcha radio Prêchi Prêcha radio
LIVE OFFLINE